Mode de vie – Je ne jette plus rien !

Lut­ter contre le gas­pillage, qu’il soit ali­men­taire ou ves­ti­men­taire, pour quoi faire ? Voi­ci quelques élé­ments qui aident à com­prendre pour quelles rai­sons il est urgent de ne (presque) plus rien je­ter !

Vie Pratique Feminin - - SOMMAIRE - PAR LISE LAFAURIE

SOYONS RAI­SON­NABLES !

Tout est une ques­tion d’offre et de de­mande – moins l’homme consomme, mieux il consomme d’une part ; d’autre part, si l’être hu­main ache­tait moins, les ni­veaux de pro­duc­tion et sur­tout de re­dis­tri­bu­tion pour­raient être ré­gu­lés, pour bé­né­fi­cier, à grande échelle, aux plus né­ces­si­teux et à la pla­nète tout en­tière.

MANGEZ MA­LIN !

Tout com­mence à la base : la liste de courses. Ba­li­sez donc les be­soins de la fa­mille en pré­voyant des me­nus, et faites une liste à la­quelle vous vous te­nez. Si vous avez des com­merces à proxi­mi­té, ache­tez au fur et à me­sure, plu­tôt que faire un gros plein heb­do­ma­daire. Choi­sis­sez les ali­ments à la date de pé­remp­tion la plus éloi­gnée. À la mai­son, ran­gez comme en grande

dis­tri­bu­tion : les dates li­mites de consom­ma­tion les plus éloi­gnées au fond, les plus ré­centes de­vant.

LES FRIGOS SO­LI­DAIRES

Ce sont des frigos en libre ac­cès, dans les­quels cha­cun peut dé­po­ser ses pro­duits non consom­més, afin que les plus dé­mu­nis puissent s’y ser­vir. Pour re­pé­rer un Fri­go non loin de chez vous ou, pour­quoi pas, vous en­ga­ger et ou­vrir à votre tour un Fri­go So­li­daire, connec­tez-vous sur le site iden­tites-mu­tuelle.com/ les­fri­gos­so­li­daires.

DATES DE PÉ­REMP­TION : JOUEZ LA SÉ­CU­RI­TÉ

Faites la dif­fé­rence entre la DLC (date li­mite de consom­ma­tion) des ali­ments frais et la DDM (date de du­ra­bi­li­té mi­ni­male) des conserves, gâ­teaux, pâtes et autres pro­duits d’épi­ce­rie. La DDM peut sou­vent être lar­ge­ment dé­pas­sée sans dan­ger – sauf les conserves bom­bées, à je­ter im­mé­dia­te­ment ! La DLC est fixée à par­tir d’ana­lyse mi­cro­bienne des ali­ments, avec une marge de sé­cu­ri­té de 24 à 48 heures. Seuls les yaourts et la crème fraîche non ou­verts peuvent être consom­més jus­qu’à 1 mois après la DLC.

DÉMARQUEZ-VOUS

Le gas­pillage ves­ti­men­taire est un fléau éthique et éco­lo­gique ! Il est ali­men­té par la fast fa­shion – le re­nou­vel­le­ment à grande vi­tesse des col­lec­tions – qui pousse le consom­ma­teur à suivre la mode. En op­po­si­tion à ce phé­no­mène de consom­ma­tion de masse est né ce­lui du slow fa­shion, ou slow ware. Ce mou­ve­ment in­vite à s’in­ter­ro­ger de­vant une pièce qui coûte moins cher qu’un ke­bab-frites sur la souf­france hu­maine qui se cache trop sou­vent der­rière sa fa­bri­ca­tion, et sur cette mode je­table de qua­li­té mé­diocre…

VIVE LE SLOW FA­SHION !

Le slow fa­shion, c’est ache­ter moins de vê­te­ments, plus chers, certes, mais de meilleure qua­li­té ! C’est mieux ai­mer ce que l’on porte… Et sou­ve­nez­vous, avant vos achats : on ne tourne en moyenne qu’avec 25 % des pièces que contient notre pen­de­rie, tan­dis que 30 % de ce que nous ache­tons ne se­ra ja­mais por­té.

REVENDEZ OU DON­NEZ

Les sites de fri­pe­ries en ligne ne manquent pas. Ci­tons ce­pen­dant on­cea­gain.fr, qui s’oc­cupe de tout pour vous : ex­pé­diez vos co­lis, l’équipe de Once Again les met en ligne et vous re­verse votre part lorsque les pièces sont ven­dues. Quant aux in­ven­dus, ils sont don­nés à des or­ga­ni­sa­tions ca­ri­ta­tives.

CÔ­TÉ CUI­SINE

CÔ­TÉ DRES­SING

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.