Je choi­sis les soins bio

Sur quels prin­cipes re­pose la cos­mé­tique bio ? Offre-t-elle de solides ga­ran­ties de sé­rieux et d’ef­fi­ca­ci­té ? On vous dit tout, avec l’aide d’une ex­perte, Ch­loé Vo­lant, res­pon­sable de pro­jets re­cherche & dé­ve­lop­pe­ment cos­mé­tique au sein du groupe Léa Na­tu

Vie Pratique Féminin - - Dossier - PAR LAU­RENCE GALIANA

Une bonne crème, c’est quoi ?

C’est une crème qui com­porte des in­gré­dients ayant prou­vé leur ef­fi­ca­ci­té. Un cos­mé­tique agit en sur­face de la peau. Il re­groupe quelques-uns des com­po­sants obli­ga­toi­re­ment re­cen­sés dans la liste INCI (In­ter­na­tio­nal No­men­cla­ture of Cos­me­tic In­gre­dients). On trouve donc sur tous les pro­duits une liste stan­dar­di­sée. Les in­gré­dients ap­pa­raissent par ordre décroissan­t. Le pre­mier est très sou­vent aqua, pour eau. Les quatre pre­miers comptent donc beau­coup. Lo­gi­que­ment, on se dit que plus la re­cette est courte, plus le pro­duit est sain. Pas du tout, « il est tout à fait pos­sible d’avoir une liste courte avec des in­gré­dients de syn­thèse, no­cifs », confirme Ch­loé Vo­lant.

La cos­mé­tique bio, ça date de quand?

« Le bio s’est dé­ve­lop­pé avec l’agri­cul­ture, lors­qu’un grou­pe­ment d’agri­cul­teurs bio né en 1958 en France a don­né nais­sance aux pre­miers cahiers des charges, sui­vis par l’ins­ti­tu­tion du lo­go AB en 1980 en France, ex­plique Ch­loé. La cos­mé­tique bio est ar­ri­vée après, quand a émer­gé une re­mise en cause du “tout chi­mie”. » La po­lé­mique sur les pa­ra­bens est sur­ve­nue en 2005, et la Com­mis­sion eu­ro­péenne a fi­ni par en in­ter­dire plu­sieurs en 2015. Ces conser­va­teurs 100 % syn­thé­tiques sont à la fois soup­çon­nés d’être can­cé­ro­gènes et per­tur­ba­teurs en­do­cri­niens, né­fastes pour notre fonc­tion­ne­ment hor­mo­nal.

Les conser­va­teurs sont-ils toxiques?

« Uti­li­sés pour leurs pro­prié­tés an­ti­bac­té­riennes

et an­ti­fon­giques, ils re­pré­sentent l’une des prin­ci­pales sources de risque d’ir­ri­ta­tion et/ou d’al­ler­gie en cos­mé­tique », résume la pro. En juillet 2019, la men­tion « sans pa­ra­bens » se­ra in­ter­dite. Un pro­duit pou­vait l’af­fi­cher et ren­fer­mer d’autres conser­va­teurs de syn­thèse. Dans le bio, ils sont in­ter­dits. Comment fait-on? « Cer­taines marques pri­vi­lé­gient les in­gré­dients na­tu­rels comme l’al­cool et les huiles es­sen­tielles, ou dé­ve­loppent un conser­va­teur bre­ve­té, comme le com­plexe pro­tect 3C de la ligne

Eau thermale de Jon­zac. »

Com­bien de la­bels bio?

La liste est longue : Cos­mé­bio, Eco­cert, Na­true, Na­ture & Pro­grès, Cos­mos Or­ga­nic pour les fran­çais. On trouve fré­quem­ment le la­bel al­le­mand BDIH, le sué­dois Le Cygne blanc, l’ita­lien ICEA, l’an­glais Soil As­so­cia­tion… Tous ga­ran­tissent une ré­duc­tion maxi­male des com­po­sants de syn­thèse. Attention : un pro­duit peut être végan sans être bio, ce sont deux la­bels très dif­fé­rents.

En ré­su­mé, ça évite quoi? Les pro­duits la­bel­li­sés bio ne contiennen­t pas d’or­ga­nismes gé­né­ti­que­ment mo­di­fiés (OGM) ni de par­fums, de colorants ou de pig­ments de syn­thèse, en­core moins d’huiles mi­né­rales (pa­raf­fine, si­li­cones…) et sur­tout pas de conser­va­teurs ar­ti­fi­ciels (gly­cols, phé­noxyé­tha­nol, pa­ra­bens, for­mol…).

Le bio est-il aus­si ef­fi­cace ?

Oui ! « Les tests d’ef­fi­ca­ci­té et de to­lé­rance sont iden­tiques à ceux réa­li­sés en cos­mé­tique conven­tion­nelle. En termes de sen­so­ria­li­té, nous réa­li­sons des “pa­nels matchs” sur l’en­semble de nos pro­duits à l’aveugle pour nous as­su­rer que les tex­tures, les par­fums sont iden­tiques à ceux de la cos­mé­tique conven­tion­nelle », pré­cise Ch­loé. Et c’est vrai que de­puis cinq ans, les pro­grès sont per­cep­tibles et in­dé­niables.

“Plu­tôt que d’évi­ter un pro­duit par­ti­cu­lier, j’in­vi­te­rais quel­qu’un qui ne s’y connaît pas à se di­ri­ger vers des soins la­bel­li­sés Cos­mé­bio, le la­bel de ré­fé­rence en France”, conseille Ch­loé Vo­lant.

En 2018, 89 % des Fran­çaises avaient dé­jà uti­li­sé un soin vi­sage bio ou na­tu­rel, se­lon un son­dage IFOP.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.