Je ré­duis les plats UL­TRA­TRANS­FOR­MÉS

Les plats tout faits et les pro­duits pré­pa­rés in­dus­triel­le­ment sont bien sou­vent trop riches en ad­di­tifs in­utiles, soup­çon­nés d’être toxiques quand ils sont consom­més en excès. Ils sont aus­si en­ri­chis en gras, en sucre et en sel. Comment les re­pé­rer pour

Vie Pratique Féminin - - Le Dossier Du Mois - PAR LAU­RENCE GALIANA

Ul­tra­trans­for­més, ça veut dire quoi?

Ce­la dé­signe des ali­ments ayant su­bi de nom­breux pro­ces­sus de cuis­son, de ma­laxage avec les fa­meux ad­di­tifs que l’on ap­pelle les amé­lio­rants, qui ren­forcent le goût. En prime, on leur ajoute du sel, du sucre ou du gras (les fa­meuses graisses ca­chées) en excès. En li­sant la com­po­si­tion de cer­tains pro­duits, on s’aper­çoit qu’un gâ­teau sec est fa­bri­qué avec 10 ou 12 com­po­sants, alors qu’il fau­drait juste de la fa­rine, des oeufs, du sucre et un peu d’huile! Le terme ul­tra­trans­for­mé a été créé par un chercheur fran­çais de l’ins­ti­tut na­tio­nal de la re­cherche agro­no­mique (INRA), le doc­teur An­tho­ny Far­det, au­teur du livre Halte aux ali­ments ul­tra­trans­for­més ! Man­geons vrai, sor­ti en 2017 aux édi­tions Thier­ry Souc­car.

Bon à sa­voir : le doc­teur Far­det ex­plique que l’on confond les cé­réales du pe­tit dé­jeu­ner avec des ali­ments sains. Ce sont en fait des confi­se­ries : trop de sucre, trop de gras, trop raf­fi­nées, et donc vides de bons nu­tri­ments.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.