Pour pui­ser de la lu­mière, on se pousse à mettre le nez de­hors, on lutte contre l’en­vie d’hi­ber­ner.

Vie Pratique Féminin - - Vertement Belle | Bien-être -

RÉ­FLEXE 1

LA BA­LADE EX­TÉ­RIEURE

L’hi­ber­na­tion? On lui dit non! On sai­sit toutes les oc­ca­sions de sor­tir de notre ta­nière. L’idée, c’est de cap­ter la lu­mière au maxi­mum. Dès le ma­tin, on tente de se le­ver 5 à 10 mi­nutes plus tôt : on se gare un peu plus loin du bu­reau (ou on des­cend une sta­tion de bus avant notre des­ti­na­tion) pour mar­cher de­hors. À mi­di, plu­tôt que de s’en­fer­mer à la can­tine, on marche à l’ex­té­rieur, 20 mi­nutes mi­ni­mum. C’est le temps né­ces­saire à l’ac­ti­va­tion de la sé­ro­to­nine, l’hor­mone de la bonne hu­meur ! Bou­ger di­mi­nue vé­ri­ta­ble­ment le ni­veau de stress, et pas be­soin de faire un ma­ra­thon ! Lors de cette ba­lade, la ré­tine, l’écran sen­sible de nos yeux, pro­fite du moindre rayon lu­mi­neux pour l’ab­sor­ber.

RÉ­FLEXE 2 LA LUMINOTHÉR­APIE

L’ex­po­si­tion à la lu­mière ar­ti­fi­cielle dite à large spectre a un ef­fet sur l’hu­meur. Le doc­teur Nor­man E. Ro­sen­thal af­firme son ef­fi­ca­ci­té. Les rayons lu­mi­neux, cap­tés par nos yeux, se trans­forment en si­gnaux élec­triques envoyés au cer­veau. Ils agissent sur les neu­ro­trans­met­teurs, ces com­po­sés chi­miques qui aident nos neu­rones à com­mu­ni­quer. Par­mi eux, la sé­ro­to­nine – en­core elle – et la no­ra­dré­na­line. Elles par­ti­cipent à la pro­duc­tion de mé­la­to­nine, une autre hor­mone res­pon­sable des cycles veille/som­meil. C’est utile car moins il y a de lu­mière, moins nous pro­dui­sons de mé­la­to­nine. Les bien­faits des lampes de luminothér­apie ont été dé­mon­trés dès les an­nées 1980. C’est en Fin­lande que le doc­teur Kripke, du dé­par­te­ment psy­chia­trie de l’uni­ver­si­té d’hel­sin­ki, a me­su­ré leurs ef­fets. Cer­tains ser­vices de psy­chia­trie les re­com­mandent au­jourd’hui pour lut­ter contre les dé­pres­sions dites sai­son­nières.

La so­lu­tion ? On teste un ré­veil lu­mi­neux de la gamme « Éveil Lu­mière » de Phi­lips, pour re­créer la lu­mière de l’aube (à par­tir de 89 €, plus d’in­fos sur phi­lips.fr).

RÉ­FLEXE 3

ON ADAPTE SON ALI­MEN­TA­TION

En mé­de­cine chi­noise, l’hi­ver, qui dé­bute en novembre, est la sai­son as­so­ciée au rein. Pour com­bler cet or­gane, ap­pe­lé « ra­cine de l’éner­gie vi­tale » en Chine, on ou­blie les sa­lades et on mise sur les soupes en­ri­chies de pois, de pois cas­sés ou de len­tilles. On teste les pains à l’épeautre et on consomme des lé­gumes-ra­cines comme la ca­rotte, agré­men­tés d’épices etde condi­ments qui ré­chauffent (ail, oi­gnon, gin­gembre…). Pour main­te­nir nos ré­serves de vi­ta­mine D à ni­veau, on met du pois­son à la carte (sau­mon, thon, truite, ha­reng, sar­dine…). Cô­té in­fu­sion, on dé­guste une ti­sane de ro­ma­rin, à la fois sti­mu­lante et éner­gi­sante. Et d’ailleurs, pour­quoi ne pas la boire après la pe­tite ba­la­de­du­ma­tin ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.