Nos as­tuces contre la chute de che­veux

contre la chute de che­veux

Vivre Bio - - Sommaire -

Nous per­dons nor­ma­le­ment et en moyenne entre 50 et 100 che­veux par jour. Ces che­veux ne re­pré­sentent que 10% du ca­pi­tal ca­pil­laire d'une per­sonne : Une frac­tion in­ac­tive vouée à la chute. Une perte plus im­por­tante tra­duit gé­né­ra­le­ment un dé­rè­gle­ment du corps car les che­veux sont le re­flet de la san­té. 1Ma­la­dies et mé­di­ca­ments

La chute de che­veux est un ef­fet in­dé­si­rable ob­ser­vé avec plu­sieurs trai­te­ments. Par ailleurs, bon nombre de pa­tho­lo­gies font chu­ter les che­veux :

Les troubles en­do­cri­niens : dys­fonc­tion­ne­ment de la thy­roïde, ma­la­die coe­liaque et dia­bète.

Pa­tho­lo­gies der­ma­to­lo­giques : Pe­lade, teigne, lu­pus cu­ta­né etc Une chute ca­pil­laire sou­daine ou très im­por­tante doit mo­ti­ver la consul­ta­tion d'un mé­de­cin.

2Les ca­rences

En fer, zinc, vi­ta­mines … La qua­li­té de la che­ve­lure four­nit d'ex­cel­lents ren­sei­gne­ments sur les ha­bi­tudes hy­gié­no-dié­té­tiques de la per­sonne. Une ali­men­ta­tion trop res­tric­tive ou sans va­leur nu­tri­tion­nel en­traine des dé­fi­cits sé­vères com­pro­met­tant la san­té des pha­nères (poils, che­veux, ongles et dents).

3Les va­ria­tions hor­mo­nales

Dans les suites d'un ac­cou­che­ment ou après la mé­no­pause, les femmes su­bissent une im­por­tante perte de che­veux. C'est à cause du chan­ge­ment des taux d'hor­mones fé­mi­nines dans ces deux si­tua­tions que le cuir che­ve­lu s'af­fai­blit.

4Le stress, la dé­pres­sion et le choc émo­tion­nel

Toute per­tur­ba­tion psy­cho­lo­gique bru­tale dé­clenche la li­bé­ra­tion de cor­ti­sol (qui est l'hor­mone du stress). Cet agent pos­sède, entre autres, un ef­fet an­dro­gé­nique en­gen­drant une chute de che­veux.

5La ma­ni­pu­la­tion ex­ces­sive Lut­ter contre la chute de che­veux : Quelles op­tions ?

Ré­ap­prendre à bien trai­ter sa cri­nière Les che­veux se soignent au quo­ti­dien et au­tant vous dire que chaque dé­tail compte.

Concer­nant le la­vage, vous de­vez op­ter pou­run sham­poing doux de pré­fé­rence bio et adap­té à votre type de che­veux. Mas­sez le cuir che­ve­lu avec la pulpe des doigts et non avec les ongles. Rin­cez idéa­le­ment à l'eau fraîche.

Pour le coif­fage, uti­li­sez une brosse à poils na­tu­rels et évi­tez les lis­seurs, sè­che­che­veux et autres sources de cha­leur.

Pour hy­dra­ter et nour­rir vos che­veux, rien de tel qu'un masque à base de pro­duits na­tu­rels (avo­cat, oeufs, miel, ci­tron etc) ou un bain d'huile vé­gé­tale (amande, co­co, ri­cin etc).

Pen­sez à gar­nir votre as­siette d'ali­ments riches en fer, mi­né­raux et acides gras es­sen­tiels. Les épi­nards, la le­vure de bière et les pois­sons gras sont conseillés. La ké­ra­tine Com­po­sant 95% de la fibre ca­pil­laire, la ké­ra­tine est pro­téine (une longue chaîne d'acides ami­nés)qui pro­tège la che­ve­lure contre les agres­sions ex­té­rieures. Elle donne au che­veu son élas­ti­ci­té, sa brillance et sa force. Tou­te­fois, la syn­thèse de ké­ra­tine s'ame­nuise au fil du temps en­traî­nant un dé­fi­cit ir­ré­ver­sible. Che­veux rêches, fins et cas­sants, re­pousse la­bo­rieuse, cou­leur terne … La ca­rence en ké­ra­tine en est la cause et c'est à vous qu'il re­vient de la com­pen­ser puisque le re­nou­vel­le­ment du stock ne peut se faire spon­ta­né­ment. Sur le mar­ché, un large choix de pro­duits ca­pil­laires à base de ké­ra­tine vous est pro­po­sé. Vous pou­vez aus­si uti­li­ser la ké­ra­tine sous forme de com­plé­ments ali­men­taires pour res­tau­rer la san­té et la beau­té de votre che­ve­lure. En agis­sant de l'in­té­rieur, les com­plé­ments op­ti­misent l'ab­sorp­tion de la ké­ra­tine par l'or­ga­nisme. Le « ci­ment » des che­veux, comme l'ap­pellent les pro­fes­sion­nels, a fait ses preuves avec des ef­fets épous­tou­flants scien­ti­fi­que­ment prou­vés. Pour un com­plé­ment ali­men­taire bien do­sé en Ké­ra­tine et à rai­son d'une à deux gé­lules par jour au re­pas, les ré­sul­tats sont spec­ta­cu­laires après une cure de 3 mois, mais se font dé­jà sen­tir après 2 se­maines:

Des che­veux vo­lu­mi­neux, soyeux et qui tombent moins. -Plus de lu­mi­no­si­té et de brillance avec une che­ve­lure écla­tante de vi­ta­li­té. Vous consta­te­rez no­tam­ment de meilleurs ré­sul­tats avec les co­lo­ra­tions qui ré­sistent plus long­temps sur des che­veux nour­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.