Well­wor­king, Le zen s’in­vite sur votre lieu de tra­vail

Le zen s’in­vite sur votre lieu de tra­vail

Vivre Bio - - Sommaire -

Temps, gain, per­for­mance et ri­va­li­té : l’at­mo­sphère du tra­vail, du moins dans sa concep­tion clas­sique, est noyée dans le tour­billon de ces contraintes. L’achar­ne­ment à la be­sogne sans ré­pit ni ré­flexion a mon­tré ses li­mites, il a même prou­vé qu’il était contre­pro­duc­tif. Re­pen­ser le tra­vail comme une ac­ti­vi­té pou­vant res­pec­ter l’épa­nouis­se­ment per­son­nel et non comme une cor­vée in­dis­pen­sable est le nou­veau dé­fi de la pen­sée zen. Dé­cou­vrons ce qui se pré­sente comme une pro­fonde ré­forme de fond du la­beur : le well­wor­king. Du Co­wor­king au Well­wor­king : l’évo­lu­tion conti­nue du bien-être au bu­reau

Le « co­wor­king­space » : Un grand es­pace dans le­quel plu­sieurs en­tre­pre­neurs et pres­ta­taires de ser­vices peuvent échan­ger connais­sances, com­pé­tences et res­sources. Ce concept, né outre-manche, vi­sait à don­ner un nou­veau souffle à l'en­tre­pre­na­riat ; Les jeunes tra­vailleurs, es­sen­tiel­le­ment in­dé­pen­dants, ont vite consta­té l'iso­le­ment ri­gide et le re­pli sys­té­ma­tique qui s'im­po­saient à eux. La créa­tion des « start-ups » qui en a dé­cou­lé, vi­sait prin­ci­pa­le­ment à leur of­frir un en­vi­ron­ne­ment de so­cia­li­sa­tion fon­dé sur l'es­prit de groupe. L'ini­tia­tive d'op­ti­mi­sa­tion du ren­de­ment via l'amé­lio­ra­tion de l'éner­gie col­lec­tive a fait éclore une autre ten­dance : le well­wor­king. Well, pré­fixe em­prun­té au terme an­glais well­ness qui si­gni­fie « bien-être », ren­seigne sur l'idée glo­bale de cette nou­velle fa­çon de tra­vailler. Une fa­çon bien en phase avec la vi­sion contem­po­raine du tra­vail et de la car­rière pro­fes­sion­nelle, en l'oc­cur­rence celle des jeunes tra­vailleurs.

Faire d’un bu­reau un lieu de quié­tude grâce au well­wor­king

Le well­wor­king s'in­té­resse à la concep­tion même de l'es­pace de tra­vail : sa si­tua­tion, son ar­chi­tec­ture, son in­fra­struc­ture, son amé­na­ge­ment, son équi­pe­ment et sa déco­ration. Sont d'abord pris en consi­dé­ra­tion les ba­siques in­con­tes­tables : les be­soins en ou­tils né­ces­saires au tra­vail en soi, en res­sources comme la connexion in­ter­net, en bu­reaux pri­vés et par­ta­gés, en es­paces de réunion etc. Il s'agit aus­si de veiller à of­frir le confort né­ces­saire aux tra­vailleurs en les fai­sant bé­né­fi­cier d'un par­king gra­tuit, de ves­tiaires et d'une res­tau­ra­tion conve­nable. Les me­sures par­ti­cu­lières et spé­ci­fiques pro­po­sées par le well­wor­king concernent la si­tua­tion des bu­reaux et leur amé­na­ge­ment. Dans une op­tique zen et dé­tente, les lo­caux se­ront pré­fé­ren­tiel­le­ment éloi­gnés de la ca­co­pho­nie ur­baine ; plu­tôt iso­lés au contact de la na­ture dans un coin agréable et calme. On y re­trouve une déco­ration zen et mi­ni­ma­liste ba­sée sur la lu­mi­no­si­té, la neu­tra­li­té des cou­leurs et la pu­re­té des lignes. Les tra­vailleurs au­ront ac­cès à plu­sieurs ac­ti­vi­tés apai­santes et re­vi­ta­li­santes : pis­cine, salles de sport, centre de re­mise en forme et es­pace de dé­tente pour les pauses. Un grand in­té­rêt y est ac­cor­dé à la san­té psy­chique, celle-ci pou­vant être mise à rude épreuve par le sur­me­nage ce qui im­pacte et leur mo­ti­va­tion et leur pro­duc­ti­vi­té. Dans un tel es­pace, des pro­fes­sion­nels des sciences hu­maines, de la com­mu­ni­ca­tion et du coa­ching se­ront pré­sents pour veiller à l'épa­nouis­se­ment de cha­cun.

Les fleurs du Bush au se­cours de notre bien-être au tra­vail

Ces ma­gni­fiques fleurs, tant par leurs cou­leurs que par leurs sen­teurs et leurs bien­faits, sont, entre autres, connues pour leur ac­tion bie­nêtre. Une ac­tion ô com­bien ap­pré­ciable au tra­vail ! Vous pou­vez ain­si op­ter pour un com­plexe à base Black EyedSu­sane (pou­voir se cal­mer), Bo­ro­nia (ga­gner en clar­té d'es­prit et être po­si­tif), Bot­tle­brush (pour la sé­ré­ni­té et le calme face au chan­ge­ment), Bush Fuch­sia (pour l'in­té­gra­tion des connais­sances et pour ac­cep­ter d'écou­ter) Cro­wea (pour être plus équi­li­bré, cen­tré), Ja­ca­ran­da(pour être dé­ci­sif et cen­tré), Lit­tle Flan­nel Flo­wer (pour ra­me­ner l'émo­tion­nel vers une ou­ver­ture d'es­prit) et PawPaw (pour la concen­tra­tion et la clar­té). De quoi faire face au stress, se re­laxer et re­prendre un es­pace de temps et de lieu. Il existe aus­si des com­plexes per­met­tant d'amé­lio­rer la qua­li­té des re­la­tions tout en li­bé­rant la flui­di­té et en per­met­tant de mieux com­mu­ni­quer. Autre com­plexe très utile au tra­vail, ce­lui dé­dié à la confiance et l'es­time de soi. Les fleurs du Bush aident ain­si à re­prendre ou à ren­for­cer les qua­li­tés po­si­tives de l'es­time et de la confiance en soi pour prendre plus de res­pon­sa­bi­li­tés, ga­gner en au­to­no­mie et af­fron­ter le stress tout en res­tant fi­dèle à soi-même. Vous pou­vez éga­le­ment op­ter pour un com­plexe pu­ri­fi­ca­tion qui agit sur la pu­ri­fi­ca­tion de l'en­vi­ron­ne­ment mais aus­si celle des émo­tions ac­cu­mu­lées (li­bère et pu­ri­fie les toxines et leurs ré­si­dus émo­tion­nels). No­tons que les fleurs du Bush peuvent être uti­li­sées par voie sub­lin­guale (pour une ab­sorp­tion ra­pide) ou en brume à pul­vé­ri­ser sur le vi­sage et dans le bu­reau.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.