Pa­pier d’iden­ti­té

Vivre Côté Paris - - Livre - PAR AXELLE CORTY.

dans son ate­lier de la Plaine Saint-De­nis en 1986. en fonte d’alu­mi­nium, verre souf­flŽ de Bo­hême et alu­mi­nium la­quŽ, Éric Sch­mitt pour Ch­ris­tian Liaigre, 2014. lampes ˆ po­ser “Hat”, bronze et verre souf­flŽ, 2006, ga­le­rie Ralph Puc­ci. lampe ˆ po­ser “Gypse”, plâtre, 2008. vases “Tu­lipe” en plâtre, po­ly­es­ter et laque mate, 2013. rampe d’es­ca­lier “Dia­pa­son” en acier pa­tinŽ, 2001, et sellette tam­bour en fer bat­tu, bronze et verre, ga­le­rie NŽo­tu, 1991. Quel de­si­gn don­ner à un livre sur le de­si­gn ? Le de­si­gner Éric Sch­mitt s’est po­sé la ques­tion pour conce­voir un ou­vrage sur ses trente ans de car­rière. Ré­sul­tat : un por­trait de pa­pier créé avec le gra­phiste Jean-Ma­rie Cou­rant. ous n’al­lons pas pu­blier un fan­zine de rock ! ” Avec cette formule ef­fi­cace quoi­qu’un peu bru­tale, Jean-Ma­rie Cou­rant exige

Nque toutes les pho­tos ini­tia­le­ment pré­vues pour la ma­quette soient re­faites. Éric Sch­mitt, fa­na­tique de la ligne pure, a trou­vé aus­si in­tran­si­geant que lui. Le livre a mis trois ans à voir le jour. Trois pa­piers dif­fé­rents ont été uti­li­sés : du “cou­ché”, bien lisse, pour ma­gni­fier les pho­to­gra­phies, du “bouf­fant”, pour une bonne prise en main à la lec­ture des textes, et un pa­pier plus gris pour gom­mer l’hé­té­ro­gé­néi­té des images d’ar­chives. Le tout pour un poids d’à peine plus d’un ki­lo. “Il y a des prin­cipes de base pour faire un livre. L’un d’entre eux est de ne pas dé­pas­ser ce poids. Il faut qu’il soit ma­niable”, ex­plique Jean-Ma­rie Cou­rant. Le gra­phisme, c’est sa pas­sion de­puis long­temps. Il l’a étu­dié à l’école des Arts Dé­co­ra­tifs de Pa­ris, il l’en­seigne au­jourd’hui aux Beaux-Arts de Lyon. Après avoir conçu des po­chettes de disques pour Ch­ris­tophe ou Gotham Pro­ject, il tra­vaille pour les gé­né­riques des films de l’ar­tiste contem­po­rain Éric Baudelaire. Il vient de si­gner l’iden­ti­té vi­suelle du Fonds ré­gio­nal

d’art contem­po­rain de la ré­gion PA­CA. Son pseu­do de gra­phiste : Re­gu­lar. “Un terme de ty­po­gra­phie dif­fi­cile à tra­duire. Le moins mau­vais sy­no­nyme se­rait ‘au­then­tique’ ”. Une cer­taine in­flexi­bi­li­té fait sa patte. Elle re­flète son res­pect pour sa dis­ci­pline. Éric Sch­mitt s’avoue sur­pris : “J’ai dé­cou­vert le de­si­gn gra­phique à l’oc­ca­sion de ce livre. J’ai dû lais­ser à Jean-Ma­rie sa part d’in­ter­pré­ta­tion. Nos re­la­tions ont été très ten­dues, mais j’ai dé­ci­dé de lui lais­ser les ma­nettes. Si­non, à quoi bon faire ap­pel à un gra­phiste ? ” Dans les an­nées 1990, Jean-Ma­rie Cou­rant a été sta­giaire chez Éric Sch­mitt. “Avant la 3D, c’est lui qui tra­dui­sait mes hié­ro­glyphes en pro­jets ac­cep­tables pour mes clients”. Ici aus­si il agit en ré­vé­la­teur. “En feuille­tant le livre, j’ai dé­cou­vert une conti­nui­té dans mon style.” On y re­trouve toutes les fa­cettes du de­si­gner : au­to­di­dacte, mu­si­cien dans la mou­vance punk

du Pa­ris des an­nées 1980, pho­to­graphe, for­ge­ron de ses pre­miers meubles de mé­tal puis ex­plo­ra­teur de ma­té­riaux dans son ate­lier de la cam­pagne fran­ci­lienne, près de sa fa­mille, de ses chiens, et de ses chers

che­vaux. L’ap­pa­rente éco­no­mie de moyens de l’ou­vrage ré­pond à sa de­vise : “Un meuble a be­soin d’éma­ner du si­lence pour qu’on l’aime long­temps”. Un livre pour mi­roir. Éric Sch­mitt, textes de Pierre Doze, 320 p. 55 €, édi­tions Nor­ma.

Éric Sch­mitt Table “Hill”, Ci-des­sus, Ci-des­sous, Ci-des­sus, À gauche,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.