Saint James se pro­nonce à la fran­çaise

Vivre Côté Paris - - L’oeil De Paname -

La ma­ri­nière Saint James est une vieille dame, née dans la ville épo­nyme au dé­but du siècle précédent, à la “Ma­nu­fac­ture du vê­te­ment ma­rin de qua­li­té de­puis 1889”. Au­jourd’hui elle se glisse sur la che­mise blanche col raide de Karl La­ger­feld et se fait ma­tière à créa­tion entre les mains du de­si­gner al­le­mand To­bias Ju­ret­zek. La mode change. Li Edel­koort, grande prê­tresse des ten­dances, an­nonce dans son ma­ni­feste le re­tour au vê­te­ment, à la qua­li­té, à l’au­then­ti­ci­té. Les marques fran­çaises, ré­gio­nales, lo­cales, liées au monde du tra­vail, ici les ma­rins et les pê­cheurs, trouvent de nou­veaux adeptes chez les afi­cio­na­dos de la mode et dans le monde de la créa­tion. En bon ma­rin, Saint James a sai­si le vent et inau­gure fin 2015 une bou­tique dans le Ma­rais: Saint James, l’ate­lier. Les ico­niques de la marque, la ma­ri­nière, le pull ma­te­lot qui né­ces­site quinze jours de confec­tion et vingt-trois ki­lo­mètres de fil dans une maille si ser­rée qu’on le dit im­per­méable ou le ca­ban sont re­vus dans des pro­por­tions plus droites et me­nues, pour une vie ur­baine. Pièce culte, la ma­ri­nière conti­nue son épo­pée au-de­là des mers et de la mode. Sous les doigts du de­si­gner al­le­mand To­bias Ju­ret­zek, elle se mé­ta­mor­phose en une chaise et re­joint sa ligne “Re­mem­berme” de mo­bi­lier-tex­tiles. La­bel­li­sée en­tre­prise du pa­tri­moine vi­vant, Saint James fran­chit les flots. Ado­rée au Ja­pon, la ma­nu­fac­ture ouvre sur Ma­di­son Ave­nue après Blee­cker Street à New-York. V. B. 116, rue Vieille-du-Temple, 75003. saint-james.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.