En dé­fi­lés

Vivre Côté Paris - - Zoom - PAR VIR­GI­NIE BER­TRAND.

« Pa­ris est une fête » au­rait pu être le titre, en­core et tou­jours em­prun­té à Er­nest He­ming­way, du 15e dé­fi­lé des Mé­tiers d’Art de Cha­nel qui se dé­rou­lait au Ritz, le pa­lace pré­fé­ré de l’écri­vain et de Ga­brielle Cha­nel.

L’his­toire de cette ex­cel­lence créa­tive dé­bute dans les ate­liers des mai­sons Mi­chel, Le­sage, Le­ma­rié et Ma­sa­ro. Cha­nel com­prend, avant les autres, que la haute cou­ture et plus lar­ge­ment la créa­tion des marques de luxe s’ins­pirent, s’en­ri­chissent, se dif­fé­ren­cient dans l’échange cons­tant avec les ar­ti­sans d’art. Pour en as­su­rer la pé­ren­ni­té, Cha­nel s’en­gage, dès 1985, avec la mai­son Des­rues, au­près de ses dif­fé­rents par­te­naires his­to­riques en les in­té­grant dans son gi­ron. Le­sage, qui au­jourd’hui ré­fé­ren­cie la plus grande col­lec­tion de bro­de­ries d’art au monde, ar­chi­vée de­puis 1858, in­vente chaque an­née plus de 1000nou­veaux mo­tifs et de nou­velles tech- niques. Des my­riades de four­ni­tures, entre pam­pilles, strass, ru­bans, ca­bo- chons at­tendent les mains qui les ma­rie­ront à un tweed ou à une den­telle So­phie Hal­lette. La veste en ca­che­mire noir de la sil­houette, ci-contre, du dé­fi­lé des Mé­tiers d’Art de Cha­nel illustre ce dé­fi des bro­deuses sans cesse re­nou­ve­lé, 410 heures pour cette der­nière en­ri­chie de 1000 cris­taux et perles Swa­rovs­ki. Le­ma­rié, dont l’ate­lier re­monte à 1880, crée plus de 40000 fleurs chaque an­née, dont le ca­mé­lia de Ga­brielle Cha­nel dans les an­nées 1960. Fa­çon­né au fer à chauf­fer à blanc, il se dé­ploie en 16pé­tales et se ré­in­vente sous le crayon de Karl La­ger­feld en sa­tin, four­rure et même en car­ton de la boîte du my­thique Cha­nel N° 5. Smokes so­phis­ti­qués, cas­cades de plis­sés ou en­core, pour la mi­ni­jupe du dé­fi­lé, des bandes de plumes de ma­ra­bouts mul­ti­co­lores. Ici la ma­gie de Le­ma­rié, et plus réel- le­ment les 300 heures de tra­vail dé­diées à cette pièce, donne à la plume l’as­pect de la four­rure. Le dé­fi­lé de ces mé­tiers d’art fête sa 15 édi­tion dans un Ritz juste ré­no­vé. Karl La­ger­feld dit du pa­lace « les femmes qui y des­cen­daient étaient des Pa­ri­siennes, même si elles ne l’étaient pas ». Avec des clins d’oeil orien­ta­listes aux an­nées 1920, la col­lec­tion Pa­ris Cos­mo­po­lite de Karl La­ger­feld rap­pelle ce qui fait Pa­ris. Dans un éner­gi­sant mé­lange, entre smo­king or et noir ir­ra­diant de se­quins, veste en ca­che­mire aux mo­tifs ta­pis­se­rie (ins­pi­rés des ten­tures du pa­lace), robe en tulle bro­dé de la tour Eif­fel… les Pa­ri­siennes, de Ca­ro­line de Mai­gret à Li­ly Rose Depp, dansent sur un re­mix du suc­cès de Ta­co, Put­tin’ On the Ritz (1982)… la veste en ca­che­mire noire est en­ri­chie de perles et de cris­taux et bro­dée de mo­tifs « ta­pis­se­rie » en laine, ins­pi­rés du Ritz, par Le­sage. La jupe est en­tiè­re­ment re­cou­verte de bandes de plumes de ma­ra­bout mul­ti­co­lores « ef­fet four­rure », réa­li­sées par Le­ma­rié. Les der­bys, confec­tion­nés par Ma­sa­ro, sont en en cuir ver­ni. La voi­lette en grosse maille est une réa­li­sa­tion de la Mai­son Mi­chel pour Cha­nel. Sur les che­veux, ap­pli­ca­tion de 15 roses en or­gan­za et tulle de soie noire, exé­cu­tée par Le­ma­rié.

Page de gauche et ci-des­sus,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.