Dans cette mai­son per­chée de La Cam­pagne à Pa­ris, créa­tions en pa­pier et vie de fa­mille co­ha­bitent li­bre­ment.

Ins­tal­lée sur les hau­teurs du quar­tier de La Cam­pagne à Pa­ris, l’ar­tiste Ju­lie Yülle ci­sèle les contours d’une oeuvre de pa­pier. Dans cette mai­son per­chée, créa­tion et vie de fa­mille co­ha­bitent li­bre­ment et au vert.

Vivre Côté Paris - - Sommaire - PAR CA­RO­LINE CLA­VIER. PHO­TOS NI­CO­LAS MILLET.

L’en­droit se mé­rite. Quatre es­ca­liers per­mettent d’ac­cé­der à la pe­tite butte plan­tée, à deux pas de la porte de Ba­gno­let. L’oa­sis ur­baine aux ac­cents bu­co­liques est in­sé­rée dans la très convoi­tée Cam­pagne à Pa­ris, pe­tit vil­lage pa­villon­naire où la na­ture a pris ra­cine. Gly­cines, pas­si­flores et clé­ma­tites pa­voisent sur l’an­cien site des car­rières de gypse com­blées, à l’époque, par les gra­vats des grands tra­vaux hauss­man­niens de la place de la Ré­pu­blique et de l’ave­nue Gam­bet­ta. Le pe­tit bois qui coif­fait la col­line de­vien­dra, en 1907, l’ob­jet d’un pro­jet de quatre-vingt-douze ha­bi­ta­tions ou­vrières. In­tact au­jourd’hui, le site re­garde Pa­ris de haut, ga­rant de sa quié­tude. Ins­tal­lée dans l’une de ces mai­sons en meu­lière, cette cou­tu­rière hors norme, for­mée à l’École na­tio­nale su­pé­rieure des Arts Dé­co­ra­tifs, pas­sion­née d’im­pri­més, de mo­tifs, de tex­tiles, cultive l’art du tis­sage des pa­piers dé­cou­pés. C’est aus­si ici qu’elle in­vente ses fi­gures fan­tasques mê­lant le pa­pier à l’in­fi­ni, su­per­po­sant les formes. Avec un ré­cit gra­phique et ten­ta­cu­laire, sti­mu­lé par un ima­gi­naire ins­pi­ré, Ju­lie Yülle plante le charme désuet de re­liques qui semblent ve­nues des Amériques. À l’évi­dence cette Cam­pagne à Pa­ris la sti­mule. « J’aime l’idée d’un Pa­ris po­pu­laire. Un Pa­ris bu­co­lique, simple comme une mau­vaise herbe. J’ai tou­jours été mo­ti­vée par la ren­contre de deux concepts im­pro­bables. C’est ce qui me fait in­ven­ter un vase en tis­su, c’est aus­si ce qui me pousse à mé­lan­ger les styles et les époques. J’avais be­soin de cette in­tro­duc­tion de la na­ture dans la mai­son, de portes ou­vertes, de l’air qui cir­cule, du chant des oi­seaux. Je suis attentive au “com­por­te­ment” de la clé­ma­tite qui s’en­roule, à la force de la gly­cine. » Et si on la ques­tionne sur le choix du pa­pier dé­cou­pé, elle ex­plique : « J’ai eu en­vie de prendre des pages de ma­ga­zine, de les plier en deux avant de les dé­cou­per. Comme les taches du test de Ror­schach. J’avais ima­gi­né ce pro­cé­dé pour re­trou­ver l’ins­tinct et l’im­pro­vi­sa­tion. L’idée de faire comme un mur vé­gé­tal de pa­pier, pié­gé der­rière un verre m’a pous­sée à tra­vailler sur de pe­tites vi­trines. Le dé­cou­page est un point de dé­part, il per­met de dé­ve­lop­per des formes, que je peux en­suite re­prendre dans d’autres uni­vers comme la dé­co­ra­tion, le tex­tile, la mode… » Sur R-V par l’agence No­tez-le bien. Tél. 09 82 32 24 87 et ju­lieyulle.fr

1 Page de gauche, dans la salle à man­ger, la bi­blio­thèque en car­ton, Mu­ji, est re­peinte en cou­leur « Craie », Eme­ry & Cie. Sur la table, un mé­lange de pa­piers peints, d’échan­tillons et d’épreuves de contrôle de ma­quettes tex­tiles. Fau­teuils et table...

2

3

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.