L’ OEUVRE MUL­TIPLE

Aux com­mandes de l’ac­cro­chage de cette col­lec­tion, le dé­co­ra­teur Jacques de Beau­re­gard joue l’ac­cu­mu­la­tion chère au pro­prié­taire, et crée un as­sem­blage-puzzle sans fron­tières.

Vivre Côté Paris - - LE SOMMAIRE - PAR Ca­ro­line Cla­vier PHO­TOS Ni­co­las Millet

Avec l’ac­cro­chage de cette col­lec­tion, le dé­co­ra­teur Jacques de Beau­re­gard joue l’ac­cu­mu­la­tion et les belles as­so­cia­tions.

Ins­tal­lé sur les hauts de Mont­martre, le col­lec­tion­neur et psy­chiatre Mark Le­wis ac­cu­mule de fa­çon rai­son­née, mais pas­sion­née, de­puis des an­nées, traits, plumes, 2. la­vis, aqua­relles, des­sins, pein­tures, gra­vures. Chez lui, la col­lec­tion tourne à l’ob­ses­sion, au ri­tuel... du choix – sou­vent pul­sion­nel – d’une fi­gure, d’une es­quisse, d’un pay­sage. Trois grands thèmes tra­versent cet as­sem­blage, for­mant une oeuvre en soi. Le dessin d’écri­vain, parce que « le poète est un men­songe qui dit tou­jours la vé­ri­té » se­lon Coc­teau. Les au­to­por­traits « un autre angle de cette col­lecte de signes très hu­mains, ré­vé­la­teurs de la face in­té­rieure des êtres » et en­fin, l’éro­tisme « la voie royale qui conduit à la connais­sance de l’autre dans l’hu­ma­ni­té », sou­ligne le col­lec­tion­neur. Confié au dé­co­ra­teur Jacques de Beau­re­gard, l’ac­cro­chage de ces pièces a né­ces­si­té une mise en place pré­cise et ré­flé­chie qu’il ex­plique ici. « J’ai, dans un pre­mier temps, sou­hai­té créer une teinte qui soit le sup­port à la col­lec­tion. Le mur prin­ci­pal a été peint cou­leur orange brû­lé. Le ta­bleau pré­fé­ré du pro­prié­taire, ce­lui de l’ar­tiste So­nia De­lau­nay, se­ra le pre­mier à prendre place. Po­sé à un mètre cin­quante du sol – à par­tir de son centre – se­lon la norme, il ouvre le puzzle des pièces qui sui­vront. Le reste s’est construit sans a prio­ri, au gré de l’en­vie. J’ai tra­vaillé par thème, me ser­vant de la cou­leur pour faire le lien d’une fa­mille à l’autre. La forme des cadres n’a pas fa­vo­ri­sé les rap­pro­che­ments. J’ai joué à l’in­verse sur les contrastes, les dif­fé­rences. Et sur­tout sur l’ab­sence de li­mites. L’en­semble du mur est cou­vert du sol au pla­fond, les ta­bleaux en­va­hissent toute la sur­face. Les oeuvres ma­jeures sont à la vue mais pas toutes, l’idée est d’in­vi­ter l’oeil de ce­lui qui re­garde à cher­cher et voir, non sans peine par­fois, à la ma­nière d’un jeu de piste ». Jacques de Beau­re­gard, dé­co­ra­teur. jde­beau­re­gard18@gmail.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.