ORI­GA­MI POR­TU­GAIS

À L’ÉCOUTE DE JEUNES TA­LENTS, CRÉA­TIONS MÉTAPHORES, ÉDI­TEUR DE TIS­SUS D’AMEU­BLE­MENT, EX­POSE LES GÉOMÉTRIES ABS­TRAITES D’ANAÏS GON­NA­CHON. AVEC « AZU­LE­JOS » , LA MA­GIE DES MA­TIÈRES ET D’UN SA­VOIR- FAIRE D’EX­CEP­TION TISSE L’HIS­TOIRE D’UNE PAROI TEX­TILE ÉVOQU

Vivre Côté Paris - - Le Sommaire - PAR Cé­cile Vaia­rel­li

Avec « Azu­le­jos », la créa­trice Anaïs Gon­na­chon, mêle l’ori­ga­mi ja­po­nais et la tra­di­tion de la cé­ra­mique por­tu­gaise.

Jeu de pa­tience et dia­logue in­tui­tif entre des ma­tières et des mo­tifs, l’oeuvre d’Anaïs Gon­na­chon prend sa source dans les va­leurs de trans­mis­sion des Com­pa­gnons du de­voir. Au-de­là d’un simple pro­jet de fin d’études, sa créa­tion « Azu­le­jos » conclut en beau­té cinq an­nées de for­ma­tion et tout au­tant de pas­sion. Lorsque Ben­ja­min Mendes, com­pa­gnon ta­pis­sier, ac­cueille dans son ate­lier de Maus­sane-les-Al­pilles la jeune ta­pis­sière en dé­cors, la trame de ce sa­voir-faire raf­fi­né qui os­cille entre monde clas­sique et ins­pi­ra­tion contem­po­raine est pour elle une évi­dence. L’au­dace a toute sa place dans ce mé­tier aux mains d’or qui ma­nie des ma­té­riaux nobles et na­tu­rels et ap­pri­voise l’oeil par le tou­cher. C’est à l’ate­lier Men­dez-Ruiz qu’Anaïs doit sa chance de ren­con­trer les Créa­tions Métaphores. La sen­si­bi­li­té de cette toute jeune femme de 22 ans, son ta­lent créa­tif, sa per­son­na­li­té mo­de­lée par la té­na­ci­té, la clar­té et l’en­thou­siasme entrent en ré­so­nance avec les va­leurs d’in­no­va­tion et de trans­mis­sion por­tées par la mai­son Créa­tions Métaphores. L’aven­ture naît dans la dou­ceur d’une fla­nelle de laine sur la­quelle sont pro­je­tés de ma­nière aléa­toire des nuages de fils. « Il me fal­lait une ma­tière ri­gide qui ne s’ef­fi­loche pas, ex­plique Anaïs Gon­na­chon. Créa­tions Métaphores m’a four­ni de nom­breux échan­tillons pour mes tests, et c’est fi­na­le­ment sur Vi­re­volte que mon choix s’est ar­rê­té. Cette ma­tière cor­res­pon­dait à tous mes be­soins, tant en termes tech­niques qu’es­thé­tiques, même s’il a fal­lu lé­gè­re­ment l’adap­ter pour qu’elle se plie à toutes mes en­vies. » Car la mise en vo­lume est une contrainte pour créer une paroi tex­tile à la croi­sée de l’ori­ga­mi ja­po­nais et des car­reaux de cé­ra­mique por­tu­gais. Tra­çage, dé­cou­page, pliage, as­sem­blage… Après cent trente-cinq heures dé­diées aux es­sais dé­bute une longue pé­riode de mise en oeuvre et de mon­tage. Toutes les étapes mi­nu­tieuses de la créa­tion portent en elles l’in­tel­li­gence de la main et une vi­sion à la fois libre et ar­chi­tec­tu­rée pour créer une oeuvre ac­tuelle, po­ten­tiel­le­ment in­tem­po­relle.

1. Après les ga­ba­rits en car­ton suivent les tra­cés sur le tis­su, avec une pointe pour fa­ci­li­ter le pliage. 2. La mise en vo­lume des Azu­le­jos, avec une fla­nelle de laine si­gnée Créa­tions Métaphores. 3. La ta­pis­sière en dé­cors Anaïs Gon­na­chon as­semble les Azu­le­jos pour for­mer une ar­chi­tec­ture tex­tile. 4. Sa­luant sa per­sé­vé­rance dans ce pro­jet com­plexe, la so­cié­té Cor­ler four­nit les tringles qui re­lient les dif­fé­rents élé­ments. 5. Pro­lon­geant la main, les ou­tils du pro­jet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.