AR­CHI- DE­SI­GN

L’ar­chi­tecte, scé­no­graphe et de­si­gner Ma­rie Ch­ris­tine Dor­ner, fi­dèle col­la­bo­ra­trice de Cin­na et Ligne Ro­set, a fait de sa base pa­ri­sienne un bu­reau à vivre à la dou­ceur épu­rée, de­ve­nu aus­si le ter­ri­toire d’équi­libre d’une grande voya­geuse.

Vivre Côté Paris - - Le Sommaire - PAR Ca­ro­line Cla­vier P HOTOS Ni­co­las Millet

L’ar­chi­tecte, scé­no­graphe et de­si­gner Ma­rie Ch­ris­tine Dor­ner, a conçu un bu­reau à vivre.

Der­nier- né par­mi l es créa­tions de Ma­rie Ch­ris­tine Dor­ner, le ca­na­pé « L’Im­pré­vu » des­si­né pour Cin­na, illustre la si­gna­ture et l’iden­ti­té de la de­si­gner. Un meuble trois en un qui com­bine, l’air de rien, les fonc­tions d’un so­fa, d’un cor­ner group et d’un lit à lui tout seul. S’ajoutent au ta­lent de ce mo­dèle ca­mé­léon des va­riantes de pro­fon­deurs et des dos­siers in­di­vi­duels amo­vibles de dif­fé­rentes hau­teurs, per­met­tant de re­des­si­ner un pay­sage in­té­rieur sur me­sure et à l’en­vie. « L’Im­pré­vu », comme son nom l’in­dique, donne une ex­pres­sion à l’éphé­mère, au mou­ve­ment, à la sur­prise, chers à celle qui aime à sou­li­gner que « le de­si­gn est un jeu utile ». Au fil des voyages Ma­rie Ch­ris­tine Dor­ner a for­gé son oeil et son trait. À 25 ans, elle fait une es­cale d’un an à To­kyo au­près de Te­ruo Ku­ro­sa­ki, di­rec­teur de la mai­son d’édi­tion Idée, qui l’in­vite à créer une col­lec­tion de mo­bi­lier en acier plié ins­pi­rée de l’ori­ga­mi. Elle en garde le sens de l’el­lipse, la ri­gueur de l’épure. De­puis, la ligne de­vient vo­lon­tiers on­du­la­tion. Comme la sé­rie « One Shape », forme ré­fé­rente, créée en 2004, et dé­cli­née dans dif­fé­rents for­mats et ma­té­riaux, y com­pris en bi­joux. Un tra­vail de re­cherche où l’éco­no­mie du trait ten­du vers la fonc­tion conserve le cap de la dou­ceur, l’une des ca­rac­té­ris­tiques de son tra­vail. Comme aus­si sa table d’ap­point « Hol­low » mon­tée sur quatre dés en Plexi­glas rose aci­du­lé réa­li­sée avec la cé­ra­miste Ar­melle Be­noit, son mi­roir am­bré « De­mi-teintes » ou la col­lec­tion de vases et lampes « Ja­li » en ré­sille de laiton, édi­tés les deux par Cin­na. L’es­sen­tiel reste la pé­ren­ni­té, in­con­tour­nable chez la créa­trice. Du de­si­gn à l’ar­chi­tec­ture en pas­sant par la scé­no­gra­phie, « je sou­haite des­si­ner des choses qui durent, ra­con­ter une his­toire qui fait sens avec la marque, les ma­té­riaux. Je ne choi­sis pas le mi­ni­ma­lisme par prin­cipe mais pour sa ca­pa­ci­té à am­pli­fier l’usage, à créer un de­si­gn aug­men­té, pro­je­té dans le temps ». Pour preuves : la tri­bune pré­si­den­tielle du 14 Juillet re­mon­tée vingt-neuf fois de­puis qu’elle l’a créée en 1990, dont elle a as­su­ré la maî­trise d’oeuvre pen­dant vingt-trois ans, les am­bas­sades qu’elle su­blime aux quatre coins du monde, ou en­core sa fi­dé­li­té aux grandes mai­sons avec sa­voir-faire, telles que Bac­ca­rat, Ber­nar­daud, Saint-Louis, Cin­na, Ligne Ro­set, Mon­tis et Zeus. Dans son ap­par­te­ment, ce re­gard trans­ver­sal, ce goût du mou­ve­ment font par­tie des murs. Ici, lieu à vivre et es­pace de tra­vail ne font qu’un. Les créa­tions, les pro­to­types, les échan­tillons, les ma­quettes, les ob­jets amis s’ac­com­pagnent na­tu­rel­le­ment. Un pêle-mêle struc­tu­ré par une ar­chi­tec­ture XIXe siècle en­tiè­re­ment re­con­si­dé­rée, où cui­sine et sé­jour se ré­pondent dans la conti­nui­té de l’es­pace, où les pan­neaux mo­biles en tex­tile et les doubles portes ou­vertes en grand gomment les fron­tières, où le blanc des murs sou­ligne des cou­leurs fortes. Entre at­mo­sphère stu­dieuse et vie pri­vée, entre ra­di­ca­li­té et dou­ceur, entre fé­mi­nin et mas­cu­lin, Ma­rie Ch­ris­tine Dor­ner a fait de cet es­pace plu­riel son ter­ri­toire d’équi­libre et d’ins­pi­ra­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.