PON­TI, IN­FI­NI­MENT GRAND

Vivre Côté Paris - - Le Sommaire - PAR Cé­cile Vaia­rel­li

Au mu­sée des Arts dé­co­ra­tifs, pre­mière ré­tros­pec­tive fran­çaise du gé­nial ita­lien.

LE MU­SÉE DES ARTS DÉ­CO­RA­TIFS MET EN SCÈNE EN SIX AM­BIANCES, SIX DÉ­CEN­NIES, LA CAR­RIÈRE EX­CEP­TION­NELLE DE GIO PON­TI DANS LES DO­MAINES DE L’ AR­CHI­TEC­TURE, DU DE­SI­GN, DE L’ A MÉ­NA­GE­MENT D’ IN­TÉ­RIEUR ET DE L’ ÉDI­TION. PRE­MIÈRE RÉ­TROS­PEC­TIVE EN FRANCE D’UN GÉ­NIE PRO­LI­FIQUE, L’ HIS­TOIRE COM­MENCE EN 1921…

Vou­loir em­bras­ser la pen­sée ample de Gio Pon­ti d’un seul geste, se­rait comme vou­loir ra­con­ter l’Ita­lie tout en­tière en route pour la mo­der­ni­té. De sa nais­sance en 1891 à 1979, an­née de son éclipse, Gio Pon­ti a vé­cu plu­sieurs vies. Chaque ten­ta­tive de dé­fi­ni­tion de l’homme chasse et en­ri­chit la pré­cé­dente. Quelle rai­son au­rions­nous de choi­sir entre l’oeuvre de l’ar­chi­tecte, du de­si­gner, du peintre, de l’écri­vain, du dé­co­ra­teur ? Du dé­tail au tout, Gio Pon­ti fut une étoile ou­vrant les pers­pec­tives d’un nou­vel art de vivre. L’ex­po­si­tion est le fruit d’un ré­co­le­ment d’ob­jets et d’ar­chives in­édits. La chro­no­lo­gie de « l’homme mul­tiple » dé­ve­loppe le pro­jet en six am­biances pour six dé­cen­nies, scé­no­gra­phiées par l’agence Jean-Mi­chel Wil­motte & as­so­ciés, avec la col­la­bo­ra­tion du gra­phiste Ita­lo Lu­pi. Le temps d’ad­mi­rer la vil­la Plan­chart à Ca­ra­cas, abs­trac­tion mo­der­niste des an­nées 1960 et oeuvre d’art to­tale, l’on ren­contre la chaise « Su­per­leg­ge­ra », icône du de­si­gn ita­lien tou­jours édi­tée par Cas­si­na, puis la re­vue Do­mus, créée par Gio Pon­ti et source d’une conti­nui­té de pen­sée sur le po­ten­tiel ex­pres­sif des ma­té­riaux de l’ar­ti­sa­nat et de l’ar­chi­tec­ture. Au dé­tour des ob­jets, l’élé­gante théière « Ae­ro » des­si­née pour Ch­ris­tofle, un ser­vice de table aux géométries joyeuses édi­té par Fran­co Poz­zi, la res­plen­dis­sante mac­hine à ca­fé « La Cor­nu­ta », les por­ce­laines raf­fi­nées Ri­chard Gi­no­ri… À voir ou à vivre, l’hô­tel Par­co dei Prin­ci­pi à Sor­rente et sa clar­té so­laire en cé­ra­mique blanc et bleu, la tour Pi­rel­li à Mi­lan qui dé­fie la ville dans les an­nées 1960… Du mo­bi­lier à l’ar­chi­tec­ture d’in­té­rieur, à l’es­pace do­mes­tique, à l’ar­ti­sa­nat d’art, au dé­ve­lop­pe­ment in­dus­triel, le gé­nie créa­tif de Gio Pon­ti s’im­misce par­tout. La ri­chesse et l’ori­gi­na­li­té de son oeuvre res­tent sus­pen­dues à une pen­sée gé­né­reuse, joyeuse, co­lo­rée. En se réin­ven­tant sans cesse, elles ré­sument la « Mai­son ita­lienne », comme l’ex­pres­sion d’une au­then­tique ci­vi­li­sa­tion mo­derne et in­ter­na­tio­nale.

2. 3. 4. 1. 1. Au cours des an­nées 1950 et 1960, le style Gio Pon­ti fait le tour du monde avec d’im­por­tantes com­mandes pri­vées. À ce titre, la vil­la Plan­chart à Ca­ra­cas est un ma­ni­feste. 2. En 1957, la chaise « Su­per­leg­ge­ra », de­vient une icône du mo­bi­lier ita­lien. 3. Jeux de formes, de sur­faces et de cou­leurs se­ven­ties, avec cette table pliante en for­mi­ca, bois et lai­ton. 4. Phare dans la ville. À l’aube des an­nées 1960, la tour Pi­rel­li est le pre­mier gratte-ciel éri­gé à Mi­lan.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.