TRA­VER­SÉES LU­MI­NEUSES

Vivre Côté Paris - - Le Sommaire - TEXTE Vir­gi­nie Ber­trand P HOTOS Ste­phan Jul­liard

En rez-de-chaus­sée, un ap­par­te­ment aux al­lures de mai­son avec jar­din ré­or­ches­tré par Sa­rah La­voine.

QUAND UN REZ-DE-CHAUS­SÉE DU 16 E AR­RON­DIS­SE­MENT PREND DES AL­LURE S DE MAI­SON AU FOND DU JAR­DIN, TROQUES ES IM­PO­SANT ES MOU­LURES POUR DE VIF SA PLATS DE COU­LEUR ET MUL­TI­PLIE LES OU­VER­TURES, L’ OEIL S’ ANIME. LES CON­VER­SA­TIONS AUS­SI.

VERT PRAI­RIE PAGE DE GAUCHE

L’en­trée de l’ap­par­te­ment se fait par le jar­din des­si­né par le pay­sa­giste Pierre-Alexandre Ris­ser. La ter­rasse en ipé ac­cueille une vé­ri­table salle à man­ger ex­té­rieure. Chaises et fau­teuils De­do, as­siettes « Im­pres­sion » et verres « Si­ci­lia », Mai­son Sa­rah La­voine.

CI- CONTRE

Dans la cui­sine ou­verte sur le jar­din et le sa­lon, les élé­ments Bul­thaup d’un vert pro­fond sont sou­li­gnés par les plans ho­ri­zon­taux en marbre Ne­ro Mar­qui­na. Le gris de la table chi­née ré­pond à ceux du ter­raz­zo, la blon­deur du paillage des chaises à celle des ran­ge­ments en ro­tin sur me­sure de L’Ar­ti­san Rem­pailleur. Éta­gère en verre, Sa­rah La­voine, et lustre, Mar­ta de la Ri­ca.

Don­ner à cet ap­par­te­ment une nou­velle en­trée et bou­le­ver­ser, de ce fait, son plan d’ori­gine, a été le par­ti pris ra­di­cal des pro­prié­taires et de Sa­rah La­voine, ar­chi­tecte du pro­jet. « Chaque chan­tier est une aven­ture hu­maine. C’est pour moi très agréable de ren­trer dans la tête des gens pour tra­duire leurs dé­si­rs, sou­ligne cette der­nière. Ici, le jar­din est au centre de l’his­toire. Il a été des­si­né par le pay­sa­giste Pierre-Alexandre Ris­ser, c’est lui qui donne le ton, gé­nère la pre­mière im­pres­sion. On le tra­verse pour ar­ri­ver à la ter­rasse. L’en­trée ac­cueille dans un ton sombre, Thé de Chine, qui contraste avec la lu­mi­no­si­té ex­té­rieure. Le re­gard est alors im­mé­dia­te­ment at­ti­ré par les autres pièces, le sa­lon, la cui­sine et la chambre, toutes tour­nées vers l’ex­té­rieur. » Une dis­po­si­tion en en­fi­lade qui per­met d’ap­pré­hen­der l’es­pace dans sa glo­ba­li­té, grâce à « un jeu de trans­pa­rences et d’ou­ver­tures ». Cette flui­di­té des lignes et des pers­pec­tives ré­pon­dait au sou­hait d’al­ler à l’es­sen­tiel : « Nous avons beau­coup al­lé­gé tout en res­pec­tant l’âme des lieux. » La gram­maire propre à Sa­rah La­voine, éla­bo­rée de­puis plus de quinze ans au sein de son agence, ins­taure un dia­logue entre les pièces, les époques, les ma­tières et les cou­leurs. La cui­sine, gé­né­reuse avec sa table en­ca­drée de chaises chi­nées, capte dans un mi­roir vin­tage le sa­lon qui, lui-même, s’ouvre sur la bi­blio­thèque-bu­reau et sur la chambre. La cir­cu­la­tion est ai­sée. Les cou­leurs rythment la tra­ver­sée, d’une pièce à l’autre : jaune tour­ne­sol sur le ca­na­pé, bleu de mi­nuit au mur, vert fou­gère pour les ri­deaux, rose pour la ban­quette in­ti­miste de la chambre... Faut-il le rap­pe­ler, Sa­rah La­voine est aus­si co­lo­riste. Preuve en est, le dé­sor­mais cé­lèbre Bleu Sa­rah, de­ve­nue l’un des sym­boles de la marque Res­sources pour la­quelle elle a par ailleurs ima­gi­né une ligne de 36 teintes in­tenses, vives et in­tem­po­relles. Les ma­tières se ré­pondent elles aus­si de pièce en pièce, créant l’har­mo­nie d’en­semble : le ter­raz­zo pré­do­mine, al­ter­nant les tailles des éclats de marbre dans dif­fé­rents rap­ports d’échelle, le plan­cher en point de Hon­grie se ma­rie à la bi­blio­thèque et aux portes en bou­leau, le can­nage et la ra­bane se dé­clinent en meubles et tête de lit. Le mo­bi­lier ex­prime pour sa part le goût des mé­langes de la dé­co­ra­trice. « J’aime la mixi­té, les in­té­rieurs mé­tis­sés, ins­pi­rés des voyages. » C’est ain­si qu’elle pose des cous­sins en kha­di, un co­ton in­dien fi­lé et tis­sé à la main, sur un ca­na­pé Liaigre, ac­cu­mule les mi­roirs vin­tage, XVIII e ou de Gio Pon­ti, ré­chauffe le ter­raz­zo en l’as­so­ciant au ro­tin. Les pro­prié­taires com­posent au­tour li­bre­ment en po­sant sur les éta­gères livres d’art, boîtes la­quées de Pierre Char­pin pour Her­mès, bou­geoirs en bé­ton de Jim­my De­la­tour… S’ex­traire des conven­tions dé­co­ra­tives pour­rait bien être leur man­tra.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.