À BRIDE ABAT­TUE

Vivre Côté Paris - - LE SOMMAIRE - PAR Vir­gi­nie Ber­trand

L’épo­pée de la mai­son Long­champ a dé­bu­té il y a soixante-dix ans. L’en­tre­prise fa­mi­liale fait tou­jours preuve d’une mo­der­ni­té dé­bri­dée.

L’ÉPO­PÉE DE LONG­CHAMP, DÉ­BU­TÉE IL Y A SOIXANTE-DIX ANS À PA­RIS, SE PRO­LONGE EN TER­RI­TOIRE VEN­DÉEN... DE­PUIS SA PIPE ORI­GI­NELLE GAINÉE DE CUIR JUS­QU’AUX UL­TIMES DÉ­CLI­NAI­SONS DE SON SAC ICO­NIQUE CONÇU À LA MA­NIÈRE D’UN ORI­GA­MI, L’EN­TRE­PRISE FA­MI­LIALE FAIT PREUVE D’UNE MO­DER­NI­TÉ DÉ­BRI­DÉE.

« Je res­sens une cer­taine li­ber­té à mon­trer un nou­veau Long­champ ins­pi­ré des an­nées 1970 et de per­son­na­li­tés comme les man­ne­quins Ani­ta Pal­len­berg et Ve­ru­sch­ka», s’en­thou­sias­mait So­phie De­la­fon­taine, pe­tite-fille du fon­da­teur Jean Cas­se­grain et di­rec­trice de créa­tion de la marque, à l’is­sue du dé­fi­lé de prêt-à-por­ter prin­temps-été 2019 au Three World Trade Cen­ter de New York. Ces pa­roles, confiées au site Fa­shion Net­work, font écho à celles de son grand-père, Jean Cas­se­grain, quand ce der­nier choi­sit en 1961 d’ou­vrir une bou­tique à l’aé­ro­port d’Or­ly. «Une oc­ca­sion d’aven­ture et de li­ber­té, d’in­ter­na­tio­na­li­sa­tion de la marque, d’ou­ver­ture au monde». C’est ce même grand-père bu­ra­liste, qui, en 1946, ob­ser­vant que fu­mer de­ve­nait à la mode, en­tre­prit de gai­ner et si­gner ses pipes. Ces der­nières, avec le re­tour des sol­dats dans leurs pays, dif­fusent dès lors le nom de Long­champ à tra­vers le monde. Jean Cas­se­grain ap­puie ce suc­cès nais­sant par l’en­voi de son fils Phi­lippe, pré­sident ac­tuel, à la conquête de l’Amé­rique mais aus­si de Sin­ga­pour, Hong Kong, la Ma­lai­sie, l’Afrique. À 16 ans, le jeune homme em­barque sur le pre­mier pa­que­bot par­tant de Londres avec, dans ses malles… des pipes, of course. Quelque 300 bou­tiques ou­vertes dans 120 pays plus tard, Long­champ a dif­fu­sé son sac ico­nique « Pliage » à plus de 30 mil­lions d’exem­plaires. Des­si­né en 1970, d’abord ap­pe­lé « Ex­tra-Bag », ce­lui-ci s’est sim­pli­fié en 1993, aban­don­nant sa po­chette et adop­tant son nom dé­fi­ni­tif. De­puis, sa toile (de ny­lon) se fait page blanche pour de pres­ti­gieux ar­tistes –de Tra­cey Emin à Fe­lice Va­ri­ni ou Sa­rah Mor­ris– et des créa­teurs de mode – Jeremy Scott, Shayne Oli­ver de Hood By Hair… Il gagne en no­blesse, de­vient ob­jet de luxe en série li­mi­tée et se dé­cline en ver­sion cuir. L’élixir de jeu­nesse de Long­champ ? Cette fou­lée d’avance, ce re­gard sans oeillères, ce dé­sir in­chan­gé de che­vau­cher son époque. L’ou­ver­ture, en sep­tembre der­nier, d’un nou­vel ate­lier éco­lo­gique à Pou­zauges, en Ven­dée, en donne une nou­velle illustration.

1. 3. 4. 5. 6. 7. 1. New York, ter­ri­toire de conquête pour la marque en 1955. 2. Pour ses 70 ans, Long­champ or­ga­nise un dé­fi­lé au 63e étage du Three World Trade Cen­ter, au coeur de la Grosse Pomme. 3. Phi­lippe Cas­se­grain, ac­tuel pré­sident de Long­champ, et son frère, en­fants. 4. Sur le tar­mac de l’aé­ro­port d’Or­ly où Jean Cas­se­grain fut le pre­mier à ou­vrir une bou­tique en 1961. 5, 6. Sacs de la col­lec­tion Long­champ By Shayne Oli­ver, lan­cée en mai 2018. 7. Les ma­ro­qui­nières dans le pre­mier ate­lier de Se­gré, en An­jou, en 1959. 2.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.