CÉ­PAGES OU­BLIÉS

Bien qu’au­to­ri­sés dans l’éla­bo­ra­tion du cham­pagne, l’ar­bane, le pe­tit mes­lier, le pi­not blanc et le pi­not gris ont qua­si­ment dis­pa­ru des vi­gnobles. Des vi­gne­rons pas­sion­nés ba­taillent pour re­mettre ces va­rié­tés dé­lais­sées au goût du jour.

Vivre Côté Paris - - EFFERVESCENCES - PAR Phi­lippe Bi­da­lon

Pour faire du cham­pagne, on peut bien sûr comp­ter sur les trois stars du vi­gnoble cham­pe­nois (pi­not noir, meu­nier et char­don­nay), mais quatre autres cé­pages his­to­riques, tous blancs, sont au­to­ri­sés par l’AOC: l’ar­bane, le pe­tit mes­lier, le pi­not blanc (ou blanc vrai) et le pi­not gris (au­tre­fois nom­mé fro­men­teau ou «en­fu­mé»), qui don­naient de bien jo­lies bulles. Les Cham­pe­nois se sont dés­in­té­res­sés de ces rai­sins fra­giles et ca­pri­cieux, ca­pables de res­ter verts plu­sieurs an­nées d’af­fi­lée. Pis, leur ren­de­ment était mé­diocre, même au mieux de leur forme! Pas ac­cep­table dans une ré­gion vi­ni­cole en proie aux dé­mons pro­duc­ti­vistes. Les «mau­vais élèves» de­vinrent si rares qu’ils n’oc­cupent plus au­jourd’hui qu’un pe­tit 0,5% des 34 000 hec­tares plan­tés en Cham­pagne. Des cé­pages «ou­bliés», mais… pas de tous. Une poi­gnée de vi­gne­rons, at­ta­chés à la pré­ser­va­tion de ce pa­tri­moine, conti­nue d’en bi­chon­ner quelques ar­pents. Comme les Tar­lant, à

OEuilly (Marne), chez qui s’éla­bore de­puis des lustres une cu­vée sin­gu­lière à par­tir de pi­not blanc, d’ar­bane et de pe­tit mes­lier. Ou en­core du cô­té de Jouy-lès-Reims, où Pierre et Phi­lippe Au­bry, dé­si­reux de re­nouer avec une vi­ti­cul­ture an­ces­trale, dé­couvrent en 1986, dans de vieux ma­nuels, l’im­por­tance, au­tre­fois, de ces va­rié­tés. Les deux frères, res­pec­ti­ve­ment bio­lo­giste et oe­no­logue, en re­trouvent quelques ceps, les mul­ti­plient et les ré­coltent. Ain­si est né Le Nombre d’Or, qui réunit les sept cé­pages. C’est le vi­gnoble de l’Aube qui re­cèle le plus grand nombre de pieds de cha­cun d’eux. Deux vé­né­rables mai­sons fa­mi­liales de la Côte des Bar, Drap­pier et Mou­tard Père & Fils, leur consacrent des cu­vées ex­clu­sives, à l’ins­tar de la coo­pé­ra­tive Chassenay d’Arce, dont les adhé­rents veillent pieu­se­ment sur de vieilles par­celles de pi­not blanc. Un cé­page qui re­naît aus­si aux portes de Reims, grâce à Pierre Tri­chet, un vi­gne­ron au ca­rac­tère af­fir­mé… Comme les cé­pages rares.

1. Ori­gi­naire de l’est de la France, le pe­tit mes­lier est un hy­bride na­tu­rel du gouais et du sa­va­gnin. Il est riche en al­cool et li­bère des arômes de vio­lette, de ci­tron et 2. «C’est mon de­voir d’en­tre­te­nir ce pa­tri­moine, de pré­ser­ver la bio­di­ver­si­té et d’es­sayer de ti­rer le meilleur de ces rai­sins», de ver­veine. confie Mi­chel Drap­pier, cé­lèbre vi­ti­cul­teur de 3. l’Aube, qui cultive (en bio) quelques ares des quatre cé­pages ou­bliés. Ven­danges de pi­not blanc culti­vé pour la coo­pé­ra­tive Chassenay d’Arce.

8. 1. 2. NOTRE SÉ­LEC­TION Clos du Châ­teau de Bli­gny, Cu­vée 6 Cé­pages, brut, 49 € (Ni­co­las). Drap­pier Quat­tuor, blanc de blancs (ar­bane, pe­tit mes­lier, pi­not blanc 3. 4. 5. et char­don­nay), 65 €. Du­val-Le­roy, Pré­cieuses Par­celles Pe­tit Mes­lier 2005, 90 €. Mou­tard Père & Fils, Ar­bane Vieilles Vignes 2011, 106 €. Pierre Tri­chet, 6. 7. 8. Cu­vée 1333, brut, 47 €. Chassenay d’Arce Pi­not Blanc ex­tra-brut 2008, 45 €. Tar­lant Cu­vée Bam ! 105 €. L. Au­bry Fils Le Nombre d’Or 2014, brut, 28 €.

1.

5.

4.

7.

2.

3.

6.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.