Vivre Côté Paris

Rhodia Bourdelle, Fille de...

- PAR MARIE-LAURE CASTELNAU.

MÉMOIRE DU PÈRE Le musée Bourdelle raconte son histoire á travers le récit de la vie de la fille de l’artiste, Rhodia. Elle a vécu dans l’atelier de son père et porté sa mémoire en transforma­nt ces lieux en musée.

Lorsque son père Antoine Bourdelle meurt le 1er octobre 1929, Rhodia, sa fille tant aimée a 18 ans. Sa peine est immense. Depuis sa naissance en 1911, Rhodia est adulée, gâtée par son père. Elle vit et grandit á ses c™tés. Dans ses ateliers, entre cour et jardin, elle joue au milieu des sculptures, s’amuse avec leurs ombres jetées au sol, s’imprègne de l’odeur du plâtre humide. Elle regarde son père travailler, dessiner, l’écoute parler de son art, recevoir ses modèles, mécènes, amis ou élèves. Cette histoire de la vie de cette famille d’artistes est racontée au fil des salles de cette exposition, avec pour guide fant™me, Rhodia. De l’atelier de peinture, á l’extension de Portzampar­c, en passant par le grand hall construit en 1961 pour abriter les plâtres monumentau­x, correspond­ances, sculptures, peintures, films, dessins d’enfants, photos, évoquent l’activité intense des ateliers de Bourdelle et cette vie dévouée á son père. Déjá, en 1917, le sculpteur avait réalisé un dessin qui traèait la destinée de Rhodia alors âgée de 6 ans: porter la mémoire de son géniteur. Après sa disparitio­n, Rhodia n’aura de cesse, avec sa mère Cléopâtre, d’origine grecque,

de préserver le souvenir et le travail du sculpteur. Grâce á leur déterminat­ion et leur ténacité, elles parviendro­nt á sauver les ateliers de l’artiste et transforme­r, comme le souhaitait Bourdelle, ce lieu de vie et de travail en un sanctuaire ouvert au public. Il leur faudra vingt ans pour convaincre. À la faveur d’une donation à la Ville de Paris, un musée ouvre au public en 1949, déployé dans ses ateliers. Devenue conservate­ur á la mort de Cléopâtre en 1972, Rhodia poursuivra le travail de sa mère. Elle n’aura de cesse d’accro”tre la collection, d’enrichir le parcours muséograph­ique, d’assembler une documentat­ion, d’organiser des exposition­s, d’entretenir des liens avec les élèves de Bourdelle. Aux activités habituelle­s de la conservati­on d’un musée, s’ajoutent celles de l’ayant droit d’un sculpteur: éditer, diffuser… Si elle n’est pas historienn­e de l’art, elle agit comme une vraie profession­nelle. “Peintre de génie” ou “peintre-né”, selon les mots de son père, elle abandonne ses pinceaux pour mieux remplir sa mission. Dans ses mémoires, elle se confie sur cette vocation artistique contrariée par son destin de “fille de” sans avoir de regret :

 ??  ?? 01
01. Atelier de sculpture de Bourdelle, 2015. 02. L’atelier de peinture, 2015. 03. Rhodia enfant dans le jardin des ateliers. Photograph­ie anonyme, vers 1918. 02 03
01 01. Atelier de sculpture de Bourdelle, 2015. 02. L’atelier de peinture, 2015. 03. Rhodia enfant dans le jardin des ateliers. Photograph­ie anonyme, vers 1918. 02 03

Newspapers in French

Newspapers from France