LE POINT DE VUE DE VOGUE

VOGUE Paris - - Van Cleef & Arpels -

que je vou­lais consa­crer un Vogue en­tier au thème de la nuit. D’abord, parce que la nuit est très pho­to­gé­nique. L’his­toire de Vogue le prouve. On ne compte plus les pho­tos de­ve­nues my­thiques si­gnées par les plus grands, à com­men­cer par Hel­mut New­ton, sai­sies dès que le jour a tour­né les ta­lons.

La nuit c’est aus­si un ter­rain de jeu ex­tra­or­di­naire, un es­pace de li­ber­té, de temps sus­pen­du, l’écrin de la fête, des ren­contres, par­fois de l’ou­bli de soi. Une es­cale pro­pice aux confi­dences, à la fan­tai­sie, à toutes les au­daces.

Le Man­ko et ses ar­tistes, club hy­bride, mi-boîte, mi-ca­ba­ret, de­ve­nu le temple noc­turne pa­ri­sien par ex­cel­lence, in­carne cet en­chan­te­ment. Der­rière les paillettes, les corps de rêve souples comme du ca­ou­tchouc, les clins d’oeil des stro­bo­scopes, le dis­co en in­tra­vei­neuse, les deux chefs d’or­chestre du lieu, Em­ma­nuel D’Ora­zio et Marc Zaf­fu­to, re­lèvent avec pa­nache le pa­ri d’éblouir et eu­pho­ri­ser leurs in­vi­tés. Une at­mo­sphère élec­trique à la­quelle est sans au­cun doute sen­sible Marc Ja­cobs, créa­teur aus­si gé­nial qu’at­ta­chant pour qui la nuit a long­temps été la plage de tous les pos­sibles. En di­rect de New York, il livre en ex­clu­si­vi­té pour Vogue ses confi­dences noc­turnes.

En­fin, la nuit ne se­rait pas la nuit sans son pré­lude. Ce temps d’avant, ins­tants de plai­sir pur de­vant le mi­roir, pas­sé à se pré­pa­rer, se ma­quiller, choi­sir la robe à cou­per le souffle ou les ta­lons ver­tige taillés pour le dan­ce­floor. Kaia, la co­ver-girl du mois, est le vi­sage de cette joyeuse mé­ta­mor­phose. L’étoile brillante de ce Vogue de nuit.

Soi­rée au Man­ko, Pa­ris, 2018.

oc­tobre 2018

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.