GUS

VOGUE Paris - - Beauté -

«J’ai tou­jours eu des bou­le­dogues an­glais. Mon père a of­fert Bet­ty à ma mère quand j’avais trois ou quatre ans. En­suite j’ai eu Spike, ma grande his­toire d’amour, qui est mort juste avant “Places” et qui a lais­sé un vide et un cha­grin im­menses der­rière lui. Pen­dant deux ans, je ne vou­lais plus de chien mais Mar­lowe y te­nait, donc on a fi­ni par adop­ter Gus. Il a sept ans. C’est un chien aty­pique, pas in­dé­pen­dant pour un sou, un han­di­ca­pé de la vie (il est in­ca­pable de po­ser une patte en fo­rêt, il ne peut pis­ser que contre une roue de ba­gnole ou un ré­ver­bère) qui prend une place mons­trueuse, qui fait un bruit tout aus­si mons­trueux et qui dé­cide de tout à la mai­son. En fait, on ha­bite chez Gus. Ce chien est notre pas­sion. Un dé­tail qui dit tout : mon fils et moi on s’adore, mais quand lui ou moi ren­trons à la mai­son, c’est Gus qu’on em­brasse en pre­mier.»

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.