(IN)-SIGNES

Par Jé­rôme Ha­no­ver. Pho­to­graphe R.P. McMur­phy. Sé­lec­tion bi­joux Ma­rie Pas­quier.

VOGUE Paris - - Contents -

Les mé­dailles re­viennent en force, et en nombre.

c’est le bi­jou clas­sique par ex­cel­lence, ce­lui que l’on re­çoit à la naissance, par exemple. Bien sûr, on y est at­ta­ché, on l’a tel­le­ment por­té. Mais, dans l’idée, il a un peu vieilli. Il faut dire qu’on l’a vu si sou­vent sur d’autres cous… Pour mo­der­ni­ser le mé­daillon, la so­lu­tion c’est de le mul­ti­plier. Non pas en por­ter un et le ca­cher dis­crè­te­ment contre sa peau mais en ac­cu­mu­ler dix et les ex­hi­ber comme une pa­role ferme et af­fir­mée, un vé­ri­table sta­te­ment. Il faut alors mé­lan­ger les ins­pi­ra­tions: la mé­daille de bap­tême et le signe du zo­diaque, les ar­moi­ries et les pièces an­ciennes, le ca­deau du boy­friend et le sou­ve­nir de va­cances, le coup de coeur qu’on a eu soi-même et la sur­prise de fa­mille au pied du sa­pin. Cha­cun a sa propre si­gni­fi­ca­tion, per­son­nelle et émo­tion­nelle. Ce qui im­porte, c’est de sa­voir jouer avec les dif­fé­rents codes pour créer son propre ima­gi­naire de laye­ring: l’as­sem­blage unique qui se­ra comme une si­gna­ture. Mais une fois trou­vée votre par­faite com­bi­nai­son de mé­daillons, pas ques­tion pour au­tant de les en­fi­ler comme des perles sur un fil de soie. À chaque mé­daille suf­fit sa chaîne. Et c’est l’oc­ca­sion en­core de su­per­po­ser les uni­vers, de s’amu­ser avec les tailles, les ma­tières et la forme des maillons. Ce dont le mé­daillon a be­soin, fi­na­le­ment, c’est juste d’un peu de style. Et d’ex­cès. de gauche à droite, mé­dailles et chaînes: 5 Oc­tobre, Jac­quie Aiche et Foun­drae chez Mad Lords, Brooke Greg­son chez White Bird, Cho­pard, Sa­rah & Se­bas­tian, Room Ser­vice, Mon­sieur Pa­ris, Ali­ghie­ri et Mau­bous­sin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.