Lit­to­ral : l’été meur­trier

Voile Magazine - - Actus -

C’est un chiffre ef­frayant qui conclut un été mor­tel : 373 per­sonnes sont mortes noyées en France entre le 1er juin et le 26 juillet. Ce chiffre est ti­ré du rap­port in­ter­mé­diaire de l’en­quête « Noyades 2018 », réa­li­sée par l’agence scien­ti­fique et d’ex­per­tise San­té Pu­blique France. La mer, où 36% des ac­ci­dents ont eu lieu, s’avère être le ter­rain le plus dan­ge­reux, sui­vie par les pis­cines (31% des ac­ci­dents). Les pis­cines fa­mi­liales, sou­vent non surveillées, comptent le plus de noyades mor­telles d’après l’en­quête: 182 en deux mois. Les en­fants de moins de six ans en sont les pre­mières vic­times. « Un en­fant peut se noyer sans bruit, en moins de 3 mi­nutes, dans 20 cen­ti­mètres d’eau » note le rap­port. Les adultes, eux, se noient plus sou­vent en mer, suite à une im­pru­dence, un ma­laise ou une sur­es­ti­ma­tion de leurs ca­pa­ci­tés. Maî­tri­ser la brasse en pis­cine ne ga­ran­tit pas des ap­ti­tudes en mer, avec les vagues et le cou­rant en prime… Si la plu­part des ac­ci­dents se sont pro­duits dans le Sud, le plus grand nombre de noyades mor­telles a été en­re­gis­tré en Bre­tagne. Le nombre de vic­times est en lé­gère aug­men­ta­tion, une hausse expliquée en par­tie, d’après le rap­port, par des condi­tions cli­ma­tiques par­ti­cu­liè­re­ment clé­mentes, un été chaud et en­so­leillé fa­vo­rable à la bai­gnade et donc aux risques liés. Cer­taines mu­ni­ci­pa­li­tés ont mis en place des dis­po­si­tifs pour ve­nir en aide aux bai­gneurs en dé­tresse. A Mar­seille, six « bouées de se­cours » ont été par exemple ins­tal­lées entre le port de la Pointe Rouge et la ca­lanque de Sa­me­na sur cinq zones non surveillées, ju­gées à risques.

A Mar­seille, six « bouées de se­cours » ont été ins­tal­lées entre le port de la Pointe Rouge et la ca­lanque de Sa­me­na.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.