Le point mé­téo avec Jean-Yves Ber­not

Voile Magazine - - Dossier -

De la Bre­tagne aux An­tilles, en no­vembre, trois routes se dé­gagent dans le cadre d’une si­tua­tion mé­téo­ro­lo­gique moyenne avec l’an­ti­cy­clone des Açores qui barre la route. Dès la sor­tie du golfe de Gas­cogne, les skip­pers de­vront op­ter pour la tra­jec­toire la plus payante : LA ROUTE DES ALIZES « La route sud dite des ali­zés est la plus clé­mente même si c’est la plus longue et les bords de por­tant plus vent ar­rière. Elle s’est avé­rée ga­gnante une seule fois, lors de la pre­mière édi­tion en 1978 mais peut res­ter une route de se­cours en cas de trop mau­vais temps. Par exemple avec trois per­tur­ba­tions à suivre… » LA VOIE DU MI­LIEU. « La route in­ter­mé­diaire ou du mi­lieu est ten­tante car plus courte, sur­tout si l’on trouve un pe­tit trou en pro­fi­tant d’une fai­blesse de l’an­ti­cy­clone pour se glis­ser ra­pi­de­ment dans l’ali­zé. Un in­con­vé­nient : le risque de se re­trou­ver em­pé­to­lé si ja­mais les hautes pres­sions se re­ferment sans pré­ve­nir… » LA ROUTE NORD : « La route nord, alias la face nord pour les cou­reurs, em­prunte une tra­jec­toire au nord de l’an­ti­cy­clone des Açores. As­sez courte, cette route a l’in­con­vé­nient de pro­po­ser beau­coup de vent de face. On peut être ame­né à na­vi­guer contre les per­tur­ba­tions. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.