Com­bat de coques

On compte une qua­ran­taine de concur­rents dans cette ca­té­go­rie hé­té­ro­clite. En par­cou­rant les noms des ba­teaux, puis en sui­vant le sillage des dif­fé­rents pro­prié­taires et leurs pal­ma­rès, nous pas­sons en re­vue une page d’his­toire de la course au large.

Voile Magazine - - Route Du Rhum -

POUR CONCOURIR

en ca­té­go­rie Rhum, rien est plus « simple ». Les mul­ti­coques doivent faire entre 39 et 60 pieds, les mo­no­coques doivent au moins faire 39 pieds et ne pas en­trer dans les autres classes par­ti­ci­pant à la course. Voi­là pour les pré­sen­ta­tions. Pour le reste, on peut se de­man­der si l’his­toire ne bé­gaie pas. Les deux plus an­ciens ba­teaux de la flotte ont par­ti­ci­pé aux deux pre­mières édi­tions du Rhum.

Kri­ter V, d’abord, a été construit en 1978 pour Mi­chel Ma­li­novs­ky qui a pris dé­part de la pre­mière édi­tion du Rhum. Pen­dant les vingt-trois jours de la tra­ver­sée, Ma­li­novs­ky, grand fa­vo­ri, do­mine la course et garde à dis­tance son pour­sui­vant Mike Birch qui na­vigue sur un pe­tit tri­ma­ran, un plan Ne­wick. On connaît la suite : 98 se­condes d’avance et la nais­sance d’une lé­gende tou­jours à l’hon­neur dans la ca­té­go­rie Rhum. Le 4 no­vembre, c’est Bob Es­cof­fier qui pren­dra la barre de Kri­ter V pour la cin­quième par­ti­ci­pa­tion au Rhum du so­li­taire. Le des­tin de Kri­ter VIII est in­ti­me­ment lié au V. Deux ans après sa dé­faite face à Mike Birch, Ma­li­novs­ky fait construire Kri­ter VIII. Son am­bi­tion ? Prou­ver que, mal­gré la ten­dance, les mo­no­coques ne sont pas re­lé­gués à l’his­toire an­cienne de la course au large. Alors certes, il fi­ni­ra pre­mier dans la ca­té­go­rie mo­no­coque mais loin der­rière les mul­ti­coques. Dans le sillage de Ma­li­novs­ky, Wil­frid Cler­ton na­vi­gue­ra sur Kri­ter VIII (re­bap­ti­sé Cap au Cap Lo­ca­tion). Soit dit en pas­sant, Cler­ton avait fi­ni qua­trième en 2014, sur la même mon­ture. Du cô­té des mul­ti­coques, il y a de quoi re­jouer cette ar­ri­vée my­thique de 1978 puisque les « pe­tits jaunes », les sis­ter­ships du fa­meux

Olym­pus Pho­to de Mike Birch pren­dront le dé­part de cette édi­tion. Char­lie Ca­pelle à la barre d’Aca­pel­la, ba­teau qu’il a en­tiè­re­ment re­cons­truit et qu’il connaît sur le bout des fi­celles à force de mul­ti­plier les Rhum (cin­quième) et les ré­gates. Pour sa hui­tième par­ti­ci­pa­tion (sur dif­fé­rentes mon­tures), Loïck Pey­ron ma­noeu­vre­ra Hap­py qu’il de­vait me­ner à la der­nière édi­tion du Rhum avant de de­voir rem­pla­cer Ar­mel Le Cléac’h, bles­sé, sur Banque Po­pu­laire VII. En­fin, Friends

and Lo­vers se­ra bar­ré par Fran­çois Corre, un ama­teur pas­sion­né.

CI­GARE ROUGE, UN BA­TEAU MY­THIQUE

Par­mi les autres ba­teaux my­thiques au sillage long comme l’his­toire de la course au large, on trouve Ci­gare Rouge, ex- So­fap Hel­vim sur le­quel Jean-Luc Van Den Heede avait pris le dé­part du Ven­dée Globe en 1992 et fi­ni deuxième en 1993. Sa ligne fine et très al­lon­gée lui avait va­lu le sur­nom de « ci­gare rouge ». En 1996, Ca­the­rine Cha­baud prend la barre du dé­sor­mais Whir­pool-Eu­rope 2 pour le Ven­dée Globe et ter­mine sixième. L’an­née sui­vante, VDH re­prend du ser­vice à bord de son his­to­rique ci­gare rouge et fi­nit 10e sur la Route du Rhum et 2e mo­no­coque. Ajou­tez à ce­la deux autres Ven­dée (2004 et 2008) et ce ba­teau au­ra au comp­teur au moins cinq tours du monde et huit tran­sats… Après un long chan­tier à Caen (V1D2), il a été re­mis à ni­veau et est prêt à re­prendre l’At­lan­tique bar­ré par Jean-Ma­rie Pa­tier, un grand ama­teur et ami de VDH. La boucle est bou­clée ? Ce se­rait ou­blier

l’un des fa­vo­ris, Ven­to di Sar­de­gna, un plan Fel­ci bar­ré de­puis 2014 par An­drea Mu­ra qui a ac­ces­soi­re­ment dé­cro­ché la deuxième place en ca­té­go­rie Rhum cette an­née-là. Avec cette cin­quième par­ti­ci­pa­tion, Luc Co­que­lin est le grand ré­ci­di­viste de cette classe Rhum. Il a ré­gné long­temps sur le po­dium, aux deuxième et troi­sième places, ex­cep­tion faite de sa dou­zième place en 2014. On re­trouve aus­si l’ex-Mul­ti 50 d’Anne Ca­se­neuve, Lui, re­bap­ti­sé Air An­tilles… La par­ti­cu­la­ri­té de ce plan VPLP-Irens ? Le puzzle de sa construc­tion ! Les flot­teurs viennent de Grou­pa­ma, la coque cen­trale du pre­mier Fu­ji­co­lor, l’en­semble a été rac­cour­ci… Le mât pro­vient en­fin de l’an­cien

Noot­ka, un autre plan Irens. Anne Ca­se­neuve a joué de mal­chance à bord de ce tri sur le­quel elle a ce­pen­dant en­re­gis­tré un re­cord de vi­tesse à dé­faut de faire des po­diums. Da­vid Du­cos­son pren­dra le dé­part de sa pre­mière Route du Rhum sur cet an­cêtre des Mul­ti 50. Sid­ney Ga­vi­gnet, skip­per sur Oman

Sail de 2009 à 2017, a bien l’in­ten­tion de trô­ner sur le po­dium avec Ca­fé Joyeux, pre­mier mo­no­type Veo­lia Oceans conçu pour par­ti­ci­per à la SolO­céane, une course au­tour du monde en so­li­taire qui est... tom­bée à l’eau. Pour sa part, Jes­si­ca Rab­bit – dé­sor­mais

Jess – est l’un des mul­tis les plus ré­cents ; ce plan Mar­tin Fi­sher a été mis à l’eau en 2012 et pré­sen­tait alors de belles in­no­va­tions comme un vé­rin hy­drau­lique pour contrô­ler l’an­gu­la­tion d’un foil. De l’eau a cou­lé sous les foils de­puis ! No­tons la pré­sence de ba­teaux de sé­rie, un Po­go 12.50 bar­ré par Oli­vier Le­roux, un First 40.7 ma­noeu­vré par Chris­tophe Sou­chaud, un Ou­tre­mer 4X me­né par Jean-Pierre Balmes, un 5X aux mains de Yann Ma­rilley ou en­core un TS 42 (Mar­sau­don) bar­ré par Gé­rald Bi­bot...

L’ob­jec­tif de Sid­ney Ga­vi­gnet est simple : c’est la vic­toire en ca­té­go­rie Rhum mo­no.

Pre­mier Rhum pour Da­vid Du­cos­son.

Jean-Ma­rie Pat­tier pren­dra la barre de Ci­gare Rouge, bar­ré par VDH sur le Ven­dée 1992-93.

Bob Es­cof­fier se­ra à la barre de Kri­ter V.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.