AM­STER­DAM DÉ­JÀ L’ÈRE DU 3.0

Voyages d'Affaires - - ÉDITO - SERGE BAR­RET Ré­dac­teur en chef

Taux de crois­sance : + 2,4 %. Taux de chô­mage : 5,6 %. Ces ré­sul­tats plus qu’en­cou­ra­geants té­moignent de la sta­bi­li­té éco­no­mique des Pays-Bas, pe­tit pays de seule­ment 17 mil­lions d’ha­bi­tants. Du coup, l’op­ti­misme est de mise à Am­ster­dam. D’au­tant que la ville a su prendre à l’heure le train de la ré­vo­lu­tion high-tech et compte bien par­ti­ci­per à plein au grand cham­bar­de­ment de ce dé­but de XXIe siècle.

Bien sûr, le lé­gen­daire prag­ma­tisme ba­tave n’en­tend pas lais­ser de cô­té ses sec­teurs historiques – fi­nance, hor­ti­cul­ture, de­si­gn… – qui se portent d’ailleurs très bien, no­tam­ment le sec­teur ban­caire qui re­pré­sente presque 20 % des em­plois à lui seul. Mais avant tout, il mise clai­re­ment sur les nou­velles tech­no­lo­gies et le e-com­merce. D’ailleurs, la mu­ni­ci­pa­li­té n’a-t-elle pas mis en place, en 2015, le Star­tupAm­ster­dam, un plan sur quatre ans, dont l’un des vo­lets est des­ti­né à at­ti­rer des spé­cia­listes du monde en­tier et à leur faire pré­sen­ter leurs pro­jets à des en­tre­prises hol­lan­daises ?

On n’hé­site donc pas à fa­vo­ri­ser fis­ca­le­ment les ex­pa­triés, ni à leur don­ner des per­mis de tra­vail. Tout est simple, évident. Tout est fait pour que les jeunes ta­lents ve­nus du monde en­tier viennent s’ins­tal­ler en bord de ca­nal. Jus­qu’à l’uni­ver­si­té, no­tam­ment celle toute proche d’Utrecht, à sor­tir de sa tour d’ivoire, fut-elle an­cienne et cé­lé­bris­sime, pour se mettre à di­rec­te­ment co­opé­rer avec l’in­dus­trie.

La dy­na­mique est là, à deux pas des ca­naux fes­tifs. De nou­veaux quar­tiers se créent, des docks à l’aban­don s’inves­tissent, des îles jus­qu’alors igno­rées se conquièrent, tan­dis que d’an­ciennes pri­sons ouvrent grand leurs portes aux start-up. Ajou­tons au cock­tail un art de vivre tra­di­tion­nel­le­ment dé­con­trac­té et per­mis­sif, une vraie ou­ver­ture sur l’étran­ger et les idées nou­velles ain­si qu’un re­jet vis­cé­ral du guin­dé et du quant-à-soi dans les rap­ports au quo­ti­dien… Mê­lons ce­la, se­couons le tout de pré­fé­rence au bar bio d’un es­pace co­wor­king : on est alors sûr d’ob­te­nir une so­cié­té fin prête pour la vie en 3.0. Une belle vie, il sem­ble­rait.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.