BER­TRAND BLAIS, VICE-PRÉ­SIDENT PRO­DUIT DE KDS

Voyages d'Affaires - - ACTUALITÉS -

Comment ex­pli­quez-vous la re­la­tive dis­cré­tion de KDS de­puis deux ans ?

Nous avons en ef­fet été as­sez “calmes” de­puis l’ac­qui­si­tion par Ame­ri­can Ex­press GBT, car il a fal­lu ap­prendre à tra­vailler en­semble. Nous avons mis à pro­fit ces deux an­nées pour étof­fer nos ef­fec­tifs et notre pa­nel clients. Les tran­sac­tions ont aug­men­té de qua­si­ment 20 % de­puis le dé­but de l’an­née, et plus de 300 nou­veaux comptes ont été im­plé­men­tés. Cette dis­cré­tion ne joue donc pas en notre dé­fa­veur ! Nous amé­lio­rons notre tech­no­lo­gie, la plate-forme est plus ro­buste. Clai­re­ment, l’ap­port d’Ame­ri­can Ex­press GBT nous a per­mis de suivre le rythme du mar­ché.

Cette ac­qui­si­tion pou­vait se­mer le doute en ce qui concerne le par­tage de don­nées...

Il y a une sorte de “chi­nese wall” entre les deux so­cié­tés. Elles ne par­tagent pas leurs in­for­ma­tions. Nous y sommes te­nus par nos cer­ti­fi­ca­tions et par la ré­gle­men­ta­tion eu­ro­péenne. Il n’y a pas de vel­léi­té à moyen terme d’adop­ter une stra­té­gie 100 % Ame­ri­can Ex­press GBT. KDS consi­dère avec at­ten­tion les be­soins de tous ses clients, et de l’in­dus­trie du voyage d’af­faires en gé­né­ral. Nous avons réus­si à prou­ver que Neo avait sa place sur le mar­ché. Bien sûr, nous ne sommes pas plé­bis­ci­tés par les concur­rents d’Ame­ri­can Ex­press GBT comme leur ou­til nu­mé­ro 1, mais notre taux de ré­ten­tion est tou­jours très haut.

Une ex­pan­sion géo­gra­phique fi­gure-t-elle aus­si au pro­gramme ?

Outre la France et nos mar­chés his­to­riques que sont l’An­gle­terre et l’Al­le­magne, nous avons main­te­nant une po­si­tion très forte dans les pays nor­diques. Et, sans tra­hir de se­cret, nous pou­vons dire que notre plan de dé­ve­lop­pe­ment pour 2019 cible l’Amé­rique du Nord où KDS n’avait pas réus­si à par­tir seul, à la fois par manque de res­sources et en rai­son du be­soin d’adap­ter l’offre. Nous sommes dans une stra­té­gie de globalisation. KDS a gran­di avec l’ac­qui­si­tion de gros clients, qui, par­fois, nous ont conduits sur des che­mins de tra­verse… Nous ne cher­chons plus à ci­bler des mar­chés aux contraintes très spé­ci­fiques, mais au contraire nous vou­lons être aus­si gé­né­ra­listes que pos­sible.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.