Cal­der en sus­pen­sion

Voyages d'Affaires - - ACTUALITÉS -

L’ar­tiste amé­ri­cain Alexan­der Cal­der s’est li­bé­ré des conven­tions de l’art grâce à son es­prit cu­rieux, sa pas­sion des ma­té­riaux et une grande in­ven­ti­vi­té. Dans les an­nées 1920, à Pa­ris, il cô­toie Coc­teau, Du­champ, Le Cor­bu­sier, Lé­ger, Mon­drian, Miró… À cette époque, il in­vente les sculp­tures en fil de fer dont les sil­houettes rap­pellent des acro­bates ou des per­son­na­li­tés comme Ki­ki de Mont­par­nasse ou Jo­sé­phine Ba­ker. Au dé­but des an­nées 1930, il com­mence à tra­vailler sur le “mo­bile”, une sculp­ture en mou­ve­ment… Sont ras­sem­blées plus de 150 oeuvres – pein­tures, sculp­tures, bi­joux et des­sins – dont cer­taines ont été res­tau­rées pour l’oc­ca­sion comme les sculp­tures The

Brass Fa­mi­ly (1929), Ki­ki de Mont­par­nasse II (1930) ou le mo­bile Red Gongs (1950). La der­nière sec­tion est consa­crée, avec les deux ma­quettes ori­gi­nales, à la sculp­ture

Trois disques (1967), sta­bile en acier de 22 mètres de haut éri­gé pour l’Ex­po­si­tion uni­ver­selle de Mon­tréal.

“Alexan­der Cal­der, un in­ven­teur ra­di­cal”. Jus­qu’au 24 fé­vrier 2019. Mu­sée des Beaux-Arts. mbam.qc.ca

Alexan­der Cal­der (1898-1976), Fla­min­go (ma­quette) [Fla­mant (ma­quette)], 1972, alu­mi­nium, ri­vets et pein­ture. Smith­so­nian Ame­ri­can Art Mu­seum, Wa­shing­ton, D.C., trans­fer from the Ge­ne­ral Ser­vices Ad­mi­nis­tra­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.