AÉ­RIEN CHRO­NIQUE D’UN AÉ­RO­PORT AN­NON­CÉ

Maintes fois re­pous­sée, l’ou­ver­ture du Ber­lin Bran­den­bourg Air­port de­vrait avoir lieu en oc­tobre 2020. Si tout se passe bien…

Voyages d'Affaires - - SOMMAIRE -

Avec 33,3 mil­lions de pas­sa­gers en 2017, soit une crois­sance de 1,3 % sur ses deux aé­ro­ports que sont Te­gel et Schö­ne­feld, Ber­lin est la troi­sième plus im­por­tante ville aé­ro­por­tuaire d’Al­le­magne. Ce­pen­dant, ses ca­pa­ci­tés d’ac­cueil sont li­mi­tées, les voya­geurs d’af­faires de­vant sou­vent tran­si­ter par Franc­fort et Mu­nich, les deux prin­ci­paux hubs aé­riens du pays, pour re­joindre des des­ti­na­tions loin­taines, no­tam­ment en Asie. D’où la né­ces­si­té d’un nou­vel aé­ro­port, le Ber­lin Bran­den­burg Willy Brandt Air­port (BBA), dont la pre­mière pierre a été po­sée en... 2006. Mais, de dé­fauts de construc­tion en coûts re­vus à la hausse – près de sept mil­liards d’eu­ros, contre deux mil­liards pré­vus ini­tia­le­ment –, de dé­lais in­ter­mi­nables en pro­blèmes de triple ges­tion entre la ville de Ber­lin, le Land de Bran­de­bourg et l’État fé­dé­ral, l’aé­ro­port, d’abord es­pé­ré pour 2010, n’ou­vri­ra fi­na­le­ment qu’en oc­tobre 2020.

Mais op­ti­misme il faut sa­voir gar­der : il de­vrait faire de Ber­lin un nou­veau hub aé­rien, en­gen­drant ou­ver­tures de lignes et 60 000 em­plois di­rects ou in­di­rects. Si­tué à proxi­mi­té de Schö­ne­feld, l’an­cien aé­ro­port de la RDA, dont il uti­li­se­ra la piste nord qui vient de su­bir une ex­ten­sion de 600 m, le BBA se­ra aus­si équi­pé d’une nou­velle piste de quatre ki­lo­mètres de long et de 60 mètres de large. Piste qui per­met­tra aux gros por­teurs, no­tam­ment les A380, d’at­ter­rir et de dé­col­ler en toute ai­sance. À l’ou­ver­ture, la ca­pa­ci­té du nou­vel aé­ro­port se­ra de 33 mil­lions de pas­sa­gers, puis de­vrait at­teindre les 55 mil­lions de pas­sa­gers d’ici 2040.

ET LES AUTRES ?

Pen­dant ce temps, qu’est donc de­ve­nu Tem­pel­hof, l’an­cien aé­ro­port des an­nées 1920 si­tué en plein coeur de la ca­pi­tale ? Fer­mé en oc­tobre 2008 puis ou­vert au pu­blic en 2010, il s’est mé­ta­mor­pho­sé en vaste ère de jeu et de sport, où l’on pa­tine, court, fait du vé­lo ou flâne sur les im­menses pistes d’at­ter­ris­sage… De son cô­té, en at­ten­dant le fu­tur hub, l’aé­ro­port de Te­gel, très fa­cile d’ac­cès car lui aus­si très cen­tral, conti­nue à des­ser­vir la plu­part des vols à des­ti­na­tion des grandes ca­pi­tales d’Eu­rope. Il hé­berge la presque to­ta­li­té des com­pa­gnies in­ter­na­tio­nales, de KLM à Bri­tish Airways, ou en­core Scoot, la low cost de Sin­ga­pore Airlines. Ce­pen­dant, mal­gré les nom­breuses pro­tes­ta­tions, Te­gel ne se­ra pas main­te­nu en ac­ti­vi­té et de­vrait fer­mer ses portes à peine le nou­vel aé­ro­port au­ra­t­il ou­vert les siennes.

En re­vanche, Schö­ne­feld se­ra qua­si­ment en­glo­bé dans le nou­vel aé­ro­port BBA au­quel il se­ra at­te­nant. En 2017, Schö­ne­feld a ac­cueilli 12,9 mil­lions de pas­sa­gers, soit des chiffres bien au­de­là d’un aé­ro­port comme ce­lui de Co­logne/ Bonn. Il hé­berge prin­ci­pa­le­ment des com­pa­gnies low cost telles Rya­nair, Tran­sa­via ou Nor­we­gian et as­sure aus­si les vols en di­rec­tion de l’Est, vers la Bul­ga­rie, la Tur­quie et la Rus­sie avec la pré­sence d’Ae­ro­flot. En tout, Ber­lin Te­gel et Schö­ne­feld des­servent ac­tuel­le­ment 196 des­ti­na­tions à tra­vers le monde.

Le Ber­lin Bran­den­burg Willy Brandt Air­port

(BBA) de­vrait faire de la ca­pi­tale al­le­mande un nou­veau hub aé­rien.

Tout vient à point à qui sait at­tendre. À par­tir de fin 2020, les voya­geurs d’af­faires ber­li­nois bé­né­fi­cie­ront en­fin de vols di­rects in­ter­con­ti­nen­taux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.