Eu­ros­tar ouvre ses rames au tou­risme d’af­faires

Voyages d'Affaires - - ACTUALITÉS -

Après la Grande-Bre­tagne, Eu­ros­tar lance sur le mar­ché fran­çais la pos­si­bi­li­té, pour les groupes, de pri­va­ti­ser une ou plu­sieurs de ses voi­tures, voire une rame en­tière al­lant jus­qu’à 850 per­sonnes. “Si une voi­ture peut être ré­ser­vée deux à trois mois avant le voyage, la pri­va­ti­sa­tion to­tale im­plique un mi­ni­mum de six mois, ex­plique Guille­mette Ja­cob, di­rec­trice mar­ke­ting d’Eu­ros­tar qui en­tend sé­duire le mar­ché MICE. Dans ce der­nier cas, il s’agit soit d’un train qui fi­gure dans la grille, soit d’une nou­velle rame qui vient s’in­ter­ca­ler dans le tra­fic exis­tant.”

Cette pri­va­ti­sa­tion est pro­po­sée dans les trois classes de voyage : Stan­dard ( jus­qu’à 76 places), Stan­dard Pre­mier et Bu­si­ness Pre­mier (40 places). Dans les deux der­nières, la com­pa­gnie ajoute la pos­si­bi­li­té d’une ani­ma­tion sur-me­sure afin, se­lon le sens de voyage entre Pa­ris et Londres, de faire dé­cou­vrir la culture du pays d’ar­ri­vée.

Une di­zaine d’ex­pé­riences fi­gurent au ca­ta­logue : cours d’oe­no­lo­gie, dé­gus­ta­tion de gin, ini­tia­tion aux par­fums... “Eu­ros­tar avait l’en­vie d’of­frir une va­leur ajou­tée dans le cadre de cette pri­va­ti­sa­tion, sou­ligne Guille­mette Ja­cob. Les clients peuvent aus­si em­bar­quer leurs propres ani­ma­tions si elles res­pectent les pro­cé­dures de douane et de sé­cu­ri­té.” De la même ma­nière, la per­son­na­li­sa­tion de la voi­ture ou de la rame en­tière est éga­le­ment pos­sible. “Eu­ros­tar peut mettre en place une res­tau­ra­tion spé­ci­fique en Stan­dard Pre­mier et Bu­si­ness Pre­mier. Tout est ques­tion d’an­ti­ci­pa­tion”, con­clut-elle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.