1 . Une ma­la­die qu’il faut com­battre !

Zen et bien dans ma vie - - News A La Folie -

Cer­tains d’entre vous n’ont ja­mais en­ten­du par­ler de la BPCO. La BPCO ? C’est un acro­nyme qui veut dire Bron­cho Pneu­mo­pa­thie Ch­ro­nique Obs­truc­tive. Pour­tant, cette ma­la­die touche en France

3,5 mil­lions de per­sonnes et en tue 17 500 chaque an­née. Pour­tant, une as­so­cia­tion a dé­jà été créée en 2003 et une jour­née mon­diale a lieu chaque an­née en no­vembre de­puis 2002. Ce nou­veau fléau touche prin­ci­pa­le­ment les femmes, les ba­by-boo­mers évi­dem­ment, comme le mi­roir dé­for­mant d’une cer­taine idée de la li­ber­té et de l’éman­ci­pa­tion, comme la Cas­sandre de ce plai­sir qu’elles ont pris sans peur et sans re­proche : ce­lui de fu­mer. Car la prin­ci­pale cause de la BPCO, c’est le ta­bac. Mais la BPCO est une ma­la­die si­len­cieuse qui évo­lue len­te­ment et s’ins­talle sans pro­vo­quer de symp­tômes. Dou­ble­ment si­len­cieuse, la BPCO est une pa­tho­lo­gie non seule­ment mé­con­nue des pa­tients mais éga­le­ment des mé­de­cins. Elle est donc gé­né­ra­le­ment sous diag­nos­ti­quée. L’as­so­cia­tion « Jo­siane Sa­lone, tous unis contre la BPCO », créée en 2018 n’est pas seule­ment un por­tail d’in­for­ma­tions. C’est aus­si et sur­tout un ré­seau d’échanges entre ces mil­lions de per­sonnes tou­chées par la BPCO, un ré­seau qui per­met de sor­tir du dis­cours mo­ra­li­sa­teur, culpa­bi­li­sant qui isole. Mettre un coup de pro­jec­teur sur cette as­so­cia­tion, c’est faire un pas en avant contre cette ter­rible ma­la­die qui guette et qui est en­core très mé­con­nue. On se sert les coudes et on avance.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.