Com­ment de­ve­nir une pro du plai­sir...

Zen et bien dans ma vie - - Conseils En Vrac -

«95 fois sur 100, les femmes s’em­merdent en bai­sant», nous aver­tis­sait Bras­sens dans une de ses chan­sons à la lettre per­cus­sive... Vrai ou faux ? Il n’en reste pas moins que l’on s’est toutes, sû­re­ment plus d’une fois, tour­né les pouces au lit. Voi­ci quelques conseils pour boos­ter sa sexua­li­té, de­ve­nir une pro du plai­sir et ne plus ja­mais «s’em­mer­der en bai­sant». De­ve­nir une pro du plai­sir, ça veut dire don­ner du plai­sir mais aus­si en re­ce­voir ! Eh oui, pas de réel plai­sir s’il est uni­voque, on ne laisse pas son par­te­naire sur le car­reau quand on sait bien faire les choses. De même, la no­tion de plai­sir sexuel ne se ré­sume pas à l’orgasme. Ce der­nier est un point culmi­nant qui n’est pas né­ces­saire, ne pas en avoir sys­té­ma­ti­que­ment n’em­pêche en rien de res­sen­tir une grande jouis­sance sur toute la du­rée des ébats. Pire ! Cher­cher l’orgasme à tout prix -que ce soit le don­ner à sa/son par­te­naire ou cher­cher à en avoir un est le meilleur moyen de ne rien at­teindre de tout. On fonc­tionne tous de ma­nière très dif­fé­rente donc il n’y a pas de « re­cette » mi­racle-telle po­si­tion pour une femme cli­to­ri­dienne. La seule dé­marche à suivre est d’ap­prendre à se connaître sexuel­le­ment. La mas­tur­ba­tion et l’ex­pé­rience, la pra­tique sont les voies royales de la connais­sance de son corps. Ce n’est pas tout ! As­su­mer ce corps est fon­da­men­tal mes­dames, avec toutes ses im­per­fec­tions, en pleine lu­mière, oui ! N’ayons plus au­cune honte de ce dont la nature nous a fait ca­deau. Un homme nor­ma­le­ment consti­tué, dans la me­sure où il est at­ti­ré par vous et d’au­tant plus s’il est amou­reux, se­ra tou­jours fas­ci­né par le corps de sa par­te­naire ! La vue est un des pre­miers vec­teurs d’ex­ci­ta­tion chez les hommes. Donc at­ti­sez-le en jouant de vos charmes : mon­trez-vous ! Si l’homme est ré­ac­tif à la vue et ré­ac­tif au tou­cher (une pe­tite ca­resse sur son membre suf­fit à pro­vo­quer l’ex­ci­ta­tion), il faut bien com­prendre que le pro­ces­sus est ra­di­ca­le­ment dif­fé­rent chez une femme.

LA FO­LIE DOIT VOUS ENVAHIR !

En sexe comme en sé­duc­tion, les femmes peuvent être as­si­gnées au rôle d’ob­jet de dé­sir, pas­sif par dé­fi­ni­tion. Mais qu’est-ce qu’un bon coup chez une femme ?

BOMBE AU LIT, C’EST AVANT TOUT UNE PHI­LO­SO­PHIE

Vous pou­vez tout à fait sub­ju­guer un homme avec un mis­sion­naire et l’en­nuyer avec une le­vrette. La pre­mière dif­fé­rence entre une bombe sexuelle et une femme lamb­da tient dans son im­pli­ca­tion dans le coït. Dans notre monde ac­tuel, le dé­sir fé­mi­nin est en­core dif­fi­cile à ap­pré­hen­der et dans l’in­cons­cient col­lec­tif, le sexe est quelque chose que la femme « offre », un peu comme un ser­vice.

Rien n’est plus sexy qu’une femme qui lache prise

L’orgasme- c’est in­clut dans le kit com­plet­pro­voque des spasmes et des contrac­tions mus­cu­laires. Le vi­sage étant pour­vu de muscles, il n’est pas à l’abri. Ré­sul­tat : Pour les non-ini­tiés, c’est le choc. Mais si votre com­pa­gnon de couette n’en est pas à sa pre­mière heure de vol, il sait qu’un orgasme n’est pas aus­si gra­cieux que dans les té­lé­films de l’après-mi­di sur M6. Il est donc en me­sure de dis­tin­guer une femme qui prend réel­le­ment du plai­sir à faire l’amour et celle qui se prend pour une co­mé­dienne en lice pour l’os­car. Le lâ­cher-prise s’ac­quiert avec les an­nées. Il s’agit de notre ca­pa­ci­té à s’ou­blier dans le plai­sir et à pro­fi­ter plei­ne­ment de ses acro­ba­ties noc­turnes.

Une bombe sexuelle est a l’aise avec son corps

Nous avons toutes des atouts avec les­quels jouer : une poi­trine ronde et ferme, une peau douce, une che­ve­lure de si­rène, ou des jambes de ga­zelle. Il vous faut les iden­ti­fier afin de mi­ser des­sus. Ça c’est votre po­ten­tiel de dé­part, mais vous pou­vez en­suite le dé­ve­lop­per en chou­chou­tant votre corps : bain re­laxant, épi­la­tion par­faite, crème hy­dra­tante à l’huile es­sen­tiel de plante que per­sonne ne connait.

La bombe est a l’ecoute de son par­te­naire

Elle a le code. Elle ap­prend son amant comme on ap­prend le sol­fège pour mieux jouer des ins­tru­ments dont elle dis­pose : main, bouche, pieds, che­veux…Et non seule­ment la bombe a com­pris ce qui fai­sait ef­fet à l’homme de sa couette, mais elle est aus­si gé­né­reuse. C’est avec joie qu’elle ré­gale l’homme de ses gour­man­dises fa­vo­rites, pour le simple plai­sir de l’en­tendre gé­mir et par es­prit de par­tage. Du sexe équi­table en somme…

LA DÉESSE SE CONNAIT BIEN

Et pour ça mes pe­tites be­lettes une seule so­lu­tion : la pra­tique. Nous sommes toutes dif­fé­rentes et vous n’avez pas les mêmes zones éro­gènes ou la même sen­si­bi­li­té que vos co­pines. Bien vous connaitre, c’est multiplier vos chances de prendre un réel plai­sir au lit. Mais le sexe n’est pas qu’une affaire de sens ou de cli­to­ris. Le cer­veau est notre pre­mière zone éro­gène et il est très com­plexe. Gar­dez l’es­prit ou­vert et soyez hon­nête sur vos fan­tasmes : si l’idée de faire l’amour dans les arbres vous ti­tille, as­su­mez-le et vi­vez en paix.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.