LA NOU­VELLE TEN­DANCE DES FEMMES LIBEREES !

Zen et bien dans ma vie - - Sport -

C’est le nou­veau sport des femmes bien dans leur vie. Leur rythme de vie est digne des star­lettes hol­ly­woo­diennes : Nour­ri­ture bio, smoo­thie par­fu­mé, cours de danse ryth­mique et col­lec­tive, spa, pis­cine, bron­zette lors­qu’il fait beau, sieste, dî­ner dé­li­cieux et bien évi­dem­ment, la nou­velle ten­dance de ces dames : le Pi­lates. Mais en fait, c’est quoi ce Pi­lates ? Pour­quoi les femmes se contor­sionnent dans tous les sens d’une drôle de ma­nière ? Est-ce nor­mal ? Est-ce bon pour leur san­té ? Eh bien oui ! Maxime Ham­za, pro­fes­seur pa­ri­sien de Pi­lates a ré­pon­du à nos ques­tions. Rien n’est lais­sé au ha­sard...

Bon­jour Max, qu’est- ce que le Pi­lates ?

Le Pi­lates est une mé­thode d’en­traî­ne­ment phy­sique qui s’ins­pire du yo­ga et de la danse et de la gym­nas­tique. C’est un sport qui se pra­tique au sol sur un ta­pis ou à l’aide d’ap­pa­reils et d’ ac­ces­soires pro­prio­cep­tifs (bal­lon, élas­tique, rou­leau ). Ces ac­ces­soires in­duisent des dés­équi­libres sur le corps, qui pour se sta­bi­li­ser, fait ap­pel aux muscles pro­fonds et sta­bi­li­sa­teurs.

Est-ce une ac­ti­vi­té ou­verte à tous ?

Bien sûr, le Pi­lates est ou­vert à tout le monde ! Gar­çon, fille, femme ou homme plus âgé...c’est bon et ef­fi­cace pour tout le monde ! Mais comme toute dis­ci­pline spor­tive, il convient de de­man­der l’avis de votre mé­de­cin.

Pour­quoi est-ce im­por­tant de pra­ti­quer le Pi­lates ?

C’est la même chose pour toute ac­ti­vi­té phy­sique. Le but est de se sen­tir bien dans son corps. Lors­qu’on fait du sport, on ne pense à rien d’autre. On se laisse al­ler, com­plè­te­ment. On fait des ef­forts, certes, mais ce sont des ef­forts po­si­tifs. Et puis, sur le plan de la san­té, les bien­faits sont nom­breux. On peut lis­ter prio­ri­tai­re­ment : La perte de poids, l’aug­men­ta­tion de la masse mus­cu­laire, la meilleure ven­ti­la­tion res­pi­ra­toire, l’éli­mi­na­tion des risques d’in­farc­tus, la di­mi­nu­tion de l’hy­per­ten­sion ar­té­rielle, un bon en­tre­tien des os...Bref, tout est par­fait !

Peut-on prendre en muscle ou perdre du poids avec cette ac­ti­vi­té ?

Oui, le ren­for­ce­ment mus­cu­laire per­met d’aug­men­ter la masse mus­cu­laire et de perdre du poids. Mais l’ac­ti­vi­té phy­sique ne suf­fit pas. Il faut éga­le­ment soi­gner son train de vie. Il faut donc bien man­ger, bien dor­mir, bien s’amu­ser, bien di­mi­nuer le stress...

Quel conseil don­ne­riez-vous à un dé­bu­tant ?

Il faut que le néo­phyte choi­sisse un sport qui cor­res­pond à ses en­vies. On ne peut pas pro­gres­ser, si dès le dé­part, on s’aven­ture dans des sports qui ne nous conviennent pas. Si votre truc, c’est la gym, alors go à la salle (rires). Si votre truc c’est le football; alors go sur la pe­louse (rires). Si votre truc c’est plu­tôt la car­dio et la gym douce, alors di­rec­tion le Pi­lates, le yo­ga, la danse...Aimer le sport que l’on pra­tique est la meilleure fa­çon pour ne ja­mais aban­don­ner le sport. Et puis, der­nier point qui me semble pri­mor­dial : Il faut qu’il y ai une bonne connexion entre le spor­tif dé­bu­tant et le pro­fes­seur. C’est très im­por­tant !

Quels sont les règles fon­da­men­tales pour per­fec­tion­ner son car­dio ?

Il faut tout d’abord une bonne tech­nique de po­si­tion­ne­ment et une bonne ma­nière d’exé­cu­ter les exer­cices, l’in­ten­si­té, la du­rée... La no­tion de pro­gres­si­vi­té est im­por­tante car elle va per­mettre au dé­bu­tant de s’amé­lio­rer. La per­for­mance ne doit pas être prio­ri­taire au dé­but, mais elle doit ame­ner de l’ex­ci­ta­tion et des ob­jec­tifs au dé­bu­tant par la suite. La condi­tion pour pro­gres­ser c’est de le vou­loir. C’est être com­plè­te­ment sti­mu­lé par l’ac­ti­vi­té choi­si.

Que doit faire une femme pour se per­fec­tion­ner mus­cu­lai­re­ment afin d’être la plus belle pour le dé­but des beaux jours ?

Il n’y a pas de re­cette mi­racle ... la ré­gu­la­ri­té et nombre de séances, sont de ri­gueur , ne pas né­gli­ger l’hy­giène ali­men­taire qui est un point fon­da­men­tal ! L’aide d’un coach spor­tif vous per­met­tra de vous me­ner le plus loin pos­sible au cours de vos séances, il se char­ge­ra du pro­gramme per­son­na­li­sé : choix des exer­cices , in­ten­si­té , du­rée , afin d’éli­mi­ner un max de ca­lo­ries ....

Beau­coup de­viennent vé­gé­ta­riens mais veulent conti­nuer de faire du sport, que leur conseillez-vous ?

Ce­la est pos­sible, un ap­port équi­li­bré et ré­gu­lier en glu­cides est fon­da­men­tal. Les cé­réales com­plètes, les fruits, les lé­gu­mi­neuses et les lé­gumes sont d’ex­cel­lentes sources de glu­cides, et fa­vo­risent aus­si bien l’en­du­rance que la per­for­mance. Les graisses qui doivent être pri­vi­lé­giées sont celles riches en acides gras in­sa­tu­rés et en par­ti­cu­lier Ome­ga 3 ( huile de noix et de col­za). Les pro­téines, ap­pe­lées acides ami­nés, par­ti­cipent à la construc­tion, au main­tien et à la ré­pa­ra­tion des tis­sus du corps y com­pris les muscles. Une va­rié­té de lé­gu­mi­neuses, de cé­réales com­plètes, de graines oléa­gi­neuses et de lé­gumes sont en me­sure de pro­cu­rer fa­ci­le­ment tous les acides ami­nés es­sen­tiels. Une source abon­dante de pro­téines se trouve dans les lé­gu­mi­neuses ( pois,ha­ri­cots, len­tilles, so­ja )...consom­més avec mo­dé­ra­tion .

Le pe­tit-dé­jeu­ner est sou­vent dé­crit par les mé­de­cins comme le repas le plus im­por­tant de la jour­née, qu’en pen­sez-vous. Si oui, quel se­rait à votre avis le pe­tit-dé­jeu­ner type ?

Ce­la est vrai, c’est le repas le plus im­por­tant. Il faut tou­jours prendre un bon pe­tit-dé­jeu­ner. Après une nuit de som­meil, notre mé­ta­bo­lisme du corps ra­len­tit quand vous dor­mez. A votre ré­veil, ce­lui-ci a be­soin de se res­tau­rer au bon fonc­tion­ne­ment de votre corps. Le pe­tit-dé­jeu­ner s’im­pose alors : Une bois­son, un ca­fé, un fro­mage blanc, des cé­réales d’avoine, un jus de fruit, du jus d’orange... Sans ou­blier, de pen­ser en­suite à la pré­pa­ra­tion de votre dé­jeu­ner (rires).

Que pen­sez-vous des com­plé­ments ali­men­taires après le sport ? Sont-ils dan­ge­reux pour la san­té ?

Oui, les com­plé­ments ali­men­taires sont dan­ge­reux et ils sont, gé­né­ra­le­ment, à évi­ter. Ils pré­sentent sou­vent des fac­teurs de risques car­dio­vas­cu­laires. Ils sont aus­si ad­dic­tifs pour ceux qui en consomment trop. Plus ils en consomment, et plus ils en veulent. En­core et tou­jours. Ils rentrent en­suite dans un cercle vi­cieux dont ils ne peuvent sor­tir.

Dernière ques­tion, pou­vez-vous nous don­ner vos cinq in­dis­pen­sables pour être zen et bien dans sa vie ?

C’est très simple : bien man­ger , dor­mir , voya­ger , rire et faire l’amour ! (rires).

Pour conclure cette belle in­ter­view, voi­ci les avis et re­com­man­da­tions du Dr Stéphane Cas­cua, mé­de­cin du sport et Delphine Le Por­quier, ki­né­si­thé­ra­peute:

« Tout le monde peut pra­ti­quer la mé­thode Pi­lates. Après il existe des contre-in­di­ca­tions mé­di­cales donc il faut se ren­sei­gner au­près de son mé­de­cin. Il faut in­sis­ter sur la contrac­tion du pé­ri­née et des ab­do­mi­naux. Il y a une po­si­tion adé­quate à adop­ter pour ne pas se faire mal. Cer­tains mou­ve­ments sont im­pos­sibles si on n’a pas un gai­nage. Le but, c’est de gai­ner les muscles proches de la co­lonne ver­té­brale pour avoir un point fixe et pour don­ner une li­ber­té de mou­ve­ment au ni­veau des bras et au ni­veau des jambes. »

«Les am­pli­tudes ar­ti­cu­laires ex­trêmes ne sont pas tou­jours in­di­quées. Quand on flé­chit fort un ge­nou, on peut écra­ser un mé­nisque. Quand on monte fort une épaule on peut abî­mer les ten­dons qui s’y trouvent, qu’on ap­pelle coiffe des ro­ta­teurs. On peut ren­con­trer des rup­tures de la coiffe des ro­ta­teurs chez des se­niors qui ont for­cé en gym douce.» Eh oui, c’est la ma­gie des gyms douces !

C’est un peu comme les drogues... Même si elles sont douces, les gym­nas­tiques n’en de­meurent pas moins du sport. Elles peuvent même par­fois être très exi­geantes ou com­plexes, mê­lant une dé­marche spi­ri­tuelle à des exer­cices de ren­for­ce­ment mus­cu­laire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.