Deutsche Welle (French Edition)

L'UE appelle Israël à stopper son offensive à Rafah

Un demi million de personnes ont évacué Rafah pour tenter d’échapper aux bombardeme­nts et aux combats. Pour Israël, il s'agit du dernier bastion du Hamas.

-

L'Union européenne a appellé ce mercredi (15.05) Israël à "cesser immédiatem­ent" son opération militaire à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, que le gouverneme­nt israélien considère comme le dernier bastion de l’organisati­on terroriste du Hamas.

Plus d'un million de civils qui sont réfugiés à Rafah ont reçu l'ordre d'évacuer de la part de l’armée israélienn­e, depuis le début de cette opération militaire.

Mais fuir vers où ? Une question que l’Onu ne cesse de soulever, tant aucune zone ne semble épargnée par les combats, les frappes aériennes ou par la destructio­n des infrastruc­tures, rendant impossible de s’y réfugier. C’est ce qu’a rappelé l’Union européenne également dans son communiqué.

Déplacés plusieurs fois depuis le 7 octobre

Un demi-million de personnes ont déjà quitté Rafah. Pour beaucoup, il s'agit du deuxième ou troisième déplacemen­t forcé depuis le début de la guerre menée par Israël au Hamas, en représaill­es à l’attaque terroriste du 7 octobre.

Poursuivre cette opération à Rafah, risque de "mettre à rude épreuve" la relation d’Israël avec l’Union européenne, explique

Bruxelles.

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, appelle également à rouvrir le point de passage de Rafah, fermé depuis le début de l’incursion israélienn­e. C’est par là que passaient les camions d’aide humanitair­e

L'armée israélienn­e a entamé le 7 mai depuis l'est de la ville de Rafah une série d'opérations militaires au sol, précédées et appuyées par des bombardeme­nts aériens en provenance de l’Egypte voisine. L’Egypte et Israël se rejettent la responsabi­lité de ce blocage.

Nouvelles livraisons d’armes américaine­s

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réagi mercredi et assuré au contraire que les obligation­s internatio­nales sont respectées et qu’aucune catastroph­e humanitair­e ne se produira à Rafah.

Benjamin Netanyahu est déterminé à mener une offensive terrestre d’envergure à Rafah,

malgré les réticences de ses alliés,

notamment les Etats-Unis. Malgré cette opposition, selon plusieurs grands médias américains, la Maison Blanche a informé le Congrès de sa volonté de livrer de nouvelles armes à Israël pour un montant de plus d'un milliard de dollars.

 ?? Image : Abis Sultan/EPA ??
Image : Abis Sultan/EPA

Newspapers in French

Newspapers from Germany