La tour Mont­par­nasse s’offre une robe trans­pa­rente

Déco Magazine - - DESIGNERS NEWS -

Elle fi­gure dans

le trio de tête des édi­fices les plus dé­criés de Pa­ris, avec la tour Eif­fel qui a su pour­tant s’of­frir la car­rière tou­ris­tique que l’on sait et la ba­si­lique du Sa­cré-Coeur, tou­jours dans la ligne de mire de Pa­ri­siens peu sen­sibles à son charme ro­ma­no-by­zan­tin. Sil­houette opaque de verre fu­mé mar­ron, men­su­ra­tions de géante dans un quar­tier rai­son­na­ble­ment bas (ses 210 mètres en font le bâ­ti­ment le plus haut de Pa­ris in­tra­mu­ros), la tour Mont­par­nasse construite en 1973 avec le sou­tien d’An­dré Mal­raux té­moigne de l’urbanisme bru­tal des an­nées 70. Éner­gi­vore et bour­rée d’amiante, elle a sus­ci­té chez cer­tains élus, dont l’an­cien maire de Pa­ris Ber­trand De­la­noë, de vio­lentes en­vies de des­truc­tion. Coût es­ti­mé de l’opé­ra­tion: un mil­liard d’eu­ros! Un pro­jet de ré­no­va­tion de la tour est ap­pa­ru éco­no­mi­que­ment plus ap­pro­prié puisque l’édi­fice, construit au­tour d’un noyau cen­tral en bé­ton, peut faire l’objet de mo­di­fi­ca­tions.

Lan­cé en 2016, le con­cours at­tire 700 ré­ponses ve­nues du monde en­tier et dis­tingue l’agence fran­çaise NAOM (Nouvelle agence pour l’opé­ra­tion Mai­neMont­par­nasse) qui dé­boute quelques stars in­ter­na­tio­nales avec un pro­jet pro­met­teur sur le plan éner­gé­tique. Plus que sur ce­lui de l’au­dace, tant ce quin­tette de qua­dra­gé­naires (Frank­lin Az­zi, Fré­dé­ric Char­tier, Pas­cale Da­lix, Ma­thu­rin Har­del et Cy­rille Le Bi­han, is­sus de trois agences d’ar­chi­tec­ture pa­ri­siennes) res­pec­te­ra a prio­ri la forme ini­tiale de la tour. Comme pour la plu­part des dos­siers de can­di­da­ture, ce­lui de NAOM mise sur la vé­gé­ta­li­sa­tion: il in­sère des bal­cons fi­lants sur les treize pre­miers étages et une serre bio­cli­ma­tique dé­diée à de l’agri­cul­ture ur­baine sur le toit, à proxi­mi­té d’un bel­vé­dère do­té d’un sol en verre pour pla­ner dans le vide. Au qua­tor­zième étage, l’in­té­gra­tion d’une ter­rasse-jar­din di­mi­nue­ra la prise au vent. Mais c’est sur­tout un sys­tème de double peau, de vingt à trente cen­ti­mètres de large, qui per­met­tra à la tour d’être plus per­for­mante sur le plan éner­gé­tique. Plus ou­verte à des usages mul­tiples, plus dy­na­mique vi­suel­le­ment et sur­tout trans­pa­rente, un vrai pro­gramme olym­pique.

Cet édi­fice contro­ver­sé et néan­moins to­té­mique a sus­ci­té en re­vanche chez les der­niers dos­siers en lice des pous­sées de fan­tai­sie. Pre­nez l’ar­chi­tecte néer­lan­dais Rem Kool­haas qui en­vi­sa­geait de faire de la tour l’axe cen­tral d’une grande roue de fête fo­raine! Avant de des­si­ner deux fu­ni­cu­laires per­met­tant d’at­teindre le som­met et d’en re­des­cendre, flan­qués de part et d’autre du bâ­ti­ment comme les deux anses d’une am­phore! Ou Dominique Per­rault qui pro­po­sait de construire une deuxième tour, plus haute, pour lo­ger les em­ployés pen­dant les tra­vaux, puis de re­lier les deux par une plate-forme mo­nu­men­tale en porte-àfaux. Plus poé­tique, le pro­jet de MAD Ar­chi­tects pré­voyait une fa­çade-mi­roir ca­pable de ré­flé­chir à l’en­vers la tour Eif­fel. Fa­çade oeuvre d’art si­gnée Yann Ker­sa­lé pour PLP, re­vê­te­ment on­du­lant comme une robe du soir chez Stu­dio Gang et tres­sage de log­gias convexes et concaves pour Ar­chi­tec­ture Stu­dio… Les tra­vaux me­nés par NAOM dé­bu­te­ront en 2019 pour s’ache­ver en 2023, juste avant les Jeux olym­piques.

de­main-mont­par­nasse.com

Ar­chi­tec­ture Stu­dio.

Nouvelle AOM.

MAD Ar­chi­tects Dgla.

Stu­dio Gang.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.