Ro­bin­son­nade contem­po­raine si­gnée Re­da Ama­lou.

Déco Magazine - - SOMMAIRE - Syl­vie Gas­sot

Lo­vée dans un pa­ra­dis épar­gné, cette mai­son de vil­lé­gia­ture d’ins­pi­ra­tion cu­biste est l’oeuvre de l’ar­chi­tecte de­si­gner Ré­da Ama­lou. Minimalistes, ses vo­lumes épu­rés in­carnent un luxe à l’état pur.

Dans son splen­dide

iso­le­ment, au coeur d’une na­ture en­so­leillée, la mai­son sort tout juste de terre alors qu’elle semble avoir pris ra­cine de­puis tou­jours. Sa lu­mi­neuse sim­pli­ci­té, les lignes droites et sa fa­çade ar­chi­tec­tu­rée en pierre de Bo­ni­fa­cio offrent une va­ria­tion mo­derne, noble et humble des codes tra­di­tion­nels de la ber­ge­rie. Jouant ha­bi­le­ment avec le dé­ni­ve­lé de la to­po­gra­phie, Ré­da Ama­lou (AW2), globe-trot­teur es­thète et mul­ti-pri­mé pour ses hô­tels de luxe à l’étran­ger: Nam Hai, éco­lodge Six Senses Con Dao…, tra­vaille comme un sty­liste. Sculp­tant sur me­sure un vê­te­ment de pierre qui épouse un pa­no­ra­ma ancestral. L’em­preinte de son tra­vail ourle de sen­sua­li­té la beau­té du pay­sage jus­qu’à s’y confondre. Ap­pri­voi­sant l’ombre et la lu­mière, une vé­ran­da en cour­sive offre un twist convi­vial, sin­cère et raf­fi­né.

Iden­ti­té forte

En par­faite co­hé­rence, les plans de l’amé­na­ge­ment in­té­rieur ré­pondent sur 400 m² au choix d’une im­mer­sion au­then­tique. À l’in­té­rieur on re­trouve éga­le­ment par touche, comme sur l’ha­billage de la che­mi­née, la pré­sence de la pierre en si­gna­ture. L’uni­for­mi­té du bé­ton clair au sol ajoute à la lim­pi­di­té d’une gé­né­reuse en­fi­lade de pièces à vivre. Éti­rés par l’ab­sence de cloi­son, les vo­lumes res­pirent large. Seul un claus­tra en brique rose sol/pla­fond abrite l’es­pace cui­sine du re­gard des convives. Quelques marches y ac­cèdent, ryth­mant les lieux bai­gnés de lu­mière na­tu­relle grâce à de vastes baies vi­trées. Évo­quant la Mé­di­ter­ra­née et un dé­si­rable art du far­niente, une ban­quette d’angle XXL re­cou­verte de tis­su wax at­tend les vi­si­teurs en quête d’un splash

de fraî­cheur. Ar­ti­cu­lée au­tour de poé­tiques ruelles in­té­rieures plan­tées de cac­tus, la mai­son s’offre au re­gard dans une dé­marche émo­tion­nelle, qua­li­ta­tive et créa­tive.

In­vi­tée d’hon­neur, la pis­cine VIP

Af­fleu­rant la bâ­tisse et des­si­née comme un vaste bas­sin de na­ta­tion rec­ti­ligne, la pis­cine re­flète l’azur in­fi­ni du ciel dans son eau claire. Ma­jes­tueuse par sa lon­gueur, elle cla­pote et s’étire le long d’une plage en pierre dans un es­prit less is more à l’ef­fi­ca­ci­té vi­suelle raffinée. De part et d’autre, un sa­lon d’ex­té­rieur en osier et de nom­breux lits de re­pos in­vitent cha­cun à choi­sir son es­pace dé­tente pour une pause contem­pla­tive.

Comme une toile de Ro­th­ko un peu sur­di­men­sion­née, la fa­çade rose abri­tant le lo­cal tech­nique se re­flète dans la pis­cine avec une beau­té in­so­lente. Sur­plom­bée d’une fo­rêt de chênes-lièges touf­fus au pied de la­quelle le ga­zon s’épa­nouit, l’am­biance est aus­si apai­sante qu’hyp­no­ti­sante. Cadre par­fait, ar­ty, tel un clin d’oeil à la géo­mé­trie ri­gou­reuse de l’ar­chi­tecte mexi­cain Luis Bar­ragán. Une in­vi­ta­tion à zoo­mer, du le­ver du so­leil jus­qu’à la nuit tom­bée sous un ciel étoi­lé, sur ce que la Corse offre de plus en­voû­tant.

Pu­risme des lignes claires

Em­prun­tant à l’al­pha­bet ar­chi­tec­tu­ral de Le Cor­bu­sier dont il est fan, Ré­da Ama­lou ap­plique à la lettre son man­tra: «Là ou naît l’ordre, naît le bien-

être». Par une concep­tion dy­na­mique de l’ar­chi­tec­ture, il brise les fron­tières entre de­si­gn in­té­rieur et ar­chi­tec­ture de pay­sage. Son ta­lent pour dé­ve­lop­per des pers­pec­tives crée des vo­lumes en­gen­drant un émoi vi­brant. Avec so­brié­té et flui­di­té, le rez-de-chaus­sée ac­cueille l’en­semble des pièces à vivre. Un es­pace ha­bi­le­ment mo­du­lable que l’on em­brasse pour­tant d’un seul re­gard, du vaste sa­lon à la cui­sine fa­mi­liale. Cette mai­son de vacances se dé­ploie au­tour de ruelles in­té­rieures alors qu’un es­ca­lier à pa­lier en bé­ton mène aux chambres.

Fe­nêtre ban­deau et mo­bi­lier an­nées 50

Dans la salle à man­ger, une fe­nêtre ban­deau af­firme la mo­der­ni­té de la mai­son. Elle sou­ligne le cô­té écrin brut tout en flat­tant la course de la

lu­mière. Une su­perbe table de Ca­pron rend hom­mage au mo­bi­lier des an­nées 50 et 60 dont les pro­prié­taires sont des col­lec­tion­neurs aver­tis. Au sa­lon, un ca­na­pé en cuir du de­si­gner suisse de Sede ajoute à la convi­via­li­té. La bi­blio­thèque qui longe l’es­ca­lier abrite une col­lec­tion d’ob­jets co­lo­rés qui, par op­po­si­tion, prennent leur am­pleur dans ce dé­cor vo­lon­tai­re­ment neutre.

Alors qu’une dé­pen­dance avec deux chambres ac­cueillent les amis, les pro­prié­taires bé­né­fi­cient de­puis leur suite d’une vue royale sur la mer. Quelle meilleure dé­fi­ni­tion d’une villa ra­dieuse?

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.