Mi­lan cé­lèbre le de­si­gn en ville et à Rho.

Du­rant une se­maine, tout est de­si­gn. Du 17 au 22 avril der­nier, der­rière les cou­lisses du Sa­lone, un off pas­sion­nant a ani­mé les rues de Mi­lan. De la Zo­na Tor­to­na à la Piaz­za Duo­mo, en pas­sant par Ven­tu­ra Lam­brate et Por­ta Ro­ma­na, le de­si­gn a par­ta­gé ses

Déco Magazine - - SOMMAIRE - Ka­rene Sa­fi

Ros­sa­na Or­lan­di, mé­cène du de­si­gn

Es­pace in­con­tour­nable de la Mi­lan De­si­gn Week de­puis sa créa­tion en 2002, la ga­le­rie Ros­sa­na Or­lan­di cé­lèbre chaque an­née le meilleur du de­si­gn. Ins­tal­la­tion ar­tis­tique de Ja­co­po Fog­gi­ni, sculp­tures ani­ma­lières si­gnées Mar­can­to­nio Rai­mon­di Ma­ler­ba ou Moon­light Mur­mu­ra­tion, l’ico­nique sus­pen­sion d’Ochre spé­cia­le­ment re­vi­si­tée pour l’es­pace Or­lan­di: l’an­cienne usine de cra­vates trans­for­mée en un la­by­rinthe d’art pro­pose un par­cours in­ven­tif dé­dié aux grands ta­lents de la créa­tion. Ode à la tech­no­lo­gie avec l’ex­po­si­tion Soft­wear de Google. Fruit de la col­la­bo­ra­tion entre Li Edel­koort, Ki­ki Van Eijk et Ivy Ross (vi­ce­pré­si­dente de Hard­ware De­si­gn Google), l’ins­tal­la­tion poé­tique Soft­wear ex­plore les per­cep­tions sen­so­rielles et l’in­té­gra­tion har­mo­nieuse de la tech­no­lo­gie dans la vie quo­ti­dienne à tra­vers des ta­pis­se­ries conçues par Van Eijk et des pro­duits high­tech de Google, comme le haut-par­leur Google Home et la vi­sière Day­dream View VR. Cou­leurs flam­boyantes avec Al­tre­forme qui fête les dix ans de la col­lec­tion Raw & Rain­bow. Réa­li­sés avec cinq ar­tistes émer­gents de la scène du de­si­gn ita­lien (An­to­nio Aricò, Se­re­na Con­fa­lo­nie­ri, Mar­can­to­nio, Ales­san­dro Zam­bel­li et Za­nel­la­to/Bor­tot­to), les dix ob­jets en édi­tion li­mi­tée ex­plorent et ex­pé­ri­mentent l’im­pré­vi­si­bi­li­té de l’alu­mi­nium et son ap­port dé­co­ra­tif. Ar­ti­sa­nat, mar­que­te­rie et tra­di­tions ré­in­ven­tées avec Up, Close & Per­so­nal de Na­da Debs. La de­si­gner li­ba­naise offre une sé­rie d’ob­jets où la tra­di­tion orien­tale ren­contre les formes contem­po­raines. Une cour ver­doyante pour cé­lé­brer l’art du vert, des salles d’ex­po­si­tion, un de­si­gn store, des confé­rences sur le re­cy­clage du plas­tique et un nou­veau res­tau­rant avec des chefs étoi­lés, le Spa­zio Ros­sa­na Or­lan­di compte par­mi les des­ti­na­tions les plus pri­sées du Fuo­ri­sa­lone.

Ni­lu­far… chez Ni­na

Après le suc­cès de son in­té­rieur rose pâle au Sketch à Londres, l’ar­chi­tecte et de­si­gner pa­ri­sienne In­dia Mah­da­vi a ima­gi­né Chez Ni­na, un club pri­vé et ex­clu­sif au sein de la ga­le­rie Ni­lu­far. Avec ses dé­gra­dés de rose et de vert et ses murs ha­billés de pa­piers peints en soie si­gnés De Gour­nay, le club se com­pose de ban­quettes cir­cu­laires ta­pis­sées de ve­lours et de tables en verre aci­du­lé conçues spé­cia­le­ment pour amé­na­ger l’es­pace de la ga­le­rie. Des pièces ico­niques de la ga­le­rie Ni­lu­far ra­joutent une touche de so­phis­ti­ca­tion et viennent com­plé­ter ce dé­cor épous­tou­flant, comme les lu­mi­naires de Hans-Agne Ja­kobs­son, les fau­teuils Ca­sa e Giar­di­no de Gio Pon­ti et une belle table du de­si­gner bré­si­lien Joa­quim Ten­rei­ro.

Vuit­ton et ses pe­tits no­mades

Pour l’édi­tion de 2018, Louis Vuit­ton com­plète sa gamme de meubles Les Ob­jets no­mades en pré­sen­tant sa nou­velle col­lec­tion, Les Pe­tits No­mades. Si­gnés par de grands noms du de­si­gn in­ter­na­tio­nal, ces ob­jets dé­co­ra­tifs rendent hom­mage à l’élé­gance de la marque. Sim­pli­ci­té et to­na­li­tés chaudes pour les Over­lay Bowls de la de­si­gner ita­lienne Pa­tri­cia Ur­quio­la. Com­po­sés de quatre feuilles de cuir, et dis­po­nibles en trois tailles, les bols sont tous faits à la main. Cou­leur, na­ture et cuir pour Les Pe­tits No­mades qui cé­lèbrent un vé­ri­table art de vivre. Les frères Cam­pa­na louent la beau­té de la na­ture avec le vase Tro­pi­ca­list. Com­po­sé de 176 pé­tales de mé­tal re­cou­verts de cuir, le vase s’ins­pire de fleurs sud-amé­ri­caines, la ques­ne­lia et la bro­me­lia, re­con­nais­sables à leur en­che­vê­tre­ment de pé­tales. À plus grande échelle, ils livrent le Bom­bo­ca So­fa, frian­dise bré­si­lienne équi­va­lente à la tête de nègre, un ca­na­pé mi-nuage mi-me­ringue ba­sé sur l’or­ga­nique, le mo­du­laire et le frag­men­taire: l’as­sise réunit des coussins qui peuvent aus­si être uti­li­sés in­di­vi­duel­le­ment, en tant que poufs.

Stu­dio­pepe, le club se­cret

Club pri­vé, soi­rées sur in­vi­ta­tion, per­for­mances mu­si­cales et clien­tèle VIP, Stu­dio­pepe, di­ri­gé par les de­si­gners Arian­na Lel­li Ma­mi et Chia­ra Di Pin­to, a in­ves­ti le rez-de-chaus­sée d’un en­tre­pôt de la fin du XIXe siècle, dans le quar­tier de la Piaz­za Tri­co­lore, pour créer Club Un­seen, un havre de paix, loin des rythmes fré­né­tiques du Sa­lone. Consti­tué de trois sa­lons, un bar, une salle à man­ger et un sa­lon de beau­té, le club a été en­tiè­re­ment dé­co­ré de meubles rétro pour re­créer les am­biances des boîtes de nuit des an­nées 70. Un bar théâ­tral te­nu par des bar­men pro­fes­sion­nels, où seules étaient vi­sibles les mains gan­tées des ser­veurs, et un im­mense ca­na­pé-lit lon­geant tout un mur ont per­mis aux in­vi­tés de se dé­tendre et d’écou­ter des concerts dans un cadre en­chan­teur. Cou­leurs et ma­té­riaux gla­mour, mi­roirs ar­ron­dis de la marque de salle de bains ita­lienne Agape, murs gra­phiques avec les car­reaux de Bot­te­gaNove et les ten­tures mu­rales de CC-Ta­pis, ob­jets mé­tal­liques ou table en marbre de So­lid Na­ture, les es­paces ont été amé­na­gés avec des meubles conçus par Stu­dio­pepe en col­la­bo­ra­tion avec de cé­lèbres en­seignes de de­si­gn, tan­dis que de grands clas­siques si­gnés Cas­si­na et Tac­chi­ni en édi­tion li­mi­tée ont été ex­po­sés aux cô­tés de meubles vin­tage.

Ti­mo­thy Oul­ton, une pre­mière à Mi­lan

Ré­pu­tée dans le monde en­tier pour son style sobre et clas­sique, l’en­seigne bri­tan­nique Ti­mo­thy Oul­ton par­ti­cipe pour la pre­mière fois à la foire de Mi­lan. In­ti­tu­lée Noble Souls, la nou­velle col­lec­tion de ca­na­pés se place sous le signe du luxe et du confort. Ma­té­riaux na­tu­rels, tech­niques de fa­bri­ca­tion an­ces­trales, tex­tiles tra­di­tion­nels, Noble Souls n’est pas seule­ment un

fau­teuil, «c’est un foyer, un en­droit pour se re­con­nec­ter avec soi-même.» Un concept ba­sé sur le de­si­gn sen­so­riel, un sur­saut de sens que Ti­mo­thy Oul­ton ap­pelle whuush. Noble Souls vé­hi­cule une idée simple: ce sont des ins­tants et non des ob­jets qui créent le vrai luxe et ce­la doit être vé­cu pour être plei­ne­ment ap­pré­cié. La col­lec­tion dis­pose de trois ca­na­pés, Royaume, Nest et Oa­sis, cha­cun avec une as­sise dif­fé­rente. De l’ex­trê­me­ment dé­con­trac­té au très ri­gou­reux et struc­tu­ré, les ca­na­pés s’adaptent à tous les styles et leur concep­tion mo­du­laire as­sure plu­sieurs confi­gu­ra­tions. Ta­pis tis­sés à la main, tables an­tiques, lu­mi­naires sty­li­sés et fa­bri­qués se­lon d’an­ciennes tech­niques de souf­flage par­ti­cipent au dé­cor et mettent en va­leur l’at­mo­sphère se­reine dé­ga­gée par les ca­na­pés Noble Souls.

Nen­do en mou­ve­ment

Le mou­ve­ment est in­sé­pa­rable de l’exis­tence. Tout est mou­ve­ment et même tout ob­jet in­ani­mé peut trans­mettre une sen­sa­tion de mou­ve­ment. L’ob­jet n’est-il qu’un pro­duit? Ou bien une in­ter­ac­tion entre la per­sonne et l’ob­jet qui l’en­toure? Le stu­dio ja­po­nais Nen­do a ex­plo­ré ces re­la­tions et in­ter­ac­tions avec son ex­po­si­tion Forms of Mo­ve­ment du­rant la se­maine du de­si­gn à Mi­lan. Nen­do a pré­sen­té une col­lec­tion de sa­bliers aux formes peu conven­tion­nelles, conçus pour chan­ger la per­cep­tion du temps. Les sa­bliers pré­sentent des ca­vi­tés de taille dif­fé­rente qui mo­di­fient la vi­tesse et l’angle d’écou­le­ment du sable. Cou­vercles de conte­nants flexibles qui ré­agissent dif­fé­rem­ment au tou­cher, stores qui s’ouvrent et se ferment au­to­ma­ti­que­ment se­lon le mou­ve­ment des per­sonnes et de la lu­mière, mais aus­si al­ter­na­tives à la fer­me­ture à glis­sière tra­di­tion­nelle…, les ob­jets créés par le stu­dio ja­po­nais in­carnent le mou­ve­ment, à tra­vers la forme et la fonc­tion, tout en in­cor­po­rant des mé­ca­nismes de pointe. Nen­do a uti­li­sé la tech­no­lo­gie du frai­sage pour un vase avec deux mo­tifs dif­fé­rents qui se che­vauchent: des rai­nures de 5 mil­li­mètres de pro­fon­deur et 1,8 mil­li­mètre de lar­geur ont été sculp­tées à in­ter­valles ré­gu­liers sur l’ex­té­rieur du vase, puis le pre­mier mo­tif a été sculp­té à 2 mil­li­mètres de pro­fon­deur, créant ain­si deux couches in­dé­pen­dantes. Le pro­ces­sus a été re­pris pour créer ce vase à quatre couches qui évo­lue se­lon les angles de vue. Forms of Mo­ve­ment in­ter­roge in­las­sa­ble­ment l’ap­port du mou­ve­ment dans les ob­jets du quo­ti­dien.

Di­more Stu­dio, éclec­tisme et in­tem­po­ra­li­té

En­core une fois, un voyage dans le temps avec Britt Mo­ran et Emi­lia­no Sal­ci de Di­more Stu­dio. Le duo de de­si­gners a mis en place trois ex­po­si­tions aux thèmes dif­fé­rents. À la Di­mo­re­gal­le­ry si­tuée sur via Sol­fe­ri­no, l’ins­tal­la­tion Trans­fer a ren­du hom­mage aux grands maîtres du de­si­gn du XXe siècle. À l’in­té­rieur de cinq tentes en tis­su amé­na­gées pour ac­cor­der le clas­sique au contem­po­rain, la ga­le­rie a pré­sen­té des pièces de Car­lo Mol­li­no, An­ge­lo Lel­li, Gio Pon­ti, Car­lo Scar­pa, Al­var Aal­to, Char­lotte Per­riand et Jean Royère. Les es­paces créés par les concep­teurs re­pré­sentent dif­fé­rents modes de vie et sur­tout des frag­ments d’époques ré­vo­lues. In­ti­tu­lée Per­fet­tam­mente Im­per­fet­to ou Par­fai­te­ment im­par­fait, la deuxième ex­po­si­tion a mis l’ac­cent sur des ob­jets contem­po­rains de la ga­le­rie. Es­paces d’in­cu­ba­tion sem­blables à des co­cons, les salles en­tiè­re­ment re­cou­vertes

de soie blanche ne pré­sen­taient cha­cune qu’un ob­jet. Cou­leur vio­lette in­tense, mu­sique d’En­nio Mor­ri­cone et ma­chine à fu­mée pour la troi­sième ex­po­si­tion Li­mi­ted Edi­tion. Oc­cu­pant un ma­ga­sin va­cant, à proxi­mi­té de la Di­mo­re­gal­le­ry, Li­mi­ted Edi­tion est le pro­jet se­cret d’Emi­lia­no Sal­ci. Le de­si­gner ita­lien a ex­po­sé neufs ob­jets réa­li­sés à par­tir d’élé­ments de pièces da­tant des XVIIIe et XIXe siècles.

Moooi ou l’uni­vers de Wan­ders

Deux marques de de­si­gn pres­ti­gieuses s’unissent pour créer une col­lec­tion de re­vê­te­ments mu­raux ex­tra­or­di­naires. La nou­velle col­la­bo­ra­tion entre Moooi, le stu­dio de de­si­gn de Mar­cel Wan­ders, et Arte, au­teur et édi­teur de re­vê­te­ment mu­ral, a don­né nais­sance à Ex­tinct Ani­mals, une col­lec­tion de re­vê­te­ments ins­pi­rée par dix re­pré­sen­ta­tions ré­centes d’es­pèces animales dis­pa­rues, comme les pa­res­seux, des mam­mi­fères ar­bo­ri­coles d’Amé­rique tro­pi­cale, ou le couag­ga, une sous-es­pèce de zèbre d’Afrique du Sud, de cou­leur beige et rayé uni­que­ment sur l’en­co­lure et l’avant du corps. Com­bi­nai­sons de cou­leurs, mo­tifs, four­rures ou plu­mages, la col­lec­tion Ex­tinct Ani­mals im­mor­ta­lise la beau­té d’une faune éteinte. Le stu­dio néer­lan­dais a aus­si pré­sen­té A Life Ex­traor­di­na­ry, une nou­velle col­lec­tion d’ob­jets de­si­gn conçus par Mar­cel Wan­ders. Dé­diée à la di­ver­si­té de la vie, la col­lec­tion pro­pose des meubles et des lu­mi­naires s’ins­pi­rant du monde na­tu­rel, dont des tables en terre cuite et des fau­teuils fleu­ris. Lounge Chair 40 Winks en cuir rem­bour­ré, aus­si douce qu’un nuage, sé­rie de lampes de table Pet Lights aux formes ar­ron­dies ins­pi­rées de l’uni­vers ani­ma­lier, fau­teuil Ha­na de Si­mone Bo­nan­ni, sem­blable à une fleur de prin­temps, ou lu­mi­naire Plant de Kra­nen/Gille dont la struc­ture évoque des branches, A Life Ex­traor­di­na­ry est une al­lé­go­rie de la na­ture et du monde vé­gé­tal.

Le Fuo­ri­sa­lone en bref

La­via­ni, le plus jeune membre du Groupe de Mem­phis, dé­laisse les cou­leurs flam­boyantes au pro­fit d’un bois de chêne tein­té pour son meuble Dol­ly. Nos­tal­gie avec Cas­si­na qui ré­édite la chaise an­gu­laire Ta­lie­sin 1 de Frank Lloyd Wright en ver­sion lé­gè­re­ment mo­di­fiée, et fan­tai­sie avec la Double J, la marque d’ar­ticles mé­na­gers qui lance une nou­velle gamme de vais­selle Hou­se­wives, ba­sée sur des concepts vin­tage et fa­bri­quée à la main par les ver­riers de Sal­via­ti à Mu­ra­no. RVLS of De­si­gn est le titre des trois grandes ex­po­si­tions pré­sen­tées par l’en­seigne de luxe Bul­ga­ri. S’éten­dant sur 1000 m² dans le Bre­ra De­si­gn Dis­trict, l’ins­tal­la­tion im­mer­sive réa­li­sée par MVRDV, Iván Na­var­ro & Court­ney Smith et Sto­ra­ge­mi­la­no, re­pose sur les ma­té­riaux, les cou­leurs et la mo­du­la­ri­té. En uti­li­sant les mo­tifs du bra­ce­let Ser­pen­ti, bi­jou-phare de l’en­seigne, et l’ico­nique bague B.ze­ro1Col­lec­tion, les créa­teurs trans­forment le bi­jou en un es­pace ar­chi­tec­tu­ral, un la­by­rinthe de cou­leurs et de tex­tures re­haus­sé par la lu­mière co­lo­rée des néons et des pro­jec­tions de mi­roirs. Faire des­cendre le ciel sur la terre dans la cour du Pa­laz­zo Isim­bar­di avec Open Sky, l’ins­tal­la­tion de Phil­lip K. Smith III en col­la­bo­ra­tion avec le la­bel COS. Par le jeu de l’in­cli­nai­son et de la frag­men­ta­tion de plu­sieurs pan­neaux de mi­roirs, Open Sky re­dé­fi­nit les rap­ports entre le ciel et l’ar­chi­tec­ture et offre aux vi­si­teurs une sé­ré­ni­té au­di­tive et vi­suelle loin des quar­tiers ani­més de Mi­lan. Ins­tal­la­tions, évé­ne­ments cultu­rels, ex­po­si­tions et confé­rences étaient au pro­gramme de cette 57ème édi­tion où le de­si­gn a dé­fi­lé dans toutes les rues de la ca­pi­tale lom­barde.

Es­pace Ros­sa­na Or­lan­di.

Chez Ni­na, In­dia Mah­da­vi, Ni­lu­far.

Ex­po­si­tion Soft­wear,Google.

Up, Close & Per­so­nal, Na­da Debs.

Vase To­pi­ca­list, Frères Cam­pa­na, Les Pe­tits No­mades. Bom­bo­ca So­fa, Les frères Cam­pa­na.

Chez Ni­na, In­dia Mah­da­vi, Ni­lu­far.

Club Un­seen, Bar, Stu­dio­pepe.

Club Un­seen, Stu­dio­pepe.

Ca­na­pé Oa­sis, Noble Souls, Ti­mo­thy Oul­ton.

Ca­na­pé Realm, Noble Souls, Ti­mo­thy Oul­ton.

Ins­tal­la­tion Forms of Mo­ve­ment, Nen­do.

Open Sky, Phil­lip K Smith III , COS.

RVLS of De­si­gn , Bul­ga­ri et MVRDV.

Trans­fer, Di­more Stu­dio.

Ins­tal­la­tion Per­fet­ta­mente Im­per­fet­to, Di­more Stu­dio.

Dol­ly, Fer­ruc­cio La­via­ni

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.