HU­MEUR

Femme Magazine - - CONTENTS -

Ma­da­mea­bey­routh

Oui mais où? Voi­là la ques­tion exis­ten­tielle que Ma­dame se pose ce mois. Et pour cause! Les ten­ta­tions sont par­tout… Les agences de voyage font mi­roi­ter tant de des­ti­na­tions de rêve. Com­ment se dé­ci­der? Sui­vant quels pa­ra­mètres tran­cher?

Faire comme les autres? Tous les autres? Op­ter pour la fa­ci­li­té et prendre un de ces voyages à for­fait: My­ko­nos, Bo­drum, Ibi­za, Club Med, Du­brov­nik…? Sa voi­sine y a dé­jà été et lui re­fi­le­ra tous les bons plans. Ma­dame n’au­ra d’ailleurs qu’à vi­si­ter les mêmes en­droits. Se faire prendre en photo de­vant les mêmes mo­nu­ments. Dé­jeu­ner dans ces res­tau­rants où son amie a fait check in sur Fa­ce­book. Et faire check in à son tour.

Mais, Ma­dame peut aus­si al­ler ailleurs. Concoc­ter seule sur in­ter­net des sé­jours sur me­sure. Jouer l’ap­pren­tie voya­giste. Et lan­cer de nou­veaux ha­sh­tags sur Ins­ta­gram.

Les va­cances, c’est prendre du temps pour soi et pour ceux qu’on aime. C’est écou­ter ses en­vies pro­fondes et y ré­pondre dans la li­mite du pos­sible. De quoi a-t-elle en­vie exac­te­ment? De plage? De neige en plein été? De faire du raf­ting? De boire un tilleul en Bretagne…? Avec qui a- t- elle en­vie de s’éloi­gner? En fa­mille? Em­bar­quer tout le monde, en­fants et pa­rents, et louer une grande mai­son ver­sion airbnb, dans une cam­pagne éloi­gnée. Parce que si tous res­taient ici, dans ce pe­tit pays, non, ils ne se re­trou­ve­raient pas. Ils se­raient tous en­va­his par le quo­ti­dien. Épar­pillés… Elle peut aus­si par­tir seule à l’aven­ture ver­sion sac à dos, et dor­mir chez l’ha­bi­tant. Ou se la jouer égoïste, et se faire du bien en solo: ré­ser­ver une belle chambre rien que pour elle, dans ce beau pa­lace cinq étoiles. En­chaî­ner mas­sages, pis­cine, ba­lades et bons res­tos. Ou en­core voya­ger en bande. Celle des vieux co­pains dis­per­sés dans les quatre coins de la pla­nète, qui se re­trouvent autour de sou­ve­nirs, et ar­rêtent le temps, le temps des va­cances. Ou avec de nou­veaux amis, ceux que l’on se fait à l’âge adulte, et avec les­quels on par­tage des pas­sions, pour un sport, un art, un conti­nent… qu’on s’en va dé­cou­vrir en­semble.

En­fin, Ma­dame peut al­ler rien qu’à deux, en amou­reux. Sur une île grecque dé­serte. Et ne pos­ter au­cune photo sur les ré­seaux so­ciaux. Ça se­ra leur se­cret bien gar­dé à tous les deux. Et non, ma­dame ne dé­voi­le­ra pas l’iden­ti­té de son mec. Pour vivre heu­reuse, elle fait le choix de vivre ca­chée. Un luxe, en 2018, que de ne rien ré­vé­ler de sa vie pri­vée …

Le bon­heur est- il à ce prix? Ma­dame est bien consciente que pas toutes ont la même con­cep­tion du bon­heur. Pour cer­taines il est dans le nombre de likes ac­cu­mu­lés sous leurs pho­tos de va­cances. Mais sans ou­blier l’ha­sh­tag # bles­sed qu’elles écrivent sous ces mêmes pho­tos. Comme une khar­zé zar2a. Pour se ras­su­rer, ou pour se pro­té­ger du mau­vais oeil. Car oui, par­mi les voyeurs, il y a bien des ja­loux et des en­vieuses. Même par­mi ceux qui mettent un like. Et qui vous disent que vous êtes très belle.

Quel que soit son choix de des­ti­na­tion, le plus triste c’est d’être ac­cu­lée à voya­ger, pour se bai­gner dans une mer bleue toute propre… Dé­lais­sant les ri­vages bien li­ba­nais, et cette Mé­di­ter­ra­née dans la­quelle on a je­té les dé­chets!

D’ailleurs, faut- il par­tir à tout prix? Voya­ger, c’est prendre de nou­velles routes, vivre de nou­velles aven­tures. Aus­si, ma­dame peut dé­ci­der de ne par­tir nulle part. Ne pas par­tir loin, du moins. Mais faire un voyage in­té­rieur, du­quel elle re­vien­drait trans­for­mée. Des étoiles plein les yeux. Ça vaut bien un like!

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.