UNE BIOPSIE

MA­DAME FAIT

Femme Magazine - - MADAMEABEYROUTH - L. Z.

Elle n’est pas sûre d’avoir bien en­ten­du. Elle était juste ve­nue pour un che­ckup de rou­tine. Une mam­mo­gra­phie tant re­com­man­dée dans les mé­dias à coup de ru­bans roses… Ef­fet de mode, achar­ne­ment thé­ra­peu­tique, né­ces­si­té prou­vée scien­ti­fi­que­ment… Ma­dame n’était sûre de rien, mais elle suit les re­com­man­da­tions et le mou­ve­ment.

Alors qu’elle s’ap­prê­tait à re­par­tir aus­si lé­gère qu’elle est ar­ri­vée, le cou­pe­ret tombe. Le mé­de­cin prend une voix douce pour lui an­non­cer avec des mots bien choi­sis, qu’il fau­drait s’as­su­rer que tout va bien. Pour ce­la des in­ves­ti­ga­tions plus ap­pro­fon­dies sont né­ces­saires. Elles pren­draient la forme d’une biopsie à la pe­tite ou la grosse ai­guille. Il est ques­tion de mi­cro cal­ci­fi­ca­tions, de no­dules, a prio­ri pré­sents de fa­çon très com­mune dans le corps, dans les seins des femmes… Mais il s’agit de s’as­su­rer, dans ce cas pré­cis, que rien de ma­lin ne s’y est glis­sé…

Elle ne com­prend rien à ce jar­gon. N’en a pas for­cé­ment en­vie. Mais se re­trouve ac­cu­lée à ap­prendre des mots nou­veaux.

Ma­dame a beau es­sayer de per­sua­der le mé­de­cin que ce qui se passe dans son corps est tout ce qu’il y a de plus ba­nal. Elle a beau ten­ter de lui ex­pli­quer, en lui di­sant qu’elle a failli ne pas ve­nir la faire, cette mam­mo. Qu’elle de­vait plu­tôt al­ler à la plage ce jour-là. Que ce vo­ca­bu­laire sa­vant dont il fait usage n’a pas lieu d’être. C’est peine per­due. Elle se plie­ra donc au pro­to­cole.

Elle a tou­jours su que ce­la n’ar­ri­vait pas qu’aux autres. Mais elle se di­sait que ce n’était pas son tour, quand même. Sa pe­tite voix lui souffle que le dan­ger est loin… Elle en est cer­taine. Pour­tant, de salle d’at­tente en pres­crip­tion, de halls d’hô­pi­taux en sou­rires af­fec­tueux du per­son­nel mé­di­cal… même si elle se sent en par­faite san­té, l’idée s’in­si­nue dans son es­prit. L’in­quié­tude aus­si. Elle les tran­quillise avec moins de fer­veur. Elle-même fi­nit par avoir des doutes sur la par­faite san­té de ce sein sus­pec­té de por­ter un mal quel­conque.

L’en­vie d’en fi­nir au plus vite! Faire cette biopsie. At­tendre une di­zaine de jours pour ap­pe­ler le la­bo­ra­toire. S’as­su­rer que les ré­sul­tats sont sor­tis. Al­ler, en per­sonne, les cher­cher. Ne pas dé­ca­che­ter l’en­ve­loppe. La tendre à l’in­fir­mière. Es­sayer de lire l’ex­pres­sion de son vi­sage. Puis fi­nir par je­ter un coup d’oeil au pa­pier fa­ti­dique. Un seul mot, et le diag­nos­tic se­rait dif­fé­rent. Sa vie bas­cu­le­rait alors d’un cô­té, ou de l’autre!!!

S’en­tendre dire que tout va bien. S’en­tendre leur ré­tor­quer, la larme à l’oeil, qu’elle le leur avait bien dit!! S’en­tendre dire qu’elle peut al­ler va­quer à sa vie comme avant.

Comme avant? Pas du tout! Car si Ma­dame peste en­core contre tout le mau­vais sang qu’elle s’est fait, et toutes ces se­maines d’in­quié­tude… Ma­dame sait que cette biopsie était comme une alarme, son­nant sa… re­nais­sance. Une se­conde vie qui lui est ac­cor­dée. En bonne san­té. Un ca­deau, qu’elle ap­pren­dra à ap­pré­cier à sa juste va­leur. Ines­ti­mable. Et dont elle pro­met de faire le meilleur usage. À com­men­cer par dire «Mer­ci». Tous les ins­tants. Au ciel. À Dieu et tous ses saints. Des roses blanches chez la Vierge. Une vi­site à l’église. Ou à la mos­quée. Un clin d’oeil à son ange gar­dien. Sa bonne fée… Cha­cun ses croyances!

Puis, sur­tout, sou­rire. À la vie. Et aux autres. Comme tant d’hommes et de femmes qui mènent cette guerre contre la ma­la­die chaque jour, Ma­dame sait qu’elle au­rait trou­vé en elle toute l’éner­gie pour en ve­nir à bout, si le ré­sul­tat de la biopsie le com­man­dait. En cha­cun est une force in­soup­çon­née. Cha­cun mène un com­bat qu’elle ne connaît pas. Cha­cun at­tend un ré­sul­tat, un ver­dict, à même de chan­ger le cours de la vie. Si fra­gile.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.