L’UNI­VER­SI­TÉ POUR TOUS (UPT)

AC­CUEILLE 10 JEUNES À BE­SOINS SPÉ­CI­FIQUES

Femme Magazine - - INTERVIEW -

GRÂCE À L’AS­SO­CIA­TION INCLUDE QUI, DE­PUIS SA CRÉA­TION EN 2010, OEUVRE POUR SEN­SI­BI­LI­SER LA SO­CIÉ­TÉ AUX DROITS DES HAN­DI­CA­PÉS, GRÂCE AUX PA­RENTS QUI SE BATTENT POUR FAIRE VA­LOIR LES DROITS DE LEURS EN­FANTS, ET SUR­TOUT GRÂCE À L’UPT QUI N’A PAS HÉ­SI­TÉ À LEUR OU­VRIR SES PORTES, DIX JEUNES POUR­RONT IN­TÉ­GRER LES BANCS DE CETTE UNI­VER­SI­TÉ. ET VIVRE UNE EX­PÉ­RIENCE UNI­VER­SI­TAIRE QUI LEUR ÉTAIT RE­FU­SÉE. LE POINT AVEC LA PRÉ­SI­DENTE DE L’AS­SO­CIA­TION, KOSREMELLI ASMAR, DI­REC­TRICE DE L’INS­TI­TUT SU­PÉ­RIEUR DE SAN­TÉ PU­BLIQUE DE L’USJ.

COMMENT EST NÉE L’IDÉE DE METTRE SUR PIED UNE FOR­MA­TION ADAP­TÉE AUX BE­SOINS DE CES JEUNES?

L’idée est ve­nue des jeunes eux­mêmes, qui sou­hai­taient fré­quen­ter l’uni­ver­si­té. Ces jeunes, qui ne pou­vaient pas ob­te­nir leur bre­vet ou leur bac, ou in­té­grer une for­ma­tion tech­nique et uni­ver­si­taire se­lon les cri­tères du mi­nis­tère de l’En­sei­gne­ment su­pé­rieur, se re­trou­vaient hors du sys­tème sco­laire à l’âge de 15 ans. Soit ils res­taient à l’école pour pas­ser le temps, soit ils étaient confi­nés à la mai­son, iso­lés, mis à l’écart. À l’âge adulte, dé­pour­vus de for­ma­tion, il leur était im­pos­sible d’in­té­grer le mar­ché du tra­vail. De là, l’idée de les do­ter d’une for­ma­tion qui les ren­drait au­to­nomes, et leur per­met­trait éven­tuel­le­ment d’avoir un em­ploi. Mais nous avons com­pris qu’il y avait beau­coup d’obs­tacles à leur in­té­gra­tion dans les grandes uni­ver­si­tés. Nous avons alors dé­ci­dé avec l’aval de l’USJ – parce que c’est un pro­jet qui in­tègre la mis­sion de l’uni­ver­si­té – et en ac­cord avec le

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.