CA­LEN­DRIER OFF

Femme Magazine - - DÉFILÉS -

LA FA­SHION WEEK NE SE RÉ­SUME CER­TAI­NE­MENT PAS QU’AUX GRANDES MAI­SONS. SI LE CA­LEN­DRIER OF­FI­CIEL COMPTE UNE BONNE SOIXAN­TAINE DE DÉ­FI­LÉS, IL Y A BIEN AU­TANT DE JEUNES MAI­SONS DE PRÊT-À-POR­TER ET DE DE­SI­GNERS DONT DES ÉTRAN­GERS QUI DÉ­FILENT DANS LA CA­PI­TALE DE LA MODE, CER­TAINS POUR LA PRE­MIÈRE FOIS.

STÉ­PHA­NIE COU­DERT

De son en­fance pas­sée à Té­hé­ran puis à Bag­dad où son père in­gé­nieur tra­vaillait sur la construc­tion d’un che­min de fer et d’un aé­ro­port, Sté­pha­nie Cou­dert a gar­dé une nos­tal­gie pour un Orient ou­vert et to­lé­rant. Des villes où femmes voi­lées et femmes en mi­ni­jupe se cô­toyaient le plus na­tu­rel­le­ment du monde. Cette créa­trice aty­pique ne se laisse pas do­mi­ner par les dik­tats des ca­len­driers; sa créa­ti­vi­té mû­rit à son rythme pour don­ner nais­sance à des col­lec­tions in­tem­po­relles où chaque sil­houette est sculp­tée di­rec­te­ment sur le man­ne­quin. Des sil­houettes qui os­cil­lent entre sy­mé­trie et asy­mé­trie; sa marque de fa­brique. Sté­pha­nie Cou­dert a choi­si de dé­voi­ler quelques-unes des pièces de la col­lec­tion au­tomne-hi­ver 2018 ayant re­çu le la­bel «Fa­bri­qué à Pa­ris». Car, luxe ul­time, Sté­pha­nie Cou­dert réa­lise ses col­lec­tions dans ses ate­liers bel­le­vil­lois au coeur de la ca­pi­tale.

KATRINE K

«L’Es­prit Sen­suelle» » est une col­lec­tion qui a été pré­sen­tée comme étant tant «se­mi-cou­ture». Une e vo­lon­té du tan­dem de e créa­teurs der­rière la a Mai­son Ka­te­rine K; Kate Ku­li­sho­va, ga­le­riste is­sue de l’uni­vers de l’ar­chi­tec­ture et Vla­dy dy Vy­sh­ne­vets­kiy. Ce der­nier er­nier évo­lue de­puis près de dix ans dans le monde de de la haute cou­ture no­tam­ment chez Pa­co co Ra­banne où cer­taines es de ses créa­tions ont été por­tées par la flam­boyante boyante La­dy Gaga. La col­lec­tion prin­temps-été 2019, , comme son nom l’in­dique, dique, joue la sen­sua­li­té; taille aille mar­quée, trans­pa­rences, nces, tis­sus va­po­reux.

ADE­LINE ZI­LIOX

Si la marque Ade­line Zi­liox est ba­sée e à Stras­bourg, sa di­rec­trice ar­tis­tique qui a étu­dié à Pa­ris est sor­tie ma­jor de sa pro­mo­tion, se fai­sant sant ain­si re­mar­quer par la Mai­son Mar­tin Mar­gie­la, rgie­la, membre du Ju­ry. Voi­ci dix ans qu’Ade­line Zi­liox x a fon­dé sa marque épo­nyme pour la­quelle elle ima­gine des al­lures ré­so­lu­ment ur­baines pour ur des femmes ac­tives. Des pièces qui flirtent ent avec la cou­ture tant les fi­ni­tions sont t im­pec­cables. Pour la col­lec­tion prin­temp­sé­té 2019, Ade­line a op­té pour une pa­lette bi­co­lore noire et blanche. Une e pa­lette ré­duite contre contre­ba­lan­cée par des dé­coupes au­da­cieuses et de des ma­tières fu­tu­ristes telles que néo­prène et maille 3D. Bap­ti­sée «Crys­tal Skin» , la ligne offre un jeu de trans­pa­rences qui dé­voilent dé élé­gam­ment le corps de la femme. «Trans­pa­rence as as­su­mée, corps dé­voi­lé et fé­mi fé­mi­ni­té af­fir­mée; c’est l’ADN de la co col­lec­tion.»

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.