NOËL

Femme Magazine - - MADAMEABEYROUTH - L. Z.

est ten­dance. Au Li­ban on suit les ten­dances. C’est sur­tout de bon ton. Aus­si, le ton est don­né. Cha­cun veut son ani­mal de com­pa­gnie. Un chat pour les cé­li­ba­taires, heu­reux de re­trou­ver ce maître des céans, cette touffe de poils af­fec­tueuse quand ils rentrent le soir, sans au­cune obli­ga­tion de pro­me­nade. Ils n’au­ront qu’à s’af­fa­ler dans leur fau­teuil, mi­nou à leurs pieds. Le pied. Puis il y a ce pe­tit gar­çon qui de­mande un la­pin ou un pous­sin à Pâques. Et un singe, un per­ro­quet, un ca­na­ri, un pois­son rouge pour Noël…

Même si le nec plus ul­tra, au­jourd’hui, est de s’of­frir un chien. Cet ami fi­dèle qui sui­vra son maître par­tout. Sou­vent, ces deux-là vivent dans une telle os­mose, que l’un de­vient le double de l’autre, cô­té look et cô­té ca­rac­tère… Mais il y en a qui, pas­sés les pre­miers temps, se lassent de cette re­la­tion et confient la lourde tâche de ba­la­der leur an­cien meilleur ami à d’autres… ou, car­ré­ment, aban­donnent le tou­tou! Comme un jou­jou – qu’il n’est pas! – …

Ils pro­voquent ain­si une pro­li­fé­ra­tion de chiens er­rants, dans un pays où les au­to­ri­tés étatiques et mu­ni­ci­pales ne sont pas à même de contrô­ler, sur le plan sa­ni­taire ou sé­cu­ri­taire, une telle si­tua­tion pro­blé­ma­tique. Ni d’y ap­por­ter une «so­lu­tion» ac­cep­table… Les as­so­cia­tions pro­tec­trices des ani­maux font leur pos­sible pour in­for­mer, sen­si­bi­li­ser et res­pon­sa­bi­li­ser les pro­prié­taires, ou en­core, of­frir un lo­gis aux bêtes aban­don­nées. Mais ce­la reste in­suf­fi­sant, dans une so­cié­té où, sur tous les plans, et pas seule­ment au plan de la cause ani­male, la conscience d’une res­pon­sa­bi­li­té ci­toyenne dans l’es­pace pu­blic laisse sou­vent à dé­si­rer. Et où, cultu­rel­le­ment, on a l’ha­bi­tude d’être en­va­his­sant – sou­vent avec bon­ho­mie – plu­tôt que de res­pec­ter la sphère pri­vée de l’autre… Aus­si, au même titre que les droits des ani­maux, il faut aler­ter sur les de­voirs des pro­prié­taires et les dan­gers que peuvent en­traî­ner dans cer­tains cas, la pos­ses­sion d’ani­maux, s’ils ne sont pas bien dres­sés et conscien­cieu­se­ment vac­ci­nés. Sur­tout, sur les li­mites à ne pas ou­tre­pas­ser, même lors­qu’on est en droit de pos­sé­der un ani­mal. C’est na­tu­rel: droits et obli­ga­tions sont les deux faces d’une même mé­daille! Dans ce rap­port de l’homme à l’ani­mal, le mot clé, le maître mot, est bien le terme res­pon­sa­bi­li­té. Mo­rale, lé­gale, éthique. Vis-à-vis de l’ani­mal de com­pa­gnie, et vis-à-vis des autres.

Ain­si, si cha­cun dans sa sphère pri­vée a le droit de faire ce qui lui plaît, la route, es­pace pu­blic, ap­par­tient à tout le monde… Et si cha­cun a le droit de s’y ba­la­der en com­pa­gnie de son ani­mal, les autres pas­sants ont aus­si le droit de ne pas être perturbés dans leur quié­tude, par un chien qui les sur­prend au coin de la rue… cou­rant vers eux et po­sant même ses pattes sur leurs épaules. Pour voir le pro­prié­taire non­cha­lam­ment ar­ri­ver deux mi­nutes plus tard, et pro­cla­mer «mon chien ne fait rien… il veut juste jouer» . Dans la rue, on ne pro­mène pas un chien sans laisse à moins d’être cer­tain que l’ani­mal est bien dres­sé. Et, le se­rait-il, on avance à ses cô­tés. Libre aux autres en­suite de dé­ci­der que la bête a une bonne tête et, de s’en ap­pro­cher afin de la ca­res­ser! La qua­li­té de maître de l’ani­mal a un co­rol­laire: c’est à lui de ré­pondre de tous les faits, gestes et sautes d’hu­meur de l’ani­mal. Et de ses ex­cré­ments aus­si. Mal­heu­reu­se­ment, Ma­dame ne compte plus le nombre de crottes dé­les­tées sur le trot­toir! Aus­si, de­puis que la race ca­nine a en­va­hi son quar­tier, elle a adap­té sa dé­marche et zig­zague dé­sor­mais sur les pa­vés, ne dé­ta­chant pas une se­conde son re­gard du sol…

Entre les pas­sio­na­rias des droits des ani­maux d’un cô­té, et ceux qui sont prêts à les em­poi­son­ner de l’autre, en ce Noël, Ma­dame es­saye de trou­ver une voie. Celle d’une co­exis­tence har­mo­nieuse et res­pec­tueuse de l’homme, de la femme, de l’en­fant et de l’ani­mal dans sa ville.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.