MA MÈRE CE MYS­TÈRE D

Special Madame Figaro - - Mag / Décodage -

DE QUELQUE FA­ÇON QU’ELLE SE MA­NI­FESTE, la mère, dans l’uni­vers de cha­cun, de­meure une fi­gure ob­ses­sion­nelle. Ab­sente, elle est un ob­jet de quête. Om­ni­pré­sente, elle peut de­ve­nir un su­jet de rup­ture. Mais tou­jours, à l’évo­ca­tion de son sou­ve­nir, la voix se noue et les yeux s’em­brument. Les écri­vains, comme les ci­néastes, n’ont de cesse d’y trou­ver là ma­tière à ré­cits. Amour, co­lère, et par­fois incompréhension : la mère sus­cite tous les re­gistres de la pas­sion. Dans son livre, « Écoute-moi bien» (éd. Stock), Na­tha­lie Rykiel en­ri­chit le ré­per­toire des re­la­tions mère-fille et parle du « couple » qu’elle for­mait avec sa mère. Lors du dis­cours qu’elle pro­non­ça à ses fu­né­railles, en sep­tembre 2016, elle se dé­cri­vit comme « la veuve » de sa mère. « C’est que la mère est le pre­mier ob­jet d’amour, celle par qui passent les pre­miers émois, celle qui est la co­lonne ver­té­brale qui struc­ture le pe­tit en­fant, et par consé­quent

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.