Je m’aimE donc Je suis à

Special Madame Figaro - - Lifestyle / Psycho -

l’heure des selfies et des pho­tos pos­tées à go­go sur Ins­ta­gram, on ne s’est ja­mais au­tant ai­mée. Af­fi­cher son amour de soi au grand pu­blic risque pour­tant de nous en­gre­ner dans la boule in­fer­nale du nar­cis­sisme. Estce une er­reur de s’ai­mer trop? Com­ment do­ser son es­time de soi ? Pour Jean Cot­traux, psy­chiatre et membre fon­da­teur de l’Aca­dé­mie de thé­ra­pie, «Le pro­blème n’est pas d’être nar­cis­sique puisque tout le monde l’est, tout dé­pend de com­ment on l’est ». Dans son der­nier ou­vrage, Tous nar­cis­siques, I Love My­self, le psy­cho­logue nous aide à nous ré­con­ci­lier avec notre ego en dis­tin­guant le bon nar­cis­sisme du mau­vais nar­cis­sisme. S’ai­mer soi-même sans avoir un ego sur­di­men­sion­né est pos­sible dans la me­sure l’on cultive cet amour de soi afin de trou­ver son bon­heur. S’ap­pré­cier à sa juste valeur in­fluence la per­cep­tion des autres sur nous-mêmes. Im­pos­sible de s’épa­nouir au tra­vail, de vivre une belle his­toire d’amour, de for­ger des ami­tiés ou d’être bien dans sa peau en l’ab­sence d’un mi­ni­mum d’es­time de soi. « Mal­heu­reu­se­ment, au Li­ban très peu d’im­por­tance est ac­cor­dée au bien-être psy­chique alors qu’en Oc­ci­dent des cam­pagnes de sen­si­bi­li­sa­tion et des jour­nées ou des mois y sont consa­crés.» avance Joyce Ab­dal­lah, coach de vie et pra­ti­cienne PNL cer­ti­fiée. Se­lon la spé­cia­liste, pour prendre soin de soi, il suf­fit de se concen­trer. Sur quoi plus

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.