Pas­cal MOUAWAD

Gar­dien des va­leurs

Special Madame Figaro - - Cover / Story - PAR HANANE TABET / PHO­TOS MOHAMAD SEIF

Il re­pré­sente, avec ses deux frères, la qua­trième gé­né­ra­tion aux com­mandes de la pres­ti­gieuse mai­son de dia­mant Mouawad. Ri­gueur, pa­tience, dis­cré­tion et per­fec­tion­nisme font par­tie de l’ADN de Pas­cal Mouawad, co-gar­dien de la marque. Spé­cial Ma­dame Fi­ga­ro l’a ren­con­tré lors de son pas­sage éclair à Bey­routh, et a recueilli ses con dences.

Q uels sont les se­crets du suc­cès de l’hé­ri­tage de la fa­mille Mouawad qui conti­nue de­puis plus de 127 ans?

De­puis que mon ar­riè­re­grand-père, Da­vid Mouawad, a fon­dé l’en­tre­prise en 1890, les rênes de notre mai­son ont été trans­mises d’un fer de lance à l’autre, cha­cun ap­por­tant son sens des af­faires et sa créa­ti­vi­té. Dans la pour­suite de l’ex­cel­lence, nous avons adop­té l’es­prit de l’évo­lu­tion, re­pous­sant cons­tam­ment nos li­mites et re­le­vant le dé­fi des ter­ri­toires nou­veaux. Nous avons dé­ve­lop­pé une stra­té­gie d’in­té­gra­tion ver­ti­cale qui nous a per­mis de contrô­ler en­tiè­re­ment le pro­ces­sus de dé­ve­lop­pe­ment de chaque créa­tion - de la source et de la taille des dia­mants et des pierres pré­cieuses co­lo­rées à la concep­tion, la fa­bri­ca­tion, la com­mer­cia­li­sa­tion et la vente de nos bi­joux et garde-temps ex­clu­sifs. Je peux dire avec fier­té qu’au cours des 127 der­nières an­nées, Mouawad a fait de sa vi­sion une réa­li­té. Nous avons été en me­sure de construire une marque cen­trée sur le client.

Vous êtes né dans une fa­mille qui a mar­qué le monde de la joaille­rie. Quels sont les avan­tages d’une telle si­tua­tion?

Mon père a trans­mis sa pas­sion pour les bi­joux à mes frères et à moi-même. Ce fut cer­tai­ne­ment un im­mense pri­vi­lège et, en même temps, une grande res­pon­sa­bi­li­té de prendre la di­rec­tion de l’en­tre­prise fa­mi­liale en 2010. Un lien très fort nous lie et nos rôles se com­plètent vrai­ment Fred est le co-tu­teur de la di­vi­sion Dia­mant, Alain est à la tête de la di­vi­sion Montres et j’ai pris la re­lève en tant que co-tu­teur de la di­vi­sion Re­tail et cha­cun de nous ap­porte son sa­voir-faire et sa créa­ti­vi­té à la marque.

Quels en sont les dé­fis?

Je di­rais que notre prin­ci­pal dé­fi était, et est tou­jours, de conti­nuer le che­min de la marque et de tra­cer une di­rec­tion dans le fu­tur tout en construi­sant sur les blocs fon­da­teurs de notre his­toire. En d’autres termes, il s’agit de vrai­ment com­prendre notre pa­tri­moine et notre ADN, et de trou­ver la meilleure fa­çon d’écrire l’his­toire de l’en­tre­prise tout en se tour­nant vers le fu­tur. Un autre dé­fi se­raient pro­ba­ble­ment nos ho­raires char­gés, ce qui nous laisse peu de temps pour nous voir. Nous sommes ba­sés dans dif­fé­rents pays, mais nous réus­sis­sons tou­jours à nous re­trou­ver, que ce soit pour le tra­vail ou pour des réunions de fa­mille.

Et les le­çons que vous avez ap­prises?

Tra­vailler dans l’in­dus­trie du dia­mant et de la joaille­rie est très dif­fi­cile. Je di­rais que la va­leur la plus im­por­tante pour moi en ce mo­ment est la fa­mille, et pas seu­le­ment celle qui est for­mée par les liens de sang. La le­çon que j’ai ap­prise au cours des der­nières an­nées est que la fa­mille passe avant tout, et que vous pou­vez ac­com­plir les plus belles réa­li­sa­tions avec les bonnes per­sonnes à vos cô­tés - ceux en qui vous pou­vez avoir to­ta­le­ment confiance. Construire un em­pire exige un tra­vail achar­né et un dé­voue­ment in­fi­ni, mais aus­si des normes éthiques éle­vées, la confiance to­tale et les bonnes re­la­tions.

Mouawad a tou­jours été sy­no­nyme de gran­deur, pres­tige et sa­voir-faire ex­cep­tion­nel. De quelle fa­çon of­frez-vous ce luxe à votre clien­tèle?

Dans l’in­dus­trie de la joaille­rie et de l’hor­lo­ge­rie, le luxe ré­side dans la créa­tion d’une oeuvre d’art qui donne vie au sa­voir-faire de l’ar­ti­sa­nat et à l’uti­li­sa­tion des meilleurs dia­mants et pierres pré­cieuses. Of­frir à nos clients des bi­joux rares et de belles montres, tout en leur fai­sant vivre une ex­pé­rience ma­gique qui ouvre la voie à une re­la­tion à long terme avec eux, est au coeur de notre phi­lo­so­phie. Que ce soit dans nos montres suisses ou nos pièces de haute joaille­rie, nous uti­li­sons des ma­té­riaux de la meilleure qua­li­té as­su­rant que chaque pièce est ex­clu­si­ve­ment unique dans la concep­tion et l’ar­ti­sa­nat.

Votre pièce pré­fé­rée par­mi vos col­lec­tions?

La montre Grande Ellipse Ga­laxy. Ce gar­de­temps in­carne à mer­veille le pa­tri­moine et l’ar­ti­sa­nat de Mouawad, al­liant notre sa­voir-faire hor­lo­ger à notre pas­sion pour les dia­mants. La ligne Grande Ellipse a été notre pre­mier lan­ce­ment en montres por­tant la si­gna­ture Mouawad dans notre man­dat de qua­trième gé­né­ra­tion de gar­diens, et par consé­quent, elle au­ra tou­jours une si­gni­fi­ca­tion pro­fonde pour nous. Quand il s’agit de choi­sir une montre, pour moi, c’est plus que des mou­ve­ments et des com­pli­ca­tions, il s’agit de por­ter une pièce in­tem­po­relle et mas­cu­line - ce que la Grande Ellipse re­pré­sente avec ex­cel­lence. Les montres sont le meilleur ami de l’homme, tout comme les dia­mants le sont pour la femme.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.