Click­bye, un as­sis­tant de voyage dans votre poche

Créée par Nes­sim Med­joub en 2016, l’ap­pli­ca­tion vous per­met de ré­ser­ver votre pro­chain voyage en quelques clics.

Le Quotidien (Luxembourg) - - Esprit D'entreprise -

Aus­si dis­po­nible en ver­sion page web, elle fait ga­gner un temps pré­cieux aux voya­geurs grâce à un choix de des­ti­na­tions cor­res­pon­dant à leur bud­get et à leur lieu de dé­part. De notre jour­na­liste Aude Fo­res­tier Il y a deux ans, Nes­sim Med­joub vou­lait par­tir en week-end avec sa pe­tite amie. Pour ce pre­mier week-end en amou­reux, il avait un bud­get de 300 eu­ros. «Ma co­pine vou­lait al­ler à la plage», dit-il. Et comme toute per­sonne cher­chant la des­ti­na­tion idéale ren­trant pile poil dans son bud­get, le jeune homme y a pas­sé tout un après-mi­di. C’est long. «Les gens met­taient cinq heures pour trou­ver une des­ti­na­tion», af­firme-t-il. Mais ça, c’était avant. Au­jourd’hui, il y a Click­bye. L’idée de mon­ter sa propre en­tre­prise et sur­tout de créer une ap­pli­ca­tion per­met­tant de ré­ser­ver son pro­chain voyage en quelques clics lui est ve­nue grâce à cette ex­pé­rience. Au fait, com­ment ça marche ? Sur l’in­ter­face, on entre une date, un bud­get, un lieu de dé­part et «on voit les des­ti­na­tions que l’on peut avoir». Ce­rise sur le gâ­teau : on

peut trier les des­ti­na­tions «se­lon

nos en­vies». La chose la plus im­por­tante d’après Nes­sim Med­joub, c’est le temps. Per­sonne ne veut perdre une de­mi-jour­née pour trou­ver le lieu de son pro­chain week-end ou de ses va­cances. Une ap­pli pour les voya­geurs

Le pa­pa de Click­bye est ca­té­go­rique : son pro­duit n’a rien à voir avec des en­tre­prises

comme Tri­va­go ou Li­li­go. «Nous sommes un as­sis­tant de voyage per­son­na­li­sé. On com­pare des des­ti­na­tions en pro­po­sant le meilleur prix», sou­ligne-t-il. «On ne fait que re­di­ri­ger vers le site de la com­pa­gnie aé­rienne et vers Boo­king pour ré­ser­ver l’hôte l», com­plète-t-il. Pour lui, «c’est une ap­pli­ca­tion de voya­geur pour les voya­geurs ».« L’am­bi­tion su­prême, c’est de per­mettre à cha­cun de ré­ser­ver un voyage en un clic», ré­sume-t-il. Bien qu’étant ins­tal­lée au Luxem­bourg, l’en­tre­prise a pour mar­ché prin­ci­pal la France. L’ap­pli­ca­tion, dis­po­nible en sept langues (fran­çais, an­glais, es­pa­gnol, ita­lien, por­tu­gais, al­le­mand et russe), est « uti­li­sable par­tout dans le monde». Les clients sont sur­tout des clientes âgées de 20 à 34 ans. « Ce sont des gens qui

font at­ten­tion à leur bud­get», sou­tient-il. Le jeune chef d’en­tre­prise tra­vaille main dans la main avec «une équipe de quatre

free-lances». Click­bye compte de 3 000 à 5 000 uti­li­sa­teurs par mois se­lon son créa­teur. Il y en a eu 50 000 en l’es­pace de 18 mois. Il es­père en comp­ter 300 000 en 2019. Dans les pro­chains mois, l’ap­pli­ca­tion, qui est aus­si un site in­ter­net, se­ra do­tée de l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle. Ain­si, l’ap­pli­ca­tion, qui connaî­tra les goûts de l’uti­li­sa­teur, lui pro­po­se­ra ce qu’il aime. « L’im­por­tant, c’est d’avoir des choix justes», pense l’an­cien au­di­teur ins­tal­lé au Luxem­bourg de­puis presque six ans.

Newspapers in French

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.