Un tron­çon de N23 trop dan­ge­reux

Le Quotidien (Luxembourg) - - Mosaïque -

MAR­TE­LANGE

Après avoir été sol­li­ci­té par des ha­bi­tants, An­dré Bau­ler, dé­pu­té DP, a in­ter­ro­gé le mi­nistre du Dé­ve­lop­pe­ment du­rable et des In­fra­struc­tures sur plu­sieurs «ac­ci­dents graves voire mor­tels» sur la route N23 re­liant Rei­chlange à Mar­te­lange, et en par­ti­cu­lier sur le tron­çon entre le lieu-dit «Kimm» et le vil­lage de Mar­te­lange. Il de­mande prin­ci­pa­le­ment s'il ne se­rait pas ju­di­cieux d'ins­tal­ler da­van­tage de glis­sières aux en­droits cri­tiques et de prendre d'autres me­sures de sé­cu­ri­sa­tion sur le tron­çon en ques­tion.

Hier, Fran­çois Bausch lui a ré­pon­du. Il a tout d'abord pré­ci­sé que, sur la base des don­nées officielles du Sta­tec pour les an­nées 2015 à 2017, «sur les vingt ki­lo­mètres, on peut ré­per­to­rier douze ac­ci­dents cor­po­rels avec, en tout, quinze bles­sés lé­gers, cinq bles­sés graves et trois avec des suites mor­telles.» L'ivresse, les ex­cès de vi­tesse, les sor­ties de route et le non-res­pect de la prio­ri­té sont à l'ori­gine de ces ac­ci­dents. Le mi­nistre ajoute qu'avant «d'en­ta­mer d'autres me­sures de sé­cu­ri­sa­tion, il y a lieu de pro­cé­der à une ana­lyse dé­taillée dans le cadre d'un au­dit de sé­cu­ri­té de la N23. Les au­to­ri­tés juridiques ont dé­jà été contac­tées pour la mise à dis­po­si­tion des pro­cès-ver­baux ano­nymes de la po­lice grand-du­cale, en vue d'une ana­lyse dé­taillée».

Newspapers in French

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.