En­core en­semble pour le cli­mat!

LUXEM­BOURG Une nou­velle marche pour le cli­mat au­ra lieu ce sa­me­di à l'oc­ca­sion de la jour­née mon­diale du Cli­mat. Par­tant du Gla­cis, elle se ter­mi­ne­ra à la Chambre.

Le Quotidien (Luxembourg) - - Luxembourg Métropole - De notre jour­na­liste Sa­rah Me­lis

Ce sa­me­di, à l'oc­ca­sion de la jour­née mon­diale du Cli­mat, plu­sieurs cen­taines de per­sonnes ont pré­vu de ma­ni­fes­ter en par­ti­ci­pant à une marche pour le cli­mat à Luxem­bourg.

C'est une ques­tion de sur­vie, c'est ce pour quoi il faut se battre.» Ce sont les mots de Brice Mon­tagne, le jeune homme qui a ini­tié la marche du 13 oc­tobre der­nier à Luxem­bourg (lire notre édi­tion du 15 oc­tobre). Et ce sa­me­di, entre 500 et 1 000 per­sonnes sont en­core at­ten­dues dans les rues de la ca­pi­tale, à l'oc­ca­sion de la jour­née mon­diale du Cli­mat.

Le ren­dez-vous est fixé à 14 h sur le par­king du Gla­cis, la marche de­vant dé­bu­ter à 14 h 30. Il est pré­vu qu'elle se ter­mine de­vant la Chambre des dé­pu­tés, en mi­lieu d'après­mi­di. «Là, comme le 13 oc­tobre, les gens qui le sou­hai­te­ront pour­ront s'ex­pri­mer, ex­plique le tren­te­naire. Nous avons de­man­dé à cha­cun d'ap­por­ter avec lui des cas­se­roles, des sif­flets pour faire du bruit et at­ti­rer l'at­ten­tion. » Le 13 oc­tobre, ils étaient dé­jà plus de 500 à as­sis­ter pour cer­tains et à prendre part pour d'autres à une ago­ra ci­toyenne, place Clai­re­fon­taine. Ce même jour, ils avaient dé­ci­dé de mar­cher, ban­de­roles bran­dies à bout de bras, et de conti­nuer à faire en­tendre leurs voix, en­semble, pour le cli­mat.

Une ques­tion de sur­vie, donc, pour la pla­nète, de plus en plus me­na­cée. C'est en ef­fet à la suite de la pu­bli­ca­tion du rap­port du Groupe d'ex­perts in­ter­gou­ver­ne­men­tal sur l'évo­lu­tion du cli­mat (GIEC) que ces gens étaient des­cen­dus dans la rue. Parce que la si­tua­tion est ur­gente. Pour rap­pel, ce rap­port ré­vé­lait que la sur­face de la Terre de­vient de plus en plus chaude et que les émis­sions de CO2 aug­mentent en­core et tou­jours, mal­gré l'ac­cord de Pa­ris. En somme : rien n'a chan­gé et ça, ils ne l'ac­ceptent pas.

Tou­jours en ac­tion

«Ils», ce sont ces hommes, ces femmes ve­nus seuls, en couple ou en fa­mille et qui agissent dans leur quo­ti­dien en toute conscience éco­lo­gique, par des pe­tits gestes. C'est aus­si le groupe «Rise for Cli­mate» (De­bout pour le cli­mat), qui s'est for­mé à la suite de cette marche sur Fa­ce­book. Et de­puis, ils n'ont pas ces­sé de se consul­ter et d'agir pour ten­ter de faire chan­ger les choses à leur échelle. D'abord, en fai­sant la liste des do­léances qu'ils sou­hai­taient com­mu­ni­quer au nou­veau gou­ver­ne­ment dès son en­trée en fonc­tion.

En­suite, en or­ga­ni­sant des ac­tions coups-de-poing, comme celle du 23 no­vembre der­nier, à l'oc­ca­sion du Black Fri­day (lire notre édi­tion du 22 no­vembre). Le but de cette jour­née était de sen­si­bi­li­ser les consom­ma­teurs à la sur­con­som­ma­tion et à l'uti­li­sa­tion ex­ces­sive des em­bal­lages en plas­tique par les grandes sur­faces. Et Brice Mon­tagne en­tend bien conti­nuer à lut­ter. «C'est une af­faire qui nous concerne tous, dit-il, d'où que l'on vienne et où que l'on ha­bite. Les consé­quences se­ront dra­ma­tiques pour tout le monde si per­sonne ne bouge. Il faut le faire.»

Trois re­ven­di­ca­tions

Quelles re­ven­di­ca­tions alors, ce sa­me­di? Il y en a trois, se­lon Brice Mon­tagne. «Nous sou­hai­tons que le Luxem­bourg s'ac­corde sur le meilleur scé­na­rio du GIEC, à sa­voir la ré­duc­tion de 58 % des gaz à ef­fets de serre d'ici à 2030», dit-il. Seule une ré­duc­tion de 40 % est en­vi­sa­gée de la part du Luxem­bourg à ce jour. «En­suite, nous vou­lons que le Luxem­bourg contri­bue à hau­teur de 1 000 mil­liards d'eu­ros et soit por­té par la Banque cen­trale eu­ro­péenne à la tran­si­tion blics na­tio­naux (AVL, CFL, Lux­tram, RGTR et TICE), sauf pour les CFL en pre­mière classe et la ta­ri­fi­ca­tion Re­gioZone des RGTR». Ain­si, même ceux qui n'ont pas le temps ni l'in­ten­tion de ma­ni­fes­ter dans la ca­pi­tale ce sa­me­di, peuvent faire un pe­tit geste pour la pla­nète, en s'abs­te­nant d'uti­li­ser leur voi­ture per­son­nelle. éco­lo­gique. Il faut en­cou­ra­ger la tran­si­tion et in­ves­tir en ce sens», pour­suit-il. En­fin, il pense qu'«il faut que le Luxem­bourg sou­tienne la taxe car­bone».

Et les «gi­lets jaunes»?

Que pen­ser du mou­ve­ment des «gi­lets jaunes» en France, donc?

«Pour être hon­nête, je pen­sais qu'il exis­tait un réel an­ta­go­nisme au dé­but, avoue-t-il. J'ai ren­con­tré des "gi­lets jaunes" le week-end der­nier et je me suis aper­çu que nous nous bat­tions pour la même chose, que la même crainte est ex­pri­mée. Nous sommes face aux mêmes per­sonnes qui ne ré­pondent pas à ces craintes.» Pour lui, même si des per­tur­ba­tions sont à pré­voir à Pa­ris, «les "gi­lets jaunes" et ceux qui marchent pour le cli­mat de­vraient se ser­rer les coudes, car l'éco­lo­gie ne doit pas se faire en ac­cen­tuant la dé­tresse so­ciale, voire en l'igno­rant. C'est à l'éco­lo­gie de s'adap­ter à la dé­tresse so­ciale! On ne peut pas blâ­mer une per­sonne qui ne peut pas uti­li­ser les transports en com­mun, qui n'a pas les moyens de prê­ter at­ten­tion à l'éco­lo­gie car c'est à la so­cié­té de lui en don­ner les moyens».

LUXEM­BOURG

L'ap­pli­ca­tion de la taxe car­bone est l'une des trois re­ven­di­ca­tions por­tées ce sa­me­di de­vant la Chambre des dé­pu­tés.

Newspapers in French

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.