L'ex­plo­sion fait 4 morts

PA­RIS Les causes de l'ex­plo­sion de gaz sur­ve­nue sa­me­di dans le IXe ar­ro­dis­se­ment ne sont pas en­core connues.

Le Quotidien (Luxembourg) - - Faits De Société -

Le bi­lan de la vio­lente ex­plo­sion sur­ve­nue sa­me­di dans le centre de Pa­ris s'est alour­di à quatre morts après la dé­cou­verte, hier, du corps d'une femme dans les dé­combres où les pom­piers étaient tou­jours à pied d'oeuvre pour dé­blayer les bâ­ti­ments en­dom­ma­gés.

Une vic­time a été re­trou­vée sous les dé­combres, por­tant à quatre le nombre de vic­times dé­cé­dées», a an­non­cé le par­quet de Pa­ris hier ma­tin. Une cin­quan­taine de per­sonnes ont éga­le­ment été bles­sées – neuf griè­ve­ment dont un sa­peur­pom­pier et 45 lé­gè­re­ment –, dont plu­sieurs tou­ristes étran­gers pré­sents dans ce quar­tier cen­tral de la ca­pi­tale qui compte de nom­breux hô­tels. L'ex­plo­sion, qui se­rait due à une fuite de gaz, a fait trem­bler les im­meubles dans plu­sieurs rues voi­sines, souf­flé des di­zaines de vitres et re­tour­né des voi­tures. Et elle a lais­sé sous le choc les ri­ve­rains.

Dans la ma­ti­née, les pom­piers de Pa­ris avaient an­non­cé être à la re­cherche d'une jeune femme qui vi­vait dans «un ap­par­te­ment si­tué au­des­sus du point de l'ex­plo­sion et (qui) pour­rait se trou­ver sous les dé­combres». Si ce­la reste en­core à confir­mer, le corps de la per­sonne re­trou­vée dans les dé­combres pour­rait être ce­lui de cette femme, a in­di- qué une source proche de l'en­quête. L'iden­ti­fi­ca­tion est en cours. «Nous ne par­ti­rons qu'une fois que tout se­ra dé­blayé, pierre par pierre, pour être cer­tain qu'il n'y ait plus per­sonne», a pré­ci­sé le porte-pa­role des pom­piers de Pa­ris.

Jus­qu'à pré­sent, le nombre de morts pro­vo­qués par la vio­lente ex­plo­sion sur­ve­nue au 6 rue de Tré­vise (IXe ar­ron­dis­se­ment) s'éle­vait à trois, deux sa­peurs-pom­piers, qui avait été ap­pe­lés sur les lieux pour une fuite de gaz, et une tou­riste es­pa­gnole. Hier, les pom­piers conti­nuaient à sé­cu­ri­ser le quar­tier et les «opé­ra­tions pour­raient se pour­suivre une bonne par­tie de la se­maine».

«J'ai fon­du en larmes»

Il est en­core «trop tôt pour iden­ti­fier la cause de cet ac­ci­dent», a in­di­qué le di­rec­teur exé­cu­tif de GRDF, Ch­ris­tian Buf­fet. Il s'agit, se­lon lui, d'un «ac­ci­dent as­sez ex­cep­tion­nel, le plus grave et avec la plus grande am­pleur de­puis plus de dix ans».

«Douze im­meubles sont fer­més», a dé­taillé sur place Syl­vain Maillard, ad­joint au maire de l'ar­ron­dis­se­ment. «Il va fal­loir éva­luer les struc­tures de chaque im­meuble et ap­por­ter une ré­ponse im­meuble par im­meuble, peut-être même ap­par­te­ment par ap­par­te­ment», a-t-il ajou­té, pré­ci­sant que la mai­rie avait trou­vé des lo­ge­ments pour une cin­quan­taine de per­sonnes pour la nuit de sa­me­di à hier.

Quelque 600 per­sonnes ont par ailleurs été ac­cueillies à la cel­lule de crise sa­me­di et, au len­de­main du drame, une par­tie des ri­ve­rains est en­core bou­le­ver­sée, dans une ville où les ha­bi­tants re­doutent tou­jours un at­ten­tat ter­ro­riste. «J'étais dans mon lit quand c'est ar­ri­vé, j'ai en­ten­du un boum très sourd, ça a fait bou­ger l'im­meuble. J'ai en­ten­du les si­rènes. J'ai fon­du en larmes», ra­conte la voix trem­blante Syl­vie, ha­bi­tante de la rue Pa­pillon voi­sine, après être al­lée à l'église «pour prier pour les bles­sés».

Un peu plus loin, cer­tains s'ac­tivent pour ef­fa­cer les traces du chaos : Phi­lippe Be­no­liel est en train de po­ser des pan­neaux de contre­pla­qué sur la fa­çade de son en­tre­prise de tou­risme rue de Tré­vise. «En ar­ri­vant ce ma­tin, on a trou­vé deux vi­trines ar­ra­chées, des dé­bris de verre par­tout. C'est le souffle de l'ex­plo­sion à 200 mètres de là qui a gé­né­ré tout ça. C'est un moindre mal, ce ne sont que des dé­gâts ma­té­riels, on ne tra­vaille pas le sa­me­di.»

Au len­de­main du drame, d'autres sont ve­nus dé­po­ser des bou­quets de fleurs pour les vic­times. Et no­tam­ment Sou­fiane, gref­fier de 28 ans, qui ha­bite dans la rue et a por­té se­cours sa­me­di à des bles­sés. Son bou­quet porte un mot : «Pour Lau­ra». «C'est pour la tou­riste es­pa­gnole (dé­cé­dée), pour qu'on mette un nom, pour qu'on ne l'ou­blie pas», glisse-t-il, ému. «Dès que j'ai en­ten­du le bruit, je suis sor­ti voir ce qui se pas­sait. J'ai en­ten­du cette Es­pa­gnole qui ap­pe­lait à l'aide, ra­conte-t-il. Elle avait la tête en sang... On l'a mise à l'hô­tel Mer­cure et deux mé­de­cins sont in­ter­ve­nues, c'étaient des ci­viles, elles étaient en­core en py­ja­ma, et elles ont pro­di­gué le mas­sage car­diaque. Quand le SA­MU l'a em­me­née, elle était en­core en vie...»

Les pom­piers de Pa­ris ont lan­cé une ca­gnotte pour sou­te­nir les fa­milles des deux sa­peurs-pom­piers tués dans l'ex­plo­sion, Si­mon Car­tan­naz et Nathanaël Josselin. Hier vers 17 h 30, plus de 115 000 eu­ros avaient été ver­sés.

Newspapers in French

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.