Ka­ra­ba­tic, le 18e homme

MON­DIAL-2019 Ar­ri­vée sa­me­di à Ber­lin, la star fran­çaise se dé­clare prête à ac­cep­ter «n'im­porte quel poste».

Le Quotidien (Luxembourg) - - Volley-ball Sports -

Ar­ri­vé sa­me­di à Ber­lin, Ni­ko­la Ka­ra­ba­tic se tient «à la dis­po­si­tion de l'équipe de France sans la moindre re­ven­di­ca­tion. Et ce mal­gré son au­ra et un CV long comme le bras. «Si c'est être là en sou­tien, en par­te­naire d'en­traî­ne­ment, en joueur ex­pé­ri­men­té qui es­saie de conseiller ses co­équi­piers, ça me va très bien. Si c'est en­trer un peu plus tard dans la com­pé­ti­tion et ap­por­ter par bribes un peu de com­pé­tences, ça me va très bien aus­si», a as­su­ré hier la star, qui a ré­cu­pé­ré en un temps re­cord d'une opé­ra­tion au pied su­bie le 19 oc­tobre.

«Je ne de­mande pas à jouer. Si ça se passe très bien et qu'ils n'ont pas be­soin de moi, je se­rai le plus heu­reux au monde d'être là avec l'équipe. Ça suf­fit à mon bon­heur», a dit le de­mi-centre du Pa­ris SG, alors que les Fran­çais ont rem­por­té leurs deux pre­miers matches contre le Bré­sil (24-22) et la Ser­bie (32-21).

Ka­ra­ba­tic, âgé de 34 ans, sait que même s'il entre en jeu «ce ne se­ra pas pour faire ce qu'(il) fai­sait avant, c'est-à-dire jouer une heure at­taque-dé­fense». C'est même le dis­cours qu'il a te­nu aux di­ri­geants du PSG pour les convaincre de le lais­ser ten­ter l'aven­ture. «Le but c'est d'ap­por­ter ce que je peux si je dois ren­trer, même si c'est 1 %, 2%ou5%.»

Au­cune date n'a été fixée pour le re­tour sur le ter­rain, mais se­lon toute pro­ba­bi­li­té, ce ne se­ra ni contre la Co­rée ce soir ni dans le pre­mier choc contre l'Al­le­magne de­main (20 h 30). «Le pre­mier ob­jec­tif est de re­nouer le contact avec l'équipe, de me ré­en­traî­ner avec elle. Si je suis trop à la traîne, ça ne sert à rien de ren­trer et de prendre la place d'un de mes co­équi­piers. Ce se­ra dé­jà une étape im­por­tante de voir com­ment je m'adapte et à quel ni­veau je me si­tue. Quand elle se­ra pas­sée, il se­ra temps de se po­ser les autres ques­tions», a dit le joueur, dont la pre­mière séance était pro­gram­mée pour hier soir.

S'il de­vait en­trer dans le groupe des seize (le 17e étant Melvyn Ri­chard­son), Ka­ra­ba­tic en chas­se­rait for­cé­ment l'un des ti­tu­laires ac­tuels. Mais le cham­pion ne pense pas que son ar­ri­vée à Ber­lin puisse mettre une pres­sion sup­plé­men­taire sur cer­tains de ces co­équi­piers, no­tam­ment sur les de­mi-centres Ni­co­las Claire et Ken­tin Ma­hé et sur les ar­rières gauches Ti­mo­they N'Gues­san et Romain La­garde qui jouent à ses postes.

«La pres­sion, ils l'ont dé­jà»

«La pres­sion est dé­jà à son comble quand tu joues un Mon­dial en Al­le­magne de­vant ce grand pu­blic, un Mon­dial qui en plus est qua­li­fi­ca­tif pour les Jeux olym­piques. La pres­sion, les joueurs l'ont dé­jà, ça s'est vu sur les pre­miers matches. J'es­père qu'au contraire ma pré­sence se­ra quelque chose de po­si­tif qui peut les ai­der plu­tôt que les in­hi­ber», a dé­cla­ré le qua­druple cham­pion du monde (2009, 2011, 2015, 2017).

Quoi qu'il ad­vienne, Ka­ra­ba­tic a le sen­ti­ment d'avoir dé­jà rem­por­té «une pre­mière vic­toire». «C'était un peu mon com­bat de re­ve­nir le plus vite pos­sible. L'opé­ra­tion (d'un «oi­gnon» au pied droit) était as­sez lourde, j'ai eu cinq frac­tures, on m'a ra­bo­té un os. Ce n'était pas ga­gné d'avance», a-t-il ex­pli­qué.

Il avait «ti­ré un trait» sur le Mon­dial au mo­ment de l'in­ter­ven­tion, mais la ré­cu­pé­ra­tion se pas­sant bien plus vite que pré­vu, «l'idée d'être là» est ré­ap­pa­rue «dans un coin de (ma) tête». «J'ai eu la chance d'être très bien opé­ré. Quatre jours après, j'étais dé­jà avec le staff de Pa­ris pour m'en­traî­ner quatre heures», a-t-il ra­con­té. Hall om­ni­sports. Ar­bi­trage de MM. Zuid­berg et Hoff­mann.

150 spec­ta­teurs.

Les sets : 41-39 (41'), 25-17 (21'), 28-30 (27'), 25-18 (23').

Ana­ch­kov, Scheer­boorn, Nen­kov, Ney, Abreu, Trence, puis Frei­den­felds, Jan­sen, Wa­gner, We­ber. Li­bé­ro : Gle­se­ner.

Ko­lac­ny, Lo­macz, Ni­ko­lic, P. Vu­jo­vic, Ka­ra­no­vic, Theis, puis Niel, Wirtz. Li­bé­ros : Bon­nier, Besch.

DIE­KIRCH :

FEN­TANGE :

Serge Ka­rier et ses hommes dé­butent l'an­née comme ils l'avaient ter­mi­née : en fan­fare!

Newspapers in French

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.