La tech­no­lo­gie au ser­vice de l’in­clu­si­on fi­nan­ciè­re

En com­bi­nant éner­gie re­nou­velable et fi­nan­ce di­gi­ta­le, les en­tre­pri­ses peu­vent ve­nir en ai­de aux per­son­nes pri­vées d’électri­cité

Luxemburger Wort - - WIRTSCHAFT & FINANZEN - Par Ma­ra Bilo

En quoi est-ce que les avan­cées tech­no­lo­gi­ques fa­vo­ri­sent l’in­clu­si­on fi­nan­ciè­re des po­pu­la­ti­ons les plus dé­fa­vo­ri­sées? C'est la qu­es­ti­on à laquel­le ont répon­du des ex­perts de la fi­nan­ce in­clu­si­ve lors de la nou­vel­le édi­ti­on du «Mi­di de la Mi­cro­fi­nan­ce», qui a eu lieu hier à l’au­di­to­ri­um de la Ban­que de Lu­xem­bourg. Ce ren­dez-vous tri­me­stri­el, or­ga­ni­sé par l’as­so­cia­ti­on «Ap­pui au dé­ve­lop­pe­ment au­to­no­me» (ADA), vi­se à fa­mi­li­a­ri­ser le pu­blic lu­xem­bour­geois avec les thé­ma­ti­ques liées à la fi­nan­ce in­clu­si­ve.

Un ex­emp­le d’en­tre­pri­se qui fait usa­ge des avan­cées tech­no­lo­gi­ques pour avoir un im­pact so­ci­al est la start-up af­ri­cai­ne Qot­to. Cet­te jeu­ne pous­se off­re aux po­pu­la­ti­ons les plus dé­fa­vo­ri­sées un ac­cès à l’éner­gie, à l’in­for­ma­ti­on et aux ser­vices fi­nan­ciers via une pla­te­for­me di­gi­ta­le. Son champ d’ac­tion se li­mi­te pour l’in­stant aux po­pu­la­ti­ons des pays d’afri­que de l’ou­est, notam­ment au Bé­nin et au

Bur­ki­na Fa­so. Ac­tu­el­le­ment, la start-up em­plo­ie 150 em­ployés et comp­te 10.000 bé­né­fi­ci­ai­res. «En com­bi­nant éner­gie re­nou­velable, tech­no­lo­gie et fi­nan­ce di­gi­ta­le, cer­tai­nes en­tre­pri­ses com­me Qot­to ont dé­ve­lop­pé un sys­tè­me d’ac­cès à l’éner­gie de ty­pe ,pay­ez au fur et à me­su­re‘», ex­pli­que Axel de Vil­le, con­seil­ler à la di­rec­tion D’ADA. «Le prin­ci­pe est sim­ple: Qot­to in­stal­le un kit d’éner­gie so­lai­re chez l’ha­bi­tant qui, à tra­vers d'une in­ter­face di­gi­ta­le, per­met aux cli­ents de pay­er leur con­som­ma­ti­on au fur et à me­su­re – notam­ment via des pai­e­ments mo­bi­les», ex­pli­que le co­fon­da­teur et pré­si­dent de la start-up Qot­to, Je­an-bap­tis­te Le­noir. «Une fois que le cré­dit est épui­sé, la four­ni­tu­re d’électri­cité s’ar­rête au­to­ma­ti­que­ment.»

Un mil­li­ard de per­son­nes

dans le noir

Une off­re par­ti­cu­liè­re­ment at­tra­yan­te pour les po­pu­la­ti­ons les plus dé­fa­vo­ri­sées: l’ac­cès à l’électri­cité est une pro­b­lé­ma­tique d’en­ver­gu­re mon­dia­le. «Un mil­li­ard de per­son­nes dans le mon­de est tou­jours pri­vé d'électri­cité, dont 80 % dans les zo­nes rura­les», esti­me Axel de Vil­le.

«La tech­no­lo­gie per­met de ré­du­i­re les con­train­tes de l’off­re de ser­vices de ba­se – com­me l’éner­gie – dans les zo­nes rura­les», com­men­te Je­an-philippe de Sche­v­rel, fon­da­teur et as­so­cié-gé­rant de Bam­boo Ca­pi­tal Part­ners, un fonds d’in­ves­tis­se­ment spé­cia­li­sé dans les fi­nan­ce­ments à im­pact dans les do­mai­nes de l’éner­gie, la san­té et les fin­techs. «Une nou­vel­le gé­né­ra­ti­on d’in­ves­tis­seurs exi­ge de leur in­ter­mé­di­ai­re fi­nan­cier des so­lu­ti­ons d’in­ves­tis­se­ment com­bi­nant ren­de­ment et im­pact», ex­pli­que l’ex­pert fi­nan­cier. «Les in­ter­mé­di­ai­res fi­nan­ciers qui ne se­ront pas en me­su­re de pro­po­ser des pro­du­its adéquats se­ront vi­te dé­pas­sés.»

Photo: C. Pi­sci­tel­li

Je­an-philippe de Sch­re­vel (Bam­boo Ca­pi­tal Part­ners), Axel de Vil­le (ADA) et Je­an-bap­tis­te Le­noir (Qot­to, de g. à d.).

Newspapers in German

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.